Aller en haut
Aller en bas



 
RETROUVEZ-NOUS A CETTE ADRESSE ♥️

Partagez | 
 

 Blood red sandman [Temple & Nathanaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Asgard Alavon
« »





avatar



▌A débarqué le : 03/02/2013
▌Parchemins : 1141
▌Quantité de sang disponible : 9727
▌ Code couleur : peru
▌Age du personnage : 22 ans
▌Job : Serveur à l'Ales et étudiant en sciences


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Bon
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Blood red sandman [Temple & Nathanaël]   Mar 5 Mar - 18:26

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La peste soit de la magie, protesta une voix au fond de l'esprit du métamorphe. Surtout de la magie aléatoire, noire, ou celle qui combinait ces deux facteurs. Récapitulons. D'abord, il y avait eu le plaisantin qui avait trouvé amusant de créer une potion, un sort ou Dieu seul savait quoi pour déclencher un échange de corps – inoffensif, certes, mais extrêmement déconcertant. Ensuite, il y avait eu l'épisode, pendant l'échange de corps, à base de fantôme. Et maintenant, pour ne pas perdre les bonnes habitudes à base de morts qui refusaient d'être morts, un zombie. Genre, un vrai zombie, qui dégageait un vague fumet de pourriture et qui devait perdre des morceaux en route. Le polymorphe n'avait rien fait, en plus ! Il n'avait évidemment pas été assez bête pour se balader dans un cimetière par une nuit de pleine lune, ne se souvenait pas avoir irrité un sorcier récemment, et les pouvoirs de Cassandra étaient censés être restés dans le corps de son amie, là où ils ne déclencheraient pas de catastrophe. Certes il avait dû rester plus tard pour une séance de TP un peu complexe, puis avait aidé leur professeur à ranger le matériel. Certes il était tard, les couloirs presque déserts, et il avait coupé par un itinéraire pas très fréquenté, mais en théorie calme.

N'empêche que ça n'expliquait pas le zombie – zombie avec lequel il était tombé presque littéralement nez à nez à un coin de rue. Enfin, il n'était même pas sûr que la créature ait encore un nez, mais bon... Sur le moment, ce qui avait surtout occupé Asgard, c'était un magnifique bond en arrière et un effort monumental pour empêcher son don de le transformer instantanément. Oh, son apparence canine était plutôt impressionnante et très pratique, et son pouvoir, à défaut de la peur, aurait bien pu lui donner des ailes. Mais le brun tenait à sa peau – avec ou sans fourrure – et se transformer en pleine rue était un coup à se retrouver classé "danger public". Or, à défaut des sentinelles de Marvel, la ville regorgeait de personnages plus ou moins dangereux et en général trop armés à son goût et pas forcément mieux disposés que les robots traqueurs des comics.

Un battement de coeur raté et une transformation étouffée plus tard, le polymorphe pivota à toute vitesse sur ses talons, esquivant la main qui se tendait vers lui. Il aurait pu tenter un balayage, une prise... mais la perspective de se retrouver comme dans certains films avec un bout de zombie à la main tua dans l'oeuf toute idée du genre. Au lieu de cela, Asgard fila comme une flèche dans la direction inverse à celle dont venait la créature. Peu importait la direction de la ruelle qu'il empruntait tant qu'il s'éloignait, tant qu'il restait sur l'un de ces axes éclairés, où ses yeux trop humains pourraient repérer le danger. Qui plus est, la créature ne semblant pas disposer des réflexes surdéveloppés de certains êtres surnaturels, il aurait peut-être une chance de la semer d'un sprint ou de quelques zigzags dans les rues.

C'est le coeur battant et le souffle rapide du fait d'un départ trop rapide que le jeune homme finit donc par s'engouffrer à pleine vitesse... dans une impasse. Il freina des quatre fers, dérapa sur le goudron encore humide de bruine, articulant silencieusement un juron. Il était bon pour un nouveau tour de paté de maisons, s'il comptait se débarasser du mort-vivant, à ce stade. Tant pis, au stade où il en était... Un détail intéressant vint cependant contrarier ce plan, à savoir le zombie, à l'entrée de l'impasse. Ah. C'était tenace, quand même, pour un truc supposément mort. Les yeux pers de l'humain glissèrent sur les murs qui le retenaient, revinrent sur la silhouette menaçante. Il s'élança – pas vers la créature, non, vers l'un des murs. D'un mouvement fluide, il bondit, crocheta un creux dans les pierres sans tenir compte de la griffure infligée par le roc, se hissa à la force des poignets sur ce mur de séparation pour constater avec soulagement que de l'autre côté s'étendait un parking apparemment public. Pressé par le temps, le polymorphe ne se posa pas plus de questions et désescalada en catastrophe son perchoir.

Ce ne fut que là qu'Asgard s'accorda quelques instants de répit, inspirant profondément de grandes goulées d'air frais, encore sous le choc. Un truc avec un cerveau déjà décomposé ne risquait pas de penser par lui-même à contourner l'obstacle, si ? A moins qu'il n'y ait quelqu'un derrière le pantin de chair morte ? A propos de tierce personne, un mouvement dans son champ de vision fit relever vivement les yeux au brun. Pas de zombie, pas de fantôme... c'était un progrès, clairement. Par contre, l'inconnu, s'il n'avait pas l'air de présenter un danger, prenait une direction qui risquait de le mener droit dans les bras d'un certain mort-vivant en décomposition. La bonne conscience du polymorphe revint à la charge et l'étudiant se détacha du mur auquel il s'était adossé pour interpeler le passant.

"Si je peux me permettre, je vous déconseille ce chemin-là. On fait mieux, niveau sécurité..."

Il ne pouvait pas décemment dire pourquoi. D'un autre côté, il était incapable de sortir un mensonge un tant soit peu crédible, aussi se contenta-t-il de faire passer à la trappe le coeur de la question, du "pourquoi". Alors qu'il redressait le col de son blouson pour s'éloigner, la rafale de vent courant dans sa chevelure lui apporta une vague d'odeurs qui lui firent froncer nez et sourcils. Là, il espérait très fort que ce n'était que son imagination qui ramenait le fumet de putréfaction de son poursuivant de plus tôt, et pas ledit poursuivant qui revenait à la charge...
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2847-asgard-cross-the-threshold-of-the-mirror http://cup-of-blood.1fr1.net/t2816-asgard-alavon-termine http://cup-of-blood.1fr1.net/t2822-asgard-reflets-mensongers-dans-un-miroir-de-verite
L. Temple Ablach
« lækɨsɪs »





avatar



▌A débarqué le : 17/01/2013
▌Parchemins : 161
▌Quantité de sang disponible : 8732
▌ Code couleur : #663333
▌Job : Valette de Pied au Harrah's Casino - Aspirateur à pognon


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance maléfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Blood red sandman [Temple & Nathanaël]   Sam 9 Mar - 15:38

Personne dans les rues après 21h. La nouvelle était tombée du jour au lendemain. Alors que les activités de la ville étaient au plus bas, le Harrah's, qui lui s'en sortait encore, n'avait pas échappé au rang de victime dans cette histoire. Le patron en était tout simplement furieux, car la fréquentation du Casino s'en trouvait forcément altérée. Heureusement, les restrictions et la peur des gens offraient de nettes compensations : obligés de passer la nuit juste au dessus, ils payaient systématiquement l'hôtel jusqu'au lendemain. Mais ça n'était pas suffisant.

Perdue dans ma contemplation du paysage, installée sur la première marche du perron, je savourais un fond de verre, blanc français en souvenir de mes instants passés avec l'italien. Quelle folie de s'attacher à un homme ! Pourtant, je souhaitais le revoir, attraction insurmontable probablement due à sa nature particulière. J'envisageais une occasion d'y remédier, lorsque mon cellulaire se mit à vibrer.

Nonchalante, je reposai mon verre, et l'extirpai de la poche de mon jean. J'attendis quelques secondes supplémentaires avant de décrocher. « Tu es là dans une heure, grand maximum. On ne peut pas se permettre de perdre de la clientèle. » Pas un merci, pas une formule de politesse, rien que l'ordre, tranchant, mauvais ; et j'en avais l'habitude. Je terminai mon verre, raccrochai, et filai à l'étage pour récupérer mes clefs. Il était 19h à peine, j'aurais donc, une fois sur place, largement le temps de convaincre les plus réfractaires de rester. Une nuit supplémentaire à travailler sans relâche, et l'occasion de mesurer mes gains, de plus en plus moindres ces derniers temps, par le plus grand des paradoxes. Je me sentais de plus en plus oppressée par mes employeurs et de moins en moins encline à me laisser dominer. Néanmoins, j'avais besoin de mes sœurs pour me dresser contre les garous et n'étais pas tout à fait prête à les entraîner là-dedans. Malgré nos atouts évidents, nous n'étions pas en mesure d'en venir à bout. Surtout par les temps qui couraient.


Au volant de ma minie, je longeai sans me presser les rives du Mississippi, dans l'optique de remonter Canal Street au niveau du quartier français. Je constatai que déjà, les rues semblaient vides, à l'exception de quelques voitures de police, et de militaires armés... Les gens ne sortaient plus, c'était terminé ; hormis ceux qui bénéficiaient d'une autorisation particulière pour aller travailler. La peur gonflait le cœur des mortels et nous, membres de la communauté surnaturelle, n'avions plus aucun choix que celui d'attendre, subissant les conséquences des actes d'une poignée d'illuminés. Sorciers, nécromanciens... nous n'avions aucune organisation en Louisiane et il devenait de plus en plus difficile de nous protéger. Nous attendions désespérément l'intervention du Conseil Vampirique, mais à quel prix … ?

Perdue dans mes pensées, je pilai nerveusement. Un feu rouge au sortir de la zone industrielle, et, une silhouette familière, rasant les préfabriqués. Un humain, à l'aura particulière, déjà rencontré par le passé. Le chien de ce sale buveur de sang, emmitouflé dans son blouson. Seul ? J'allais vite le savoir. Remettant à plus tard mes obligations, je tournai à l'angle et garai la voiture à quelques mètres, hors de sa vue. J'entrepris alors de suivre le jeune homme, tout à fait discrète, avec la ferme intention de le terroriser. Un moyen comme un autre de préparer ma vengeance ; j'avais la rancune tenace et son cadavre ambulant avait besoin d'un petit avertissement...

Frappée d'une illumination divine, je respirai un grand coup, et me concentrai. Le pendentif qui ornait mon cou me permettait de puiser dans l'énergie de mes dernières victimes ; également dans celle de mes sœurs, lorsque ces dernières répondaient à mes requêtes. Je passai alors les environs au radar, cherchant un cadavre à ranimer. Il y avait bien un cimetière, un peu plus bas, mais, pour mon plus grand plaisir, je n'eus pas à chercher si loin ; en contrebas, vomi par le fleuve, un défunt mortel répondit à mon appel. Il ne devait pas se trouver à plus de quelques mètres pour réagir aussi bien à mon transfert d'énergie.
Absolument concentrée, je remontai alors le zombi jusqu'à moi, avant de le lancer à la poursuite du jeune homme. L'ordre était clair, et tant que je demeurerais appliquée, le mort-vivant ne s'en détournerait pas. Il avait aussi l'avantage de me servir de GPS, suivant l'humain à la trace, car contrairement à lui, j'avais aussi le pouvoir de localiser le zombi. Pure folie que de jouer à cela, en particulier devant l'allure de mon macchabée. J'avais déjà tenté beaucoup, je n'avais plus suffisamment de force pour lui rendre une apparence totalement humaine. En plus de cela, il était humide et couvert de terre. J'étais bonne pour tuer tout témoin qui se présenterait...

J'allais sincèrement devoir apprendre à mettre ma susceptibilité de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Brythe
« »





avatar



▌A débarqué le : 13/02/2013
▌Parchemins : 425
▌Quantité de sang disponible : 9137
▌ Code couleur : Dark Green
▌Age du personnage : 34 ans
▌Job : Chasseur de fantôme
▌Citation : If you’re going through Hell, keep going.


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Blood red sandman [Temple & Nathanaël]   Dim 17 Mar - 12:50

C’était amusant comment depuis son arrive en Nouvelle-Orléans, il avait eu affaire avec plus de VRAIS poltergeists et de vrais fantômes que dans les années à se promener dans des villages lugubres où des batailles eurent lieux. Elle avait quoi de spécial cette ville pour attiré autant de weirdos et de créatures? Il était certainement mal placé pour parlé, étant lui-même dans la catégorie « weirdo », mais quand même. Des fantômes – de vrais fantômes – qui reviennent ou restent en quantité aussi impressionnantes, c’était franchement anormal. Nate avait évidemment l’occasionnel faux fantôme et père de famille à « invoquer », mais il commençait à en avoir plein de truck de tous ses vrais revenants. Ils demandaient du vrai travail. De vrais efforts…Ce que le jeune nécromancien n’était pas prêt à distribuer gratuitement. Et en plus ça finissait toujours mal des poltergeists…

Après s’être arrêté dans un mini-marché pour un sac de pois surgelés, le jeune homme retournait à pied vers sa voiture après un job qui lui avait certes remplie les poches, mais qui allait lui laisser un œil au beurre noir. Stupide mémé…il lui avait prit quoi à lancer un téléphone à un fantôme? Téléphone qu’il avait reçu carré dans le visage. Les doigts de sa main gauche frigorifiés à force de tenir le sac de légumineuses surgelés, Nate marchait le plus vite possible afin d’éviter tout commentaire désobligeants et franchement parce qu’il voulait aller regarder le prochain épisode de The Walking Dead. Il avait bien besoin de se détendre et de rire un petit peu… Au loin il pouvait apercevoir la ruelle qui le mènerait vers le stationnement dans lequel il avait stationné son bébé, son Electra. Encore quelques minutes et il serait chez lui, au chaud, une pointe de pizza dans une main et une bière dans l’autre…Correction : Une pointe de pizza dans une main, la bière entre les cuisses et le sac de pois dans l’autre. Stupide mémé…

Pizza…bière…pizza…bière. Chaque pas l’amenait plus près de son but. Pizza…bière…Walking Dead. Walking Dead? Nathanael s’arrêta net. C’était quoi cette histoire? Il cracha un juron et se mit à regarder autour de lui lentement, tous les sens à l’affût. Quel lunatique avait conjuré un zombi? Surtout avec toute cette histoire de couvre-feu et la nation au complet sur le bord d’une guerre civile surnaturelle. Stupide stupide stupide! Une armée de zombis plutôt qu’une armée de stupides…Les zombis étaient domptables au moins. Il se mit en marche et laissa tomber le sac de petits pois sur le sol, qui s’ouvrit et propulsa des légumes dans toutes les directions. Au ralentit ça aurait été classe. Son GPS à zombis était en marche et il fallait le dire, plutôt précis. Il n’avait passé les 20 dernières années à s’entraîner en nécromancie pour laisser un néo-imbécile ruiner sa vie. Nouvelle-Orléans, c’était sa ville, ses zombis, ses fantômes.

Comme un chien par à la chasse d’une nouvelle odeur, Nate suivait son intuition pour retrouver ce mort-vivant qui venait carrément de lui gâcher une super soirée. Son visage lui faisait un mal de chien, mais il était trop concentré à retrouver ce zombi avant qu’un humain ne le fasse et que la panique s’installe davantage dans sa ville. Comme un shériff dans un vieux western (ce qu’il aimait les vieux western), il était sur une mission et allait la voir jusqu’au bout. Sa piste le mena jusqu’à une ruelle près d’une ruelle où il savait, il trouverait la silhouette putride de l’immondice que quelqu’un avait invoqué. Il fut toutefois arrêté dans sa chasse par une voix masculine qui lui conseillait de ne pas s’aventurer dans la ruelle. Nate s’arrêta net et tourna la tête vers la source de la mise en garde. Ses yeux clairs percèrent la noirceur et se fixèrent sur un jeune homme, probablement dans la vingtaine, qui semblait plutôt secoué de la situation. L’inconnu se préparait à partir, mais le nécromancien devait absolument lui parler. Si le zombi était après lui, c’est que le nécromancien qui l’avait invoqué avait une dent contre lui. Sans plus de cérémonie, Nate lança, espérant que l’inconnu s’arrêterait :


«Il est après toi, le zombi?»

Nate n’avait pas l’air de grand-chose habituellement, mais ce soir, avec son œil enflé, sa veste de cuir et un air plutôt ennuyé, il émanait de lui un sentiment qu’il savait ce qu’il faisait. Peut-être assez pour mettre en confiance la victime de l’attaque. De toute façon, il n’allait pas se débarasser de lui aussi facilement. Si le zombi était après le jeune, Nate le suivrait jusqu’à ce qu’il trouve la source de l’attaque et y mettre fin.

«Tu as des ennemis, petit?»

Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2880-nathanael-brythe http://cup-of-blood.1fr1.net/t2861-nathanael-brythe-if-you-re-going-through-hell-keep-going http://cup-of-blood.1fr1.net/t2877-nathanael-brythe
Asgard Alavon
« »





avatar



▌A débarqué le : 03/02/2013
▌Parchemins : 1141
▌Quantité de sang disponible : 9727
▌ Code couleur : peru
▌Age du personnage : 22 ans
▌Job : Serveur à l'Ales et étudiant en sciences


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Bon
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Blood red sandman [Temple & Nathanaël]   Ven 22 Mar - 15:17

Il devait y avoir une loi, un peu comme celle exigeant que les corps célestes les plus massifs exercent plus d'attraction sur les autres, mais applicable à la magie et aux ennuis - ce qui se recoupait facilement ces derniers temps. Et évidemment, parce qu'un zombie ne suffisait pas, il fallut que la situation gagne en complexité.

Asgard n'avait pas prêté une réelle attention au passant interpelé. Il avait pour tout dire trop de préoccupations à l'esprit, à commencer par le fait qu'il venait de découvrir l'existence des zombies d'une façon pas forcément idéale pour garder l'esprit calme, qu'il n'avait pas franchement semé l'objet et responsable de cette découverte et qu'il devait gérer son pouvoir qui exigeait de le revêtir de fourrure et de crocs. Le chien-loup qui était sa forme favorite avait quelque chose d'un réconfort, d'un asile personnel, avec ses crocs et sa puissance, mais au vu de la paranoïa ambiante, ce n'était de l'avis du brun vraiment pas la meilleure stratégie à adopter. Il y avait trop de risques, trop de possibilités pour qu'un grain de sable ne s'en mêle et n'empire encore une situation à son avis bien assez compliquée à gérer comme ça. Et à propos de transformation... Le il-ne-savait-quoi clairement averti qui se révéla en lieu et place de l'innocent passant qu'il avait imaginé faillit être la goutte d'eau faisant déborder le vase, si l'étudiant ne s'était pas raccroché à la parole si typiquement humaine pour éviter un accident de métamorphose.

Par une loi aussi inéluctable que celle de l'effet boule de neige des ennuis, au lieu des dizaines de questions plus pertinentes qui auraient pu franchir ses lèvres, la première interrogation se manifesta sous forme d'un "quoi ?" purement et simplement stupéfait. Sérieusement, un jour il faudrait qu'il revoie les probabilités pour tomber dans cette ville sur quelqu'un appartenant au monde surnaturel, ou ayant des preuves de son existence. Et qu'il révise ses réflexes de survie, parce que les statistiques n'auraient pas dû se trouver en tête de ses préoccupations dans ce genre de situation. Coupé en plein élan, il se reprit pour fournir la réponse qu'il attendait à l'inconnu. Après tout, il avait l'air de savoir ce qu'il faisait, autant en profiter pour apprendre de la situation au cas où -il ne l'espérait pas- elle se reproduirait.

"Oui, enfin, il m'a suivi jusque là, donc je suppose... Comment est-ce que vous savez que c'est un zombie sans l'avoir vu ?"

Curiosité, quand tu nous tiens... Pour la défense d'Asgard, c'était tout de même potentiellement utile à avoir, ce genre d'informations - surtout si ça ne s'appliquait pas qu'aux zombies mais à tout types de créatures surnaturelles par exemple. Pouvait-il être détecté ainsi, d'ailleurs, lui qui n'était ni humain ni franchement doué de magie comme il l'avait appris lors de l'échange de corps avec Cassandra ? ç'aurait été sacrément problématique. ç'aurait expliqué deux ou trois rencontres régulières qui ne pouvaient pas être des coïncidences, aussi, mais tout de même...

La question suivante, bien que moins percutante que celle introduisant le zombie comme un élément quotidien, le déstabilisa tout de même. Il y avait un côté trop film d'action ou cinématique de jeu vidéo pour qu'il ne cille pas face à ce genre d'interrogation. "Ennemi", ce n'était pas le genre de mot qu'il s'attendait à prononcer, du moins pas en le concernant. C'était trop fort, trop belliqueux, trop... trop improbable. Il n'était pas au coeur d'une guerre, du moins il l'espérait. S'il avait son lot de gens peu appréciés qu'il évitait en général savamment par manque d'envie de se prendre le bec avec qui que ce soit quand on pouvait faire bien plus intéressant et agréable, il n'aurait jamais apposé dessus l'étiquette "ennemi".

"Pas vraiment... et personne à ma connaissance qui soit capable de réveiller un zombie."

D'ailleurs, un instant, là... L'association "ennemi" plus "zombie après toi" fit jaillir spontanément deux questions chez le brun, qui reporta son regard vers la ruelle, là où l'odeur de décomposition que son odorat plus fin que la moyenne pouvait percevoir - odeur qui lui hérissait les poils, d'ailleurs.

"Vous êtes en train de me dire qu'il est après moi spécifiquement ? Pas juste, je ne sais pas, en quête de chair fraiche ? Je m'en débarrasse comment ? Comme dans les films ?"

Il ne pouvait pas décemment poireauter là à se tourner les pouces, vraiment. Pas que ce soit très digne de déguerpir comme il l'avait fait jusque là, mais Asgard était du genre à avoir du mal à rester inactif. S'il pouvait aider, il le ferait, surtout si à la base un psychopathe s'était amusé à lui coller aux fesses, spécifiquement à lui, un zombie, pour une raison qui restait encore à dévoiler. Pour une fois, le brun estima qu'il allait se passer d'enquête, quitte à rester sur sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2847-asgard-cross-the-threshold-of-the-mirror http://cup-of-blood.1fr1.net/t2816-asgard-alavon-termine http://cup-of-blood.1fr1.net/t2822-asgard-reflets-mensongers-dans-un-miroir-de-verite
L. Temple Ablach
« lækɨsɪs »





avatar



▌A débarqué le : 17/01/2013
▌Parchemins : 161
▌Quantité de sang disponible : 8732
▌ Code couleur : #663333
▌Job : Valette de Pied au Harrah's Casino - Aspirateur à pognon


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance maléfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Blood red sandman [Temple & Nathanaël]   Mer 3 Avr - 20:00

L'heure tournait. Les risques grandissaient, et j'allais sérieusement le payer au boulot. Mais qu'importait. J'étais du genre rancunière, et tenace. J'allais y laisser la peau, un jour. Mais étrangement, la perspective de mourir ne m'effrayait pas plus que ça. J'étais confiante. Assez pour me croire capable de me tirer de tous les mauvais pas. C'avait bien été le cas jusque là. Oui, j'avais tendance à me surestimer ou peut-être évaluais-je tout simplement mes compétences avec objectivité. J'avais du talent, et suffisamment de culot pour me rendre là où on ne m'attendait surtout pas. C'était souvent ce qui me sauvait la vie. Ca, et mon bien-aimé pouvoir.

Ce soir, en revanche, je ne m'étais certainement pas attendue à croiser la route d'un semblable. Un semblable, eh bien pour le moins... ressemblant. Aussi fou et osé que moi, peut-être bien. Malgré la hauteur du niveau...

C'était à croire que personne ne respectait le couvre-feu. C'était bientôt l'heure et on était loin des quartiers résidentiels. De la tôle et du béton s'étalaient à perte de vue. La zone industrielle de La-Nouvelle-Orléans, sur les rives du Mississippi. Juste avant le port et ses navires de marchandises, à la taille démesurée. Je me disais souvent que j'aurais aimé voir la ville du temps de la colonisation française. Pensée qui n'avait pas grand chose à voir avec celles qui auraient dû me préoccuper l'instant présent.

Mon cadavre s'aventurait dans une impasse. Deux grands bâtiments, probablement des dépôts d'on ne savait quoi, se jouxtaient de façon à former une ruelle dans leur prolongement. J'arrivai juste à temps pour voir le gamin se hisser tout en haut d'un muret, avant de disparaître de l'autre côté. Mon foutu zombi était bien trop faible et stupide pour en faire autant. Cet abruti se heurtait au mur et recommençait, à la manière d'un robot. Soupirant, je l'appelais, trépignant d'impatience devant sa lenteur maladive. Relever des morts, c'était sympa. Quand on mettait de côté tous les inconvénients. Si le gosse partait en courant, c'était foutu. Mon vieux débris avançait à vitesse d'escargot, à côté d'un humain en fuite.

Sur les talons du macchabée, je contournai finalement l'imposante bâtisse. Il y avait de l'agitation, de l'autre côté. A bonne distance, j'entendis deux personnes, en train de dialoguer. Je stoppai nette, intimant au zombi de faire de même. En revanche, je ne pouvais pas l'obliger à se taire, et ses infâmes borborygmes m'empêchaient de tendre suffisamment l'oreille pour déterminer le nombre exact d'importuns en train de blablater. Toutefois, je crus bien reconnaître la voix du gamin.

Je délaissai le mort sur un pallier, et m'écartai prudemment de ma cible, pour mieux la contourner. J'avais tout intérêt à demeurer discrète. J'avais bien l'intention de continuer mon petit jeu, mais certainement pas de me faire prendre. J'empruntai alors des dédales de bétons, pour aller me poster parmi les ruines d'une vieille usine. Juste en face se trouvait le parking sur lequel papotait mes deux futures victimes, et un peu plus loin, le mort se tenait tranquille. D'ici, je pouvais contrôler toute la situation sans être vue. Un précieux atout dont je me félicitai.

De là où j'étais, je ne pouvais pas entendre ce qu'ils se disaient. Néanmoins, je pris le temps de vérifier quelques soupçons à propos du type qui avait rejoint le jeune esclave de sang. Il ne m'inspirait pas confiance, et, en me concentrant un minimum, je compris pourquoi. J'étais loin d'être experte en lecture des auras, mais quand je croisais un nécromancien, en général, je parvenais à le reconnaître. A moins que ce dernier ne s'emploie à masquer son identité, mais, cette fois, ce n'était pas le cas. A coup sûr, il avait flairé l'entourloupe et cherchait un moyen de se débarrasser de mon petit compagnon d'une nuit. C'en était trop ! Mon impulsivité finirait par causer ma mort. Mais c'était plus fort que moi. Encore une fois, j'étais rancunière et je ne supportais pas qu'on se mette en travers de ma route. En toute connaissance de cause, je décidai d'envoyer le zombi droit devant.
Rien n'arrête ces trucs là, puisqu'ils sont déjà morts. Rien, hormis le talent d'un nécromancien. On allait bien voir lequel de nous deux était le plus doué à ce petit jeu.

Pressant mon pendentif entre mes doigts, je puisai dans l'énergie qu'il me restait. Ce gris-gris diablement efficace, fit aussi appel au pouvoir de mes sœurs, qui répondirent en ma faveur. Sans doute me pensaient-elle en danger ; quand Nevaeh apprendrait ça, le sermon n'en finirait plus.

Bien cachée, je luttai ainsi contre le pouvoir du nécromancien. J'étais tombée sur un expert, cela se lisait dans son aura. Il n'avait pas besoin de sacrifices et tout le toutim pour relever un mort. Toutefois, il était bien difficile de contrôler un mort-vivant réveillé par un autre. Je lançai alors l'assaut, envoyant le mien droit sur le beau gosse, histoire de voir s'il était vraiment de taille à m'affronter. J'étais folle, et quasiment à court d'énergie. Il n'était pas impossible qu'il me vole mon jouet et me le colle aux fesses... mais je m'en foutais. J'aimais le défi, et observais, concentrée, cette lutte de pouvoir, le sien déferlant à l'encontre du mien. Le gamin allait en prendre plein les yeux.


Revenir en haut Aller en bas




MessageSujet: Re: Blood red sandman [Temple & Nathanaël]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Blood red sandman [Temple & Nathanaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cup of Blood ♥ ::  :: Mississippi River :: La Zone Industrielle
-