Aller en haut
Aller en bas



 
RETROUVEZ-NOUS A CETTE ADRESSE ♥️

Partagez | 
 

 Trapped [PV Svetlana & Elizaveta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Callixte N. Avalon
« »





avatar



▌A débarqué le : 11/03/2013
▌Parchemins : 166
▌Quantité de sang disponible : 8568
▌ Code couleur : Coral - #FF7F50
▌Age du personnage : 34
▌Rang : Responsable des éclaireurs et des nécromanciens
▌Job : Ancienne au Talamasca
▌Citation : Le mort est le guide du vivant


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement:
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Trapped [PV Svetlana & Elizaveta]   Mer 3 Avr - 14:35

Trapped
Feat Svetlana & Elizaveta
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il était minuit dans un cimetière de LNO, la lune était haute et sera pleine dans quelques jours, illuminait les stèles et offrait suffisamment de clarté pour me permettre de me diriger dans l’obscurité sans utiliser de lampe de poche. Il n’y a qu’en ces lieux que je me sentais pleinement moi, lorsque je pouvais relâcher la bribe de mon pouvoir, que mon don étalait ses tentacules sous terre pour sonder les cadavres, à tâter leurs énergies. Des morts il en venait chaque jour, je ne risquais aucunement de me retrouver en pénurie de sitôt. Avec un sourire de plénitude je marchais à pas tranquille tandis que je recherchais mon prochain repas, comme les vampires se nourrissent de sang, je me nourrissais de l’énergie des morts. Les yeux mi-clos je fouillais le sol et écoutait le silence de la nuit, j’appréciais le fait que le ciel soit dégagé, ni vent, ni pluie ou neige, j’étais assez couverte pour ne pas avoir froid. Je commençais tout d’abord par faire le tour du cimetière, je dénombrais le nombre de mort pour le comparer aux chiffres des registres auquel j’avais accès grâce à la couverture du talamasca, la compagnie de pompe funèbres. Je m’arrêtais d’instinct devant une stèle ancienne, je m’accroupissais pour examiner l’état de la terre d’une main. Sous cette terre je pouvais sentir deux énergies bien différentes, l’une était ancienne de bien 5 décennies, l’autre d’une semaine. En tant qu’éclaireuse je me devais d’exécuter régulièrement ce tour de garde afin de vérifier qu’aucune mort ne soit dissimulée aux autorités. Dans le cas contraire nous faisions ce qu’il fallait pour le signaler sans élever de soupçons. Il est rare que cela arrive, mais cette nuit faisait exception apparemment. Mais avant de signaler cette exception, je devais découvrir ce qui l’avait tué, parce qu’il n’était pas rare non plus que des CESS commettent des crimes, volontairement ou accidentellement et dissimule leurs victimes. Sans être une justicière, si la mort était surnaturelle il fallait à notre tour garder le secret, c’était à moi d’évaluer la cause du décès avant d’en référer à mes supérieurs qui s’occuperont du reste. Tout ceci était bien superflu actuellement, mais les habitudes ont la dent dure.

Je canalisais mon pouvoir vers cette source, il voulait d’instinct relever le plus ancien dont l’énergie était la plus puissante, mais je la dirigeais sans trop de difficultés vers le récent, comme s’il ne s’agissait que d’une élongation de mes bras. Si au début j’utilisais tout un rituel complet pour pouvoir relever un mort, j’ai acquis l’expérience qui me permet de passer outre. Je me relevais pour me placer au pied de la tombe dont la terre avait dû être retourné pour enterrer le second cadavre, les yeux clos j’appelais mentalement mon cadavre pour qu’il me rejoigne. Le vent froid se leva, un vent métaphysique que j’étais seule à pouvoir ressentir et me soulevais doucement les quelques mèches de mes cheveux. Les mots prononçaient à haute voix, comme le rituel, étaient superflu, c’est mon pouvoir et le contrôle que j’exerçais qui était important. La terre sous mes pieds commença à trembler avant de se soulever pour livrer le passage au mort que je faisais mien, mon esclave, sauf que je n’avais pas l’intention de l’utiliser comme tel longtemps. Je retirais un canif de la poche intérieure de ma veste tandis que mon compagnon se redressait difficilement complètement hagard. Il avait des cheveux blonds cendré, du moins je le supposais sous cette terre séchée accrochés à sa chevelure. Un asticot glissa de son oreille pour tomber sur son épaule dénudé par le vêtement déchiré. Son regard clair et vide avait du mal à savoir où se poser, la majorité des cadavres ignore encore qu’ils sont morts et c’est la partie la plus emmerdante pour un nécromancien, le lui faire comprendre. Mais avant cela je devais m’assuré qu’il soit entièrement sous mon contrôle. Les dents soudaient je tranchais net mon index de mon canif et tut une protestation douloureuse qui me montait dans la gorge, aussitôt le regard du mort se posa vers l’odeur de mon sang. « Allez mon grand, t’as un petit creux on dirait. Interdiction de mordre. » Je tendais le doigt ensanglanté vers ses lèvres exsangue, affamé, il m’attrapa avec force le poignet de ses deux mains avant d’ouvrir la bouche pour fourrer mon doigt dedans et sucer mon sang. Il fallait avoir l’estomac bien accroché, surtout quand le cadavre est vieux et en pleine décomposition parce que se faire sucer le sang par une bouche ventouse et voir des asticots s’agitaient dans une joue par exemple, ce n’est pas très bon pour la digestion. A sa première gorgée je pouvais ressentir notre lien s’approfondir, je pouvais presque sentir mon propre sang sur ma langue. Mais je réalisais bien vite qu’il y avait quelque chose d’anormale, d’habitude j’ai une langue qui s’enroule sur mon doigt, là je ne sentais rien d’autre que l’effet ventouse. « Ca suffit. » Le zombie ouvrit illico la bouche pour me relâcher, mort récemment il était moins affamés que les anciens qui demandaient plus de sang, et plus difficile à faire lâcher prise. J’attrapais son visage émacié d’une main et le tourner vers la clarté de la lune. « Ouvre la bouche. » Ce qu’il s’exécuta de faire et je pus constater qu’il n’avait plus de langue, celle-ci lui avait été arraché si j’en jugeais par l’état du moignon, il n’y avait rien de chirurgicale là-dedans. Un cadavre qui ne pouvait pas parler m’était inutile, et cela m’agaçait d’avoir dépensé de l’énergie pour rien.

Son regard commença alors à exprimer de l’incompréhension, je tournais son visage de l’autre côté et avisait sa gorge arracher, c’était si atroce qu’il m’était impossible de découvrir si c’était du fait d’un loup-garou ou d’un vampire, ce n’était surement pas un humain qui aurait fait cela. En outre, il n’aurait pas songé à lui arracher la langue pour que de son vivant ou dans sa mort il ne puisse témoigner. La poisse. Le silence fut tout à coup rompu par des cris incompréhensibles, suivis de coup de feu. Le zombie tressaillit et je me tournais vers la direction des coups de feu, encore poursuivis de cris. J’étais si concentrée vers mon cadavre que je n’avais pas ressenti le vampire qui s’approchait trop de nous, beaucoup trop et je savais déjà qui nous allions croiser avant que ces derniers n’arrivent à grand flot dans le cimetière. « Il le veut vivant…Economisez les balles d’argent…L’eau bénite… » Beaucoup de choses se disait entre les miliaires, mais je n’en entendais que le quart à cause des coups de feu et du hurlement que poussa le vampire alors qu’il venait de se faire toucher par une balle. Je m’étais déjà retranché derrière une stèle, un éclat de pierre m’égratigna la joue quand une balle se logea dedans et le corps du zombie s’effondra à côté de moi quand il s’en prit une dans la poitrine. Bien sûr il ne risquait rien, il était encore trop surpris pour réagir en conséquence, et avant qu’il lui vienne l’idée je le bridais derrière mon pouvoir, je devais le garder sous contrôle avant que ça ne dégénère plus encore. « Cessez le feu…Femme en vue… » Autant pour la discrétion, depuis que le couvre-feu je prenais sans cesse le risque d’être vue en ne respectant pas leurs horaires, mais que pouvais-je y faire ? Il me fallait régulièrement relever les morts ou je ne répondais plus de moi et même si l’avenir du talamasca était incertains il fallait encore surveiller la population surnaturel. La fusillade cessa, mais mes oreilles bourdonnaient encore du raffut qu’ils avaient provoqué. Si seulement j’avais ressenti la présence du vampire j’aurais eu une chance de passer inaperçue.

« Montrez-vous ! » Je n’étais pas aussi idiote, une femme et un canif contre au moins trois militaires armés jusqu’aux dents je n’allais surement pas me mettre à découvert. « Vous vous fichez de moi ? Vous venez d’abattre un homme sous mes yeux ! » Par homme je voulais dire vampire, parce que la balle qui l’avait touché venait d’éteindre à tout jamais l’étincelle de vie qu’il possédait encore, une nécromancienne sait faire la différence et je pouvais clairement ressentir que le vampire n’était plus depuis 30secondes. « Montrez-vous ou l’on considèrera comme ennemi, nous avons tous les droits après le couvre-feu. » Il ajouta ensuite quelque chose que mon ouïe humaine n’entendit pas. Je me méfiais des militaires depuis que l’on m’avait relaté une possible alliance entre eux et les chasseurs, le fait qu’ils en sachent autant sur l’argent et l’eau bénite venait de me prouver que c’était le cas. Quel poisse, depuis qu’un vampire suicidaire s’était donné en spectacle en pleine émission de débat, plus personne ne se faisait d’illusion sur l’existence des vampires, et se doutaient plus encore de celles d’autres créatures. L’ordre avait carrément échoué et désormais l’état souhaitait réquisitionner les connaissances de leurs agents pour les mettre à profit d’une extermination en bonne et due forme. Je ne leur avais pas encore donné ma réponse. « Très bien je me lève, mais sachez que je suis humaine et que je travaille pour le gouvernement alors ne tirez pas. » Je m’exécutais ensuite, les mains bien en évidence et fut presque aussitôt aveuglés par des lampes de poches pointer sur moi. Mon zombie suivi mon exemple quand je lui demandais, comme le bon esclave qu’il était, je ne pouvais qu’espérez qu’ils ne tirent pas à vus et qu’ils aient un minimum de bons sens. Il m’était impossible de les voir avec les faisceaux pointer sur mon visage. « Qu’est-ce que c’est que ça ? » S’exclama un soldat. « Discutons comme des personnes raisonnables, je suis humaine et il sera inoffensif tant qu’il sera sous mon contrôle. » « Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? » « Un zombie » Les armes furent toute braquer sur lui, il me suffirait d’un ordre pour qu’il ne fasse qu’une bouchée des militaires. « Sous votre contrôle, est-ce une menace ? » « Non, je vous conseille juste de ne pas m’abattre. » Puisque les faisceaux n’étaient plus braqué sur moi je pouvais enfin réadapter ma vue à la semi-obscurité et dénombrais trois soldats vers nous, deux autres en train de jeter du liquide derrière eux et enflammer ce que je supposais être le vampire. Il n’y a pas meilleur moyen pour s’en débarrasser. « Vous travaillez pour le gouvernement vous dites, quelle organisation ? » « Je crains que ce ne soit encore secret. » Malheureusement l’ordre n’était pas une organisation possédant des badges officiaux, non il s’agissait d’une organisation officieuse. Puisque tous les membres, et même les supérieurs partaient en berne il allait être difficile de prouver mon appartenance. « Vous allez gentiment coopérez et nous suivre vous et votre…Chose. »

J’étais raisonnable, surtout lorsque l’on pointait des armes à feu sur moi, je savais reconnaitre mon impuissance quand je faisais face à l’abus d’autorité. Il serait toujours temps de trouver une solution le moment venus et j’étais humaine, même en dehors du couvre-feu ils ne pourront pas me garder prisonnière longtemps. Parce que j’étais effectivement prisonnière, en compagnie de mon zombie dont l’odeur commençait à se faire plus pestilentielle. Les soldats m’avaient bandé les yeux, au zombie aussi même si j’avais prétexté que ce serait inutile, et j’étais littéralement folle furieuse même si ce n’était pas encore visible. J’avais ruminé en silence le temps du trajet en voiture qui nous menez je ne sais-où, les commentaires des militaires sur l’apparence de mon zombie m’avait foutu en rogne, mais d’être traitée comme une prisonnière plus encore. Mais ce n’était rien à côté de ce que je venais de découvrir. Sous des lumières artificiels, des cages retenaient captif d’autres créatures affaiblies par l’argent des barreaux. J’avais la nette impression que nous nous trouvions dans une caverne emménagé de spot, et certaines créatures semblaient être captives depuis plus longtemps que le début de cette soirée cauchemardesque. Certains même torturé et prostré au milieu de leur cage. Je fus enfermé dans l’une des cages, et mon zombie dans une autre, ce dernier était toujours aussi silencieux et paumé, il essayait quelques fois de prendre la parole mais sa langue manquante lui interdisait de prononcer quelque chose de cohérent, et je devais lui envoyer un peu de mon énergie pour le préserver de l’hystérie qui manquait de le frapper à tout moment, ce dont nous n’avions nullement besoin. « Cette situation et vos actes sont inadmissible, je veux voir votre responsable ! » « Compte là-dessus beauté. » m’avait-on rétorqué avant que les soldats ne disparaissent. C’était une catastrophe, je redoutais le pire qui pouvait se produire en ces lieux et je ne pourrais rien y faire tant que je serais enfermée dans cette foutu cage qui n’aurait aucun effet sur moi, j’ignorais comment faire entendre raison à ces militaires qui n’avaient pas l’air de culpabiliser d’être plus inhumain que les CESS. Avoir un gêne différent de l’ADN humain n’était pas une preuve suffisante de son inhumanité pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t3013-callixte-do-you-want-to-play-with-me http://cup-of-blood.1fr1.net/t2960-callixte-nereia-avalon-le-mort-est-le-guide-du-vivant-terminee http://cup-of-blood.1fr1.net/t2965-callixte-reine-des-glaces
 

Trapped [PV Svetlana & Elizaveta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Eleonnora Svetlana Davidoff
» Carte de Svetlana
» [Terminé] Shiro #005-Déjà-vu: Trapped in a staircase well [Kaname X Inoue X Kondō].
» Silent Arrow M [VALIDE - ENTIER]
» Liens de Dan, de Stan, de Leo & de Gil [EN MAJ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cup of Blood ♥ ::  :: Le Bayou Sauvage-