Aller en haut
Aller en bas



 
RETROUVEZ-NOUS A CETTE ADRESSE ♥️

Partagez | 
 

 Some nights are not so desperate [ft Mattie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Cassandra Griffiths
« »





avatar



▌Age : 27
▌A débarqué le : 26/11/2012
▌Parchemins : 2466
▌Quantité de sang disponible : 11459
▌Age du personnage : 22 ans


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Ven 8 Fév - 0:00




« Nous vous remercions d’avoir suivi notre émission. Bonsoir… »
Il faisait froid. Un de ces froids dont on arrive pas à déterminer l’origine, parce que toutes les fenêtres sont closes, et qu’aucun courant d’air ne se faufile sous l’interstice des portes. Un froid qui ankylose l’extrémité des doigts et qui tétanise la chair des bras ; Venant déloger le dormeur de son sommeil. Cassandra poussa un profond soupire de lassitude avant de venir frictionner ses avant-bras de ses mains glacées. Elle était avachie dans le canapé du salon, confortablement moulée dans l’épaisseur duveteuse d’un énorme coussin oriental aux pendeloques rutilantes. Ce soir elle devait passer la nuit dans le manoir Griffiths pour la première fois depuis qu’elle avait surpris le spectre de Naveah rôdant au rez-de-chaussée. Nessma avait téléphoné : elle n’aimait pas que la maison reste sans surveillance la nuit pendant trop longtemps, et comme Clarence était encore en voyage à Los Angeles, elle comptait sur Cassandra pour dormir à Garden District. Au début, la jeune fille avait failli refuser, mais l’insistance de sa grand-mère ne souffrait d’aucune protestation. Ses exigences étaient rationnelles, et elle estimait qu’il n’y avait rien de bien terrible à séjourner dans une si glorieuse demeure.
Parce qu’elle avait craint d’être ridicule, Cass ne lui avait pas parlé de l’esprit. Elle s’imaginait que sa granny lui aurait immédiatement rétorqué qu’elle-même habitait le manoir à l’année, et qu’elle n’avait jamais eu à se plaindre d’une quelconque apparition. Et dans une certaine mesure c’était probablement vrai. Jamais dans son enfance, quand elle venait passer les vacances chez sa mamie, Cassie n’avait fait la rencontre du fantôme de Naveah Parks. Elle connaissait vaguement son existence parce que sa mère lui en avait parlé ; Mais pas une seule fois elle n’avait réellement envisagé qu’un esprit puisse élire domicile sous les combles et décider de venir vagabonder à sa guise parmi les différentes pièces de la maison.
Une bourrasque vint faire claquer les carreaux, arrachant la sorcière à sa médiation. Elle jeta une œillade nerveuse en direction des colossales fenêtres du salon, puis entreprit d’attraper la télécommande sur la table basse. Une fois qu’elle eut éteint le poste de télé - qui diffusait une émission stupide dans laquelle les participants devaient slalomer au centre d’un labyrinthe pendant que leur adversaires leurs lançaient des œufs de pâques – elle fut frappée par le silence qui émergea des ténèbres. S’empressant aussitôt de rallumer la télévision et de monter le volume, Cassy commença à se sentir mal à l’aise au milieu du salon. Elle enroula un plaid sur ses épaules, puis se faufila jusqu’à la cuisine en longeant les murs. Dans son dos, elle sentait la nuit peser contre la vitre de la véranda et accéléra le pas jusqu’à rabattre fermement la porte de la cuisine derrière elle. Elle s’efforça de ne pas se souvenir du visage lugubre de Naveah parmi les palmes des plantes vertes, et se servit une tasse de thé brûlante. Ce soir plus qu’un autre, elle aurait tout donné pour qu’un homme fort et chaud la prenne dans ses bras musculeux, la cajole, la taquine avant de lui faire l’amour, et l’arrache à ses macabres songes de revenants terrifiants. D’ordinaire, il lui aurait suffit de prendre son portable, de composer le numéro de Mattie, ou celui de Dylan pour leur faire part de ses appréhensions, leur demander de lui changer les idées – les invités même peut-être ! – et son angoisse ne serrait plus qu’un mauvais souvenir. Mais depuis quelques temps, elle répugnait à contacter Dylan, parce qu’avec les évènements récents, moins elles se verraient, moins les gens assimileraient la jeune polymorphe à la communauté sorcière. Car il ne fallait pas croire que les Griffiths étaient uniquement considérés comme des bienfaiteurs, des richards charitables, et de grands actionnaires. Non… Quelque fois en ville on entendait des rumeurs courir à leur sujets. Des histoires de malédictions, de spiritisme, et même parfois de complot sinistre. Les gens même s’ils n’en avaient pas la preuve avérée, ne pouvaient décemment pas ignorer les choses nébuleuses qui gravitaient autour de la demeure coloniale. Jadis on attribuait ça à des histoires de bonnes femmes ; Mais avec les révélations faites de ces derniers jours, ce qui autrefois semblait incertain, prenait désormais la forme de l’évidence. En conclusion moins Cassandra fréquenterait Dylan, et moins celle-ci ne serrait exposée à des risques de représailles.
Quand à Mattie… Cassy écarta sa tasse de ses lèvres laissant la vapeur tourbillonnante affleurer sur les contours de son visage. Elle se souvenait de sa terrible rencontre avec le jeune vampire. Des coups de couteau frénétique qu’elle lui avait donné. La honte nimba sa mémoire. Elle se trouvait ignoble de lui avoir fait subir une telle épreuve : avec le recule elle regagnait confiance en son ancien ami, et se reprenait à douter de ses intentions véritables. Jamais il n’aurait osé aller jusqu’à la tuer. Il en était incapable cela ne faisait aucun doute. Sa réaction agressive avait été démesurée. Comme il devait la haïr à l’heure actuelle. Comme il devait la trouver monstrueuse : elle, cette sorcière si chic aux dehors si avenants, qui se pâmait d’être la tolérance incarnée, et qui dès lors qu’elle avait l’occasion d’en faire la démonstration, ne trouvait rien de mieux à faire que d’agire sous le coups de l’impulsivité. Elle poussa un juron quand la porcelaine bouillante lui rongea les paumes, faisant choire son thé. Les éclaboussures lui piquèrent la peau des jambes, mais elle eut le réflexe de sauter en arrière pour diminuer les dégâts. Tout en maudissant son inattention, elle s’activa pour ramasser les morceaux brisés de sa tasse et éponger la flaque fumante sur les tomettes grises. Au dessus d’elle l’ampoule grésilla fébrilement. La lumière vacilla comme celle d’une bougie. Les muscles de la jeune fille se crispèrent quand l’action se reproduisit. Elle lança à l’aveugle l’éponge dans l’évier, le regard fixé sur la lampe en perpétuelle clignotement.
- Ne me fait pas ça… Gronda-t-elle, resserrant autour d’elle l’emprise de son plaid. Je t’en supplie ne t’éteint pas…
Et à peine eut-elle prononcé cette phrase que le noir tomba. Ce fut comme si des millions de fourmilles escaladèrent chaque millimètres carrés de son épiderme. Elle sentit les muscles derrière ses oreilles tirer doucement comme pour capter plus puissamment les sons, et ses paupières commençaient à déverser subtilement des larmes de peur. Sans perdre un minute, Cassy reproduisit le même parcours qu’elle avait suivit en courant l’autre soir avant de prendre la fuite jusqu’au Lunatic Café. Une fois qu’elle se trouva dans le hall, elle considéra avec effrois qu’il était lui même plongé dans l’obscurité. Ni une ni deux, elle poussa son chemin jusqu’au porche. Tout en claquant violemment la porte dans son dos, elle poussa un petit cri de rage. Elle détestait sa grand-mère pour l’avoir obligé à rester ici ! Elle détestait sa mère pour ne pas être là pour la protéger de ses cauchemars d’enfant ! Et elle détestait Mattie parce qu’il l’avait fait se sentir aussi minable et qu’elle ne pouvait même plus compter sur lui pour la divertir et lui rappeler que tout n’était pas si inquiétant. En poussant un sanglot de frustration, elle alla s’échoire sur la balancelle de bois jaune pâle dans l’angle gauche du porche. D’ici, elle pouvait à peine voir la lueur vibrante de la télévision dans le salon cachée derrière les rideaux de velours. Plongeant sa tête dans ses mains, elle sentit ses forces l’abandonner. Des mèches de cheveux avait été prisent en tenaille contre ses joues, et lorsque le premier sanglot remonta le long de sa gorge, elle poussa une plainte étouffée, mouillant de larmes salées ses pommettes rondes. Elle aurait tellement voulut que les choses soient différentes. Elle aurait tellement voulut que ses amis ne disparaissent pas les uns après les autres pour qu’au final il ne reste plus qu’elle et cette famille si parfaite qui ne comprenait rien à sa vie de jeune fille sur-sollicitée par toutes ces responsabilités qu’elle n’avait jamais demandé. Plusieurs hoquets entrecoupèrent sa respiration haletante. Elle détestait avoir peur d’une femme morte depuis si longtemps. Elle se sentait si impuissante face à tout ça. Elle voulait revoir son Mattie pour le supplier de la pardonner. De relayer au oubliette son emportement de l’autre fois. Pour qu’il la prenne contre lui et qu’il lui promette de ne plus jamais disparaître.
Un mouvement dans la lumière du réverbère la fit sursauter. Elle déglutit, puis abaissa lentement ses mains. Le plaid avait glissé de ses épaules, et le froid de la nuit commençait à réclamer ses droits. Là dans le jardin, se tenait une silhouette rendue indistincte par la pellicule de larme qui voilait ses pupilles.
- Qui est là… ? Demanda-t-elle d’une voix chevrotante. Qu’est-ce que vous faîte dans ma maison ?
Elle se leva, s’attendant à devoir courir se réfugier à l’intérieur. Cette ombre pouvait-elle être celle de Naveah ? L’ectoplasme pouvait-il seulement sortir de la maison ?
- Vous n’avait rien à faire ici ! Sortez de chez moi.
Cassy amorça un mouvement pour se diriger vers la porte, quand elle s’avisa que les contours de cette personne lui était étrangement familiers.
Il ne lui fallut qu’une seconde pour reconnaître de qui il s’agissait. Elle entrouvrit la bouche sous le choc puis s’avança jusqu’au haut de l’escalier qui descendait dans le jardin.
- Mais… C’est toi… ? Qu’est-ce que… Qu’est-ce que tu fais ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Mattie Odair
« Membre du Mois ♥ »





avatar



▌A débarqué le : 24/11/2012
▌Parchemins : 588
▌Quantité de sang disponible : 10991
▌Age du personnage : 20
▌Rang : Membre du clan Blackstone


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Dim 10 Fév - 17:09

Mi-février approchait à grand pas. Mi février qui sonnerait comme le troisième mois depuis sa transformation. Trois mois et beaucoup de choses avaient changé depuis ce jour fatidique à commencer par sa relation avec son sire. Si au départ et jusqu'à il y a une quinzaine de jours un mois ils étaient en conflit permanent, maintenant ils étaient devenus un peu plus complice. Oh, attention cela ne voulait pas dire que Mattie se montrait tout le temps agréable envers le plus âgé ! Non, non, non ! Mais Odair était quand même beaucoup plus docile et obtempérait plus facilement. Il faut dire qu'il appréciait réellement de plus en plus la présence de son sire. En apprenant à le connaître un petit peu, en oubliant la haine viscérale qu'il avait pour lui au départ Seamus était quelqu'un de plutôt agréable à vivre.. et puis, il était franchement beau et cela en gâchait rien bien au contraire ! Il aimait tant l'attention que l'autre lui portait, cette sorte de dévotion, ce désir permanent brûlant. Il aimait se sentir important pour le plus âgé, ou du moins assez important pour que Seamus veuille le protéger à tout prix, pour qu'il veuille qu'ils restent tous deux ensemble à jamais. Si les sentiments de Jenkins semblaient assez clairs et devaient ressembler à de l'amour, ou quelque chose approximatif, ce que Mattie ressentait pour l'autre était plus inexplicable. Le jeune vampire était un peu perdu dans ses propres ressentis; peut-être bien parce que ces derniers étaient encore trop exaltés, trop vifs, trop.. tout en fait pour qu'il puisse réfléchir aisément. En effet, un coup il était clairement attiré par son sire, par tout ce qu'il représentait, au final par sa gentillesse, sa force, son charisme... et puis une autres fois, il était plus d'exaspéré par son comportement, trouvant de nouveau que l'autre le traitait comme un objet sans sentiment, un trophée. Dans ces moments-là, c'est "l'ancienne" relation qui unissait les deux qui reprenaient le dessus et ils s'engueulaient encore et encore avec ce sentiment que l'un et l'autre ne se comprendrait jamais, avec cette idée qu'ils n'étaient pas sur la même longueur d'onde. La question que Mattie se posait était est-ce qu'au fond de lui il ressentait autre chose que de l'amitié, ou de la haine pour Jenkins... est-ce que tout cela ne cachait pas un sentiment d'amour. Le vrai, amour juste celui dans lequel on peut se jeter parfois à corps perdu parce que l'on est désespéré. Les vrais sentiments qui durent encore et encore. Il n'en savait rien. Il n'arrivait pas à répondre à cette question... alors il n'avait cas laisser le temps faire, peut-être que cela l'aiderait à voir plus clair. Sinon dans les autres changements notable, le fait qu'il arrive à se faire des "amis" ou des camarades ou du moins un lien positif, comme avec Tess ou Meredith. Il ne connaissait pas bien les autres deux jeunes vampires mais la première impression avait été très bonne, notamment celle de Tess. La belle blonde avait quelque chose de... peut-être d'admirable, qui forçait le respect, quelque chose qui lui avait dire qu'ils allaient bien s'entendre, peut-être parce que tout simplement elle l'avait aider et que cet instinct de protection lui plaisait. Malgré ces points positifs, il y avait encore quelques ombres au tableau. Certains des autres vampires du camp qui prenaient toujours un malin plaisir à le bizuter toujours plus ou moins gentiment et le neo vampire ne savait pas du tout comment se dépêtrer de cette situation, ce qu'il pouvait faire, ce qu'il devait faire. Et puis il y avait également ce foutu contrôle de lui même, cette attrait du sang... il avait beau essayer rien, il avait l'impression que la solution n'arriverait jamais à être résolue. Il avait l'impression de ne pas faire de progrès, alors certes, Seamus lui avait bien dit que cela prendrait des années, des dizaines d'années pour qu'il arrive à se gérer correctement mais Mattie n'avait pas cette patience. Il aurait voulu pouvoir apprendre rapidement. Il aurait voulu que tout soit plus simples. Déjà arrivé à contrôler ses pulsions serait un point de départ, et après avoir des conversations normales avec ses amies sans avoir la peur au ventre de les tuer... Plus rien ne serait jamais comme avant, et avant qu'il puisse ladite discussion avec Cassandra ou bien Dylan les deux jeunes femmes auraient le temps de l'oublier... et cela le rendait réellement triste car il tenait à ses amies, à son ancienne vie et il avait toujours du mal à s'en défaire ! M'enfin bon, il faisait d'énormes efforts pour s'habituer à sa nouvelle condition !

Cette nuit-là, peu de temps après son réveil, Seamus l'avait emmené chasser. Enfin, il lui avait trouvé une jeune femme afin qu'il puisse se repaitre en paix... mais après s'être abreuver encore une fois de son fluide vital, Odair n'eut pas le courage de tuer sa pauvre victime qui était donc à moitié en train d'agoniser... Ce n'était pas pur sadisme qu'il faisait cela, c'est juste qu'il n'arrivait pas à se faire à l'idée de l'achever par un coup, quel qu'il soit. Il ne voulait pas être un meurtrier... Il n'était pas prêt à cette étape, seulement cela ne plut visiblement qu'à moitié à Seamus ! En effet son sire recommença à l'engueuler, à bougonner mettant le neo vampire plus à l'aise qu'autre chose. Ce n'était certainement pas méchant avec la sensibilité accrue du fait de son jeune âge, cela était trop... Et le pire ne tarda pas à arriver, quand le plus âgé l'obligea à le tuer. Il n'y avait eut qu'un craquement, la victime ne souffrait plus mais il était officiellement devenu un meurtrier. Pendant quelques secondes, il resta interdit face au geste qu'il venait de faire avant de partir, rapidement, sans un mot, bouleversé. Une nouvelle fois il s'était mis à détester son sire. Pourquoi est-ce qu'il ne pouvait pas comprendre que c'était trop dur pour lui ?! Il lui fallait juste un peu de temps pour s'habituer à tout cela. Pourquoi est-ce qu'il l'avait obligé à le tuer... Pourquoi ?



Ses pas l'avaient finalement mené dans un lieu qu'il connaissait plutôt bien: Garden District. C'était là qu'habitait Cassandra. Peut-être était-ce un signe du destin. Peut-être était-ce un signe pour dire qu'il était temps que les deux amis se réconcilient... mais c'était difficile à croire. Mattie ne comprenait toujours pas pourquoi est-ce qu'elle l'avait poignardé avec tant de rage, de hargne et surtout autant de fois. Il n'avait pas reconnu son amie, il avait juste eut l'impression qu'une entité avait pris possession de son corps laissant ressortir ses plus bas instincts et cela lui faisait en quelque sorte peur. S'il la recroisait, comment est-ce que cette nouvelle rencontre se passerait ? Si ça se trouve la jeune femme lui en voulait toujours parce qu'il avait perdu le contrôle et qu'il avait tenté de la tuer... Après hésité quelques instants, il se dirigea finalement vers la résidence de la belle sorcière. S'il ne pouvait pas lui parler, il avait au moins envie de la voir, de l'apercevoir ne serait-ce qu'à une fenêtre ! Attention, il ne fallait pas se méprendre, il n'était pas voyeur... il ressentait juste cette envie comme un réel besoin, une nécessité ! Arrivé au niveau du château, il remarqua qu'elle était là et même dehors. Intrigué, voir même un peu inquiet, il oublia les règles de "sécurité" et s'approcha un peu... Certainement pas suffisamment pour qu'elle le reconnaisse mais assez pour quelle voit une silhouette, et comme si elle était dotée d'une sixième sens, elle remarqua qu'il était-là. A ses questions, il se tut. Il ne pouvait pas dire que c'était lui, tout comme il ne pouvait pas lui dire qu'il venait la voir comme si rien ne c'était passé. Lorsqu'elle "riposta" qu'il n'avait rien à faire ici, il ne bougea pas. Malgré tout cela lui faisait du bien de voir qu'elle était en vie, d'entendre le son de sa voix... et puis... elle le reconnut. A ce moment-là, il s'avança lentement, très lentement un air plus penaud qu'autre chose sur le visage (ce qui pouvait être assez étrange vu sa nature vampirique) Salut Cass'... Je suis contente de voir que... enfin que t'ais l'air en bonne santé. Il se tut quelques instant avant de s'avancer encore de quelques pas, la limite entre le jardin et la maison. Je.. passais juste par-là... parce que tu me manquais. sa voix se cassa légèrement mais il ne tarda pas à continuer et aussi, un peu pour m'excuser d'avoir voulu te vider de ton sang la dernière fois, mais pour ma défense c'était un peu contre ma volonté. Il n'aurait pas eu beoin de se justifier la sorcière était assez intelligente pour le savoir, mais Mattie avait ressenti ce besoin oppressant de le dire à voix haute. Tu racontes quoi de beau … enfin si tu veux toujours me parler.. sinon.. je veux partir, je ne voudrais pas t'importuner, te pourrir la vie si jamais tu veux m'oublier. Et voilà le mélodramatique qui revenait au galop, tout comme ce qui ressemblait à sa dépression. De la voir face à lui lui faisait mal, parce qu'il se rappelait encore plus tout ce qu'il avait perdu.
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2596-mattie-oo-les-sujets http://cup-of-blood.1fr1.net/t2591-mattie-oo-you-re-just-a-cannibal-and-i-m-afraid-i-won-t-get-out-alive-fini http://cup-of-blood.1fr1.net/t2595-mattie-oo-never-wanted-everything-to-end-this-way#118731
Cassandra Griffiths
« »





avatar



▌Age : 27
▌A débarqué le : 26/11/2012
▌Parchemins : 2466
▌Quantité de sang disponible : 11459
▌Age du personnage : 22 ans


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Mer 13 Fév - 16:45


Il est mal aisé de savoir quoi faire en présence d’une personne que l’on a blessé. D’autant plus lorsqu’on a attaqué cette personne au moyen d’une arme blanche. Heureusement ce genre de scénario n’est pas le plus répandu et en principe à moins que l’on souhaite finir le travail, il y a peu de chance pour qu’on recroise notre victime un jour ailleurs que dans un tribunal ou un commissariat de police. Si l’on a pas l’excuse de la schizophrénie à brandir devant soit pour se permettre ce genre de frasque, on passe généralement pour quelqu’un de peu fiable voir de parfaitement inquiétant. Les gens auront alors tendance à nous éviter sinon à nous persécuter pour se venger de l’une ou l’autre de nos exactions, et avant même que nous ne puissions riposter, on nous aura fait interner à l’hôpital psychiatrique le plus proche pour nous faire subir une batterie de tests destinés à nous cataloguer parmi les individus de type déficient mental.
Aucun commissaire vêtu de son uniforme n’était venu frapper à la porte de Cassandra pour lui signaler qu’une main courante avait été déposée contre elle, pas plus qu’elle avait vu l’ombre d’un infirmier se glisser par le portail avec l’autorisation légale de l’embarquer de force. Ca n’était pas réellement surprenant dans la mesure où Mattie n’avait aucun moyen de porter plainte contre la jeune femme, sans indiquer au préalable qu’il avait lui même tenté de l’assassiné parce qu’il s’avérait être un jeune vampire à peine sortit des jupes de son sire. Dans le cas contraire celui qui aurait finit dans une cellule capitonnée n’était pas nécessairement celui qu'on croit.
C’est donc un peu pantoise, et naturellement embarrassée que l’héritière écouta son ami la saluer avec la mine déconfite d’un enfant pris en faute, et lui avouer être soulagé de la voir en si bonne santé. Bien sûr la jeune femme ne s’était pas attendue à le voir lui sauter au cou envoyant paître d’une banale étreinte l’entièreté des évènements passés. Il faut dire aussi qu’elle ne s’attendait pas d’avantage à le voir rappliquer jusque dans son jardin. Si elle s’était demandée où pouvait bien être passé Mattie suite à leur précédente rencontre, à aucun moment elle n’avait émis la suggestion qu’attendre son retour était la meilleure des réponses. Mais la façon bienveillante avec laquelle il s’enquit de son état était elle-même inattendue. Ne devait-il pas la haïr comme toute personne sensé le lui conseillerait ? D’un autre côté, Cassy n’allait pas s’en plaindre. Loin de là ! Elle était juste sous le coup de l’émotion. La subite apparition, presque providentiel du jeune homme était la meilleure chose qui pouvait lui arriver en cette nuit tellement sinistre. Elle s’avança jusqu’à la rampe, déposant délicatement sa main sur la rambarde, ne sachant pas trop quoi faire, ni quoi dire.
La clairvoyance lui recommandait de ne surtout pas réitérer ses embrassades de l’autres fois sous peine de ré-enclencher un combat qui cette fois-ci aurait peut de chance de finir aussi bien. L’eau n’avait pas suffisamment coulée sous les ponts pour leur permettre ce genre de comportement. En tant que sorcière ayant déjà eut à se confronter à l’attaque d’un vampire, Cassy savait donc que plus elle se tiendrait éloignée de Mattie, moins il y avait de risque qu’elle ne finisse en hors-d’œuvre. C’était un réaction complètement antagoniste à son ressentit actuel, néanmoins elle n’avait guère d’autre solution. Même si en son fort intérieur elle n’attendait qu’une seule chose, c’était de pouvoir embrasser les joues hâves du vampire, la situation était encore beaucoup trop instable. Quand il lui avoua qu’elle lui avait manqué, la jeune femme libéra une longue expiration. Sans s’en rendre compte, elle avait retenu sa respiration depuis l’arrivée du jeune Odair.
-Moi aussi tu m’a manqué… Sentendit-elle bredouiller, incapable de détacher son regard du visage du jeune homme nimbé de la lueur crue des appliques.
Un léger trémolo brisa sa voix douce, avant qu’il n’ajoute de plates excuses sur ce qu’il avait essayé de lui faire au bayou St John. La jeune demoiselle afficha un air ému. Mattie n’avait pas à lui demander pardon. Elle estimait que si quelqu’un avait à s’excuser, c’était bien elle. Lui, comme il l’expliqua ensuite, n’avait pu faire autrement du fait de son nouvel état vampirique. En ce qui la concernait, elle était pleinement accomplie en tant que sorcière, et quand bien même elle n’était pas habituée à sauver sa vie face à un vampire, elle aurait dû réussir à rester maîtresse d’elle même et ne pas succomber à la folie. Cependant elle consentit à accepter ses excuses. Il était encore libre de s’estimer responsable quand cela lui chantait, tout ce qu’elle pouvait faire pour lui était de l’amender pour qu’il ne soit pas tourmenté par la culpabilité.
-Merci, je te pardonnes. Tout comme j’espère que tu me pardonnera… ?
Naturellement c’était une question. Une question qui s’adressait autant à son interlocuteur qu’à elle-même. Car la jeune femme se sentait encore si fautive, si indigne, qu’elle portait le poids de son remord comme une chape lourde voûtant son dos.
-J’avais tellement peur que je me suis emportée… J’ai cru que tu allais me tuer ce soir là et… Je n’aurais pas du réagir comme je l’ais fait, c’était cruel…
Cassandra ébaucha un mouvement du bras pour le retenir lorsqu’il lui proposa de partir pour toujours, de la laisser l’oublier. Elle n’avait pas envie de l’oublier ! Elle ne voulait pas le perdre ! C’était tellement injuste ! Ils n’avaient pas mérité de se retrouver face à face dans un duel de sorcière et de démon ! C’était quand même incroyable qu’elle parvienne à parler avec Seamus normalement, presque à coucher avec lui : alors que son Mattie semblait emprunt d’un tabou qu’elle n’était pas en mesure de briser ! Elle ne voulait pas que cela se passe ainsi !
-Non reste ! Cria-t-elle, descendant d’une marche. Ne t’en vas pas je t’en supplie… Restes avec moi. Ne me quitte pas… Je ne veux pas te perdre Mattie ! Elle poussa un soupire d’agacement pour dissimuler un sanglot qui remontait du fond de sa gorge. Ô mais pourquoi est-ce que les choses devraient se passer de cette manière ?! Je ne te juge pas Mattie ! Je me fiche bien que tu sois devenu un vampire, tu aurais même pus te changer en un nécromancien psychopathe relevant des cadavres à gogo que ça n’aurait pas changer mes sentiments pour toi ! Tu es mon Mattie ! Ca ne peut pas disparaître d’un simple battement de cœur ! Ça ne peut pas finir ainsi… Je ne le veux pas…

Elle crispa ses doigts autour de la rampe pour résister à l’envie grandissante de courir l’emprisonner de ses bras. Non elle ne pouvait pas prendre le risque de faire un faut pas. Il n’en était pas question pas maintenant pas alors qu’il avait fait un pas vers elle. Elle ne voulait plus le perdre. Plus jamais.
-Je suis une sorcière Mattie. Je connais les vampires. Je ne suis pas faible. Je ne veux pas que tu craignes pour ma vie. Tu ne me ferras jamais de mal, tu en es incapable, je te connais bien. Tu es mon ami. Et les amis sont sensés être là les uns pour les autres en cas d’épreuve. Laisses-moi être là pour toi Mattie…
Elle plaqua sa main contre sa bouche afin de réprimer un nouveau hoquet.
-Je suis désolée de ce qu’il t’es arrivé Mattie… Mais tu restes mon Mattie.
Elle aurait voulu lui tendre la main pour l’inviter à s’approcher un peu plus, mais sa conscience lui soufflait que ça n’était vraiment pas la chose à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Mattie Odair
« Membre du Mois ♥ »





avatar



▌A débarqué le : 24/11/2012
▌Parchemins : 588
▌Quantité de sang disponible : 10991
▌Age du personnage : 20
▌Rang : Membre du clan Blackstone


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Lun 18 Fév - 15:13

Bien. Elle n'avait pas avancé, il n'y avait pas eu d'émouvantes étreintes, même s'il est vrai que le jeune vampire aurait aimé sentir le contact de la peau de son amie sur la sienne. Comme avant. Malheureusement, c'était un mal pour un bien... Le jeune vampire dans ses aveux, ses excuses lui avait entre autre dit qu'elle lui avait manqué. C'était un aveu, un vrai aveu. Il n'y avait pas de sous-entendus ou de mensonges, il avait vraiment besoin de son amie pour s'épanouir. Ou du moins Mattie avait cette impression. Il avait toujours été proche avec la sorcière, depuis qu'ils se connaissaient, elle avait été comme une confidente, une de ses meilleures amies, il avait toujours pu compter sur elle et vice versa. Un petit sourire naquit sur le visage du neo-vampire, lorsqu'elle lui dit que c'était réciproque, que lui aussi lui avait manqué. Même si d'un côté c'était triste parce qu'il n'y avait rien à faire pour remédier à la situation, d'un autre côté cela montrait qu'elle était toujours attachée à lui, et s'il lui avait manqué cela voulait dire qu'elle avait dû lui pardonner. Néanmoins, il trouva cela tout à fait normal de s'excuser à plates coutures, en lui donnant son point de vue, en essayant de rester rationnel, concis, vrai. Le but n'était pas qu'elle le plaigne, mais qu'elle comprenne que jamais en temps normal il aurait souhaité lui vrai du mal, que c'était la Bête en lui qui avait contrôlé ses malheureux gestes. Oui, il était responsable de tout, c'était bien lui qui l'avait provoqué non ? S'il avait agi normalement, jamais Cass ne l'aurait poignardé, c'était une relation de cause à effet, point final. Il était rongé par cette culpabilité et il avait réellement besoin de l'entendre prononcer ces quelques petits mots qui seraient en quelque sortes salvateurs. Ce que dit alors son amie le laissa quelque peu perplexe, il fronça légèrement les sourcils. Bien sûr que oui il l'avait pardonné, sinon jamais il ne serait venu ici. Il n'était pas débile... S'il lui en voulait encore, jamais il n'aurait pris un aussi gros risque de se pointer dans les environs ! Bien sûr que oui. Pas de soucis. C'était de bonne guerre on va dire. Même si cela lui laissait un amer goût de douleur, d'incompréhension... avant qu'il n'ait à lui poser plus de questions, elle lui avait même dit qu'elle s'était emportée à cause de la peur parce qu'elle pensait qu'il allait la tuer. Baissant la tête, honteusement, il répondit faiblement Je t'aurais certainement tué si tu ne m'avais pas poignardé... et puis, je ne régénère vite, alors bon. Il la comprenait, il lui pardonnait mais cet agissement le laissait toujours interdit. Cassie avait vraiment été en proie d'une violence incontrôlable... et c'était assez inquiétant. Après s'être tut quelques instants, il crut bon de rajouter une pointe de déception dans la voix, le ton, légèrement J'aurais bien aimé te serrer dans mes bras pour nos retrouvailles, nos pardons, mais malheureusement... je crois qu'il vaut mieux éviter. Il eut un petit rire assez jaune et continua Ou alors des retrouvailles charnelles pour seller une réconciliation, c'est pas mal aussi parait-il... mais là non plus c'était impossible, et c'était fort dommage. Il aurait voulu passer une autre nuit avec elle, une nuit où ils seraient totalement sobres, une nuit aussi bonne voire meilleure que la précédente. Vivre dans le passé n'était pas bon, cela maintenait le jeune vampire dans une sorte de dépression, de spirale infernale, Néanmoins, ses souvenirs lui maintenaient la tête hors de l'eau parfois. Il aimait se rappeler ce genre de nuit... Alors, c'était un peu comme une spirale infernale tout cette histoire.
Cassie ne tarda pas à faire un petit geste, lorsqu'Odair proposa de partir pour la laisser en paix. Si ses souvenirs étaient important pour lui, peut-être qu'elle avait besoin de temps pour l'oublier, pour faire son deuil en quelque sortes. Car oui, il était mort, jamais plus il ne serait le sympathique ami qu'elle avait pu avoir autrefois. La belle sorcière lui avait finalement hurlé de rester. Elle le suppliait presque, elle ne voulait pas le perdre, elle ne voulait pas qu'il la quitte. De nouveau, le jeune vampire, baissa le regard au sol. Ne voyait-elle donc rien de ce qu'il en était ?! Qu'il était devenu un monstre, une bête incontrôlable, qu'il était mort, qu'il risquait de la tuer à tout moment. Pourquoi est-ce qu'elle ne pouvait pas voir cela ? Ce qu'elle avait dit par la suite, l'avait encore plus mis mal à l'aise, rendu triste, rendu confus. C'était encore une fois comme si tous ses sentiments s'entremêlaient. C'était injuste, si injuste... Au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, je crois que mon cœur ne bat plus Cassie. Ce n'était pas méchamment, ou de façon sarcastique. Il était juste las de tout cela, et triste aussi. Il ne voulait pas faire de la peine à son amie, il ne voulait pas lui faire du mal. Tout était si compliqué au point qu'il avait envie de se prendre la tête entre les mains, de s'arracher le cerveau pour ne plus entendre toutes ces petites voix, pour ne plus ressentir tout cela. C'était trop dur. Trop dur d'essayer de s''adapter à cette nouvelle vie, à cette relation avec son sire -et les autres vampires-. Trop dur de continuer à avoir un lien avec le passé qui lui rappelait sans cesse le monstre qu'il était devenu. S'il avait pu, il se serait certainement mis à pleurer mais au final, il continua juste à parler sa voix était cassée par moment Je peux te tuer à tout moment Cass. Sans le vouloir, sans me contrôler. Je peux te tuer toi, un membre de ta famille, un innocent, un vieux ou un gamin. Un meurtrier, un salaud comme la meilleure personne qui soit. Je peux pas me contrôler. C'est... Il s'était tût quelques instant avant de reprendre sur un autre sujet, ou plutôt avec une autre approche Tu m'as perdu Cass, le jour où je suis devenu ce monstre. Je ne suis plus comme avant, je ne le serai plus jamais... Alors oui, j'aime passer du temps avec toi, j'en ai besoin... je n'ai pas envie de partir, de te faire des adieux ou autres. Je n'ai pas envie de tout ça. En fait j'en sais rien. Je... C'est trop confus. Je veux juste ma vie d'avant, que tout reprenne sans problème, mais c'est impossible... alors... je ne sais plus quoi faire.ca pour être confus, c'était confus et ce n'était pas certain que son amie comprenne tout ce qu'il avait voulu dire ! Mais il avait tout sortit sans réfléchir, comme ça lui venait ! Les arguments de la demoiselle le firent faiblement sourire. Il savait pertinemment qu'elle était une sorcière, qu'elle savait se défendre et sûrement qu'elle en savait plus que lui sur les vampires, mais là où elle se trompait lourdement c'est lorsqu'elle disait qu'il était incapable de lui du mal. Bien sûr que si, il suffisait d'une seule seconde, d'une seule goutte de sang pour qu'il perde la tête et se mette en tête qu'elle lui serve de dîner. Il la tuerait comme il avait tué l'autre personne un peu plus tôt. Meutrier. Monstre sanguinaire, sans cœur voilà à quoi il était voué. Elle avait une telle foie en lui que c'était merveilleux, il l'en remerciait mais cela porterait certainement préjudice tôt ou tard à la sorcière. Se passant une main dans les cheveux, le garçon avait bientôt repris Cassou chérie, je sais que tu n'es pas faible, bien au contraire. Mais si ça avait été n'importe qui d'autres comme vampire la dernière fois tu l'aurais certainement tué. Tu ne le feras pas avec moi alors que quoi que tu penses, si je peux te faire du mal. Involontairement certes, mais je t'en ferais. Il tendit doucement la main vers elle avant de la retirer brusquement se rendant compte que c'était un geste totalement stupide. Je ne suis plus ton Mattie, Cassie. Il se mordilla doucement la lèvre visiblement rongé par les remords avant de souffler J'ai tué quelqu'un ce soir Cass. Quelqu'un dont le seul tord a été de se trouver sur ma route. Sur notre route. Notre, évoquant bien entendu son sire et lui-même. Tu crois vraiment que Ton Mattie aurait fait ça ? Non ! Jamais... Jamais je n'aurais pu faire du mal à quelqu'un avant, aujourd'hui je me damnerai pour avoir du sang. Il se tut quelques secondes avant de rajouter plus faiblement J'ai tué quelqu'un. Je suis un monstre. Un putain de monstre sanguinaire. J'ai tué quelqu'un. Il m'a obligé. A ce moment là le jeune Odair n'était pas forcément des plus rationnels, et même s'il n'était pas dans un état second, il était toujours choqué par son geste, par tout ce que cela incriminé. Il n'avait pas répondu à tout ce que lui avait soufflé son amie, il en avait bien confiance. Oui, bien sûr que oui, il voulait toujours être son ami, ils avaient besoin l'un de l’autre surtout lui d'elle d'ailleurs. Mais en tant qu'ami, il devait prendre soin d'elle, et s'il avait de la vider de ce son sang ça serait au final tout le contraire. Je suis désolé Cass.
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2596-mattie-oo-les-sujets http://cup-of-blood.1fr1.net/t2591-mattie-oo-you-re-just-a-cannibal-and-i-m-afraid-i-won-t-get-out-alive-fini http://cup-of-blood.1fr1.net/t2595-mattie-oo-never-wanted-everything-to-end-this-way#118731
Cassandra Griffiths
« »





avatar



▌Age : 27
▌A débarqué le : 26/11/2012
▌Parchemins : 2466
▌Quantité de sang disponible : 11459
▌Age du personnage : 22 ans


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Ven 22 Fév - 17:50


Au moins était-il là, et non pas au fin fond d’une antre perdue dans les profondeurs humides d’un cimetière. Cassandra se doutait qu’il n’avait pas dû être facile pour le jeune vampire de parcourir tout ce chemin pour venir la retrouver et lui faire part de ses regrets. Et comme il avait un regard impitoyable envers lui-même… La cohabitation avec son sire ne devait guère être commode ! Car qui pouvait autant haïr sa nouvelle nature et ne pas en vouloir à celui qui la lui avait infligé ? C’était impossible. Mais Mattie détestait déjà les vampires bien avant d’avoir à lui même céder aux caprices de son nouveau démon. Elle lui envoya un pâle sourire reconnaissant quand il concéda à lui pardonner son incartade. Même si dans sa façon d’être (aussi imperceptible puisse-t-elle être en raison de la fraîcheur de sa transformation) la jeune femme parvenait sans mal à déceler un relent de peur, ou tout du moins, d’agitation. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il oublie d’un simple accord mutuel ce jusqu’où elle était allée pour défendre sa vie ; et probablement répondre à l’appétit cruel de cette part sombre de sa personnalité. La sorcellerie, et ses privilèges avaient fait d’elle une jeune femme narcissique prête à tout pour conserver l’avantage sur quiconque tenterait de lui nuire. Il était inutile de chercher à le nier, elle n’était pas si pure et parfaite que la délicatesse de ses traits le laissait entendre.
Puis se fut sur un ton teinté de regret qu’il ajouta préféré ne pas l’enlacer, quand bien même en mourrait-il d’envie. Cassie enroula ses bras autour d’elle afin de résister à la tentation d’enfreindre cette règle tacite qui s’était fixé entre eux depuis leur dernière rencontre. Elle regrettait sincèrement de ne pouvoir le toucher pour le rassurer, pour lui faire comprendre qu’en dépit de tout ce qu’il pouvait bien dire sur son sort, et sur ce qu’il était amené à faire, elle ne lui en voulait pas. Il était un vampire, cela induisait qu’il n’avait plus d’autre choix que de vivre au dépend des humains. S’en vouloir pour cela, se battre contre cette pulsion ne servirait à rien. Et il renchérit sur une plaisanterie dont l’humour la fit baisser les yeux dans un rire contenu. Partager son lit… Comme cela serrait bon. Le sentir contre sa peau, humer son odeur et chercher sa chaleur pour s’en nourrire. Pour oublier, pour sceller leur retrouvaille d’un amour inflexible, prompt à les unir une nouvelle fois. Hélas cette chimère n’était pas pour eux. A la moindre expression d’une passion charnelle, Mattie perdrait le contrôle de son être pour se vouer corps et âme à sa soif insatiable. Il ne manquerait pas de la tuer au milieux de leur ébats, rendant tout cela encore plus désolant.
-Ne me tentes pas voyou… Souffla-t-elle en lui envoyant un clin d’œil tendre. Tu sais parfaitement que je suis incapable de te résister quand tu me dis des choses pareilles. De sa main gauche, elle fit courir son indexe le long de sa chaîne en or, sur son décolleté plongeant, à la manière d’une amante enjôleuse. Ce geste anodin lui fit réaliser que son affection pour le jeune Odair était loin d’être morte. Et tu n’auras peut-être pas besoin de me saouler pour m’avoir cette fois-ci. Conclu-t-elle sur un large sourire taquin.
Et c’était vrai ! Pendant son absence la jeune Griffiths s’était aperçue à quelle point elle tenait à lui. Il y avait une forme d’amour plus profond qu’une banale histoire amitié entre eux, et si le jeune homme avait voulut la rejoindre dans son lit, elle était persuadée qu’elle en aurait été la femme la plus comblée. Mais comme dit plutôt cela demeurait impossible.
-Oui ton cœur est inerte… Tu n’es pas tenue de respirer, et tu redoutes la lumière du jour. Ce sont les conditions sine qua non de ta nouvelle nature Mattie… Elle frotta lentement ses mains sur ses cuisses pour y trouver une forme de réconfort. Elle ne voulais pas le froisser, aussi s’imposait-elle un timbre vocal calme et doux, qui tenait plus de la compassion qu’une quelconque forme de jugement hostile. Je ne te juge pas. Comment le pourrais-je… ?

En l’écoutant lui dire qu’elle l’avait perdu, la sorcière inspira précipitamment retenant son souffle comme si la moindre brise pouvait l’emporter loin au confins de terres reculées. Il n’existait aucune formule, aucune potion, pas le moindre talisman pour empêcher Mattie d’être ce qu’il était devenue, ou bien tout cela était-il trop obscure à son savoir, et Cassandra n’avait aucun moyen de lui venir en aide autrement qu’en l’acceptant sous son nouveau visage. Nul retour en arrière n’était possible… Et pourtant elle ne pouvait se résoudre à accepter passivement de voir le visage de son ami-amant s’enfouire parmi les ombres, avant de s’éteindre parfaitement à sa mémoire. Elle fit un nouveau pas, descendant d’une marche avec la prudence d’un dompteur face à un fauve.
-Je ne te perdrais plus jamais… Je n’y consens pas.
Le néo-vampire passa sa main dans sa chevelure apparemment en proie à une décision douloureuse. Il parti selon l’hypothèse qu’en présence d’un autre vampire, elle n’aurait pas hésité une seule seconde avant de l’abattre pour sauver sa peau. Ça n’était peut-être pas faux, mais ça n’était pas complètement vrai pour autant. Donner la mort, en était-elle seulement capable ? Puis de sa main il esquissa un geste pour la toucher, mais se ravisa aussitôt avant de poursuivre sur une confession d’un tout autre genre. Il avait tué. Pour se nourrir, pour survivre. Parce que quelqu’un : ce nous aux allures de il, le lui avait demandé. L’y avait contraint. Et c’était à nouveau ce dégoût de lui-même qui plut à travers sa bouche, s’insultant de monstre sanguinaire, frappant avec mépris son cœur déjà meurtrit.

Cassandra frémit de voir son tendre Mattie la cible d’un si grand désarrois d’une si grande confusion qui lui minait le morale, lui rongeait l’esprit, le poussant à se flageller comme un supplicié en pénitence. Elle aurait tout donné pour pouvoir attraper sa tête et la caler dans le creux de son cou, caressant de sa main sa joue et lui intimant de garder son calme, pendant qu’elle chercherait les bonne paroles pour apaiser son tourment. Il n’y avait plus que deux marche et quelques pas pour les écarter l’un de l’autre. C’était une véritable torture !
-Je n’ai pas la moindre idée de ce que tu traverse Mattie, et je ne peux aucunement prétendre pouvoir trouver un remède à ta détresse. Ce soir ce… Il t’a obligé à commettre l’irréparable. Quelqu’un est mort et de ta main… Soit. Elle dressa sa main devant elle à hauteur de ses seins retenant son envie de la lui tendre. C’est ton sire qui devrait porter la culpabilité de ce crime et non toi. Tu n’as pas d’excuse à me présenter Mattie, je n’ai rien à dire sur ce que tu ferra désormais, je ne peux même pas imaginer le combat intérieur qui palpite au fond de toi. Et je sais… Oui je sais que tu voudrais tout faire pour que rien de tout cela n’ait jamais eu lieu. Pour que cette personne soit encore en vie, pour que tu puisse me parler sans éprouver le désire impérieux de fondre sur moi pour me vider de mon sang, et pour que ta vie ne se borne plus à traîner ton mal-être exacerbé par la précarité de ta nouvelle nature. Pourtant nous ne pouvons plus réparer ce malheur… Ce qui est fait…Est fait. Elle se trouvait bien cruelle de trancher le débat d’une manière si peu empathique pour les proches de la victime. Mais pleurer pour autrui n’allégerait pas leur conscience, et Mattie ne s’en sentirait pas plus soulagé. Si son châtiment était de se haïr jusqu’à la fin des temps, il perdrait la raison bien plus vite que prévu. Pourquoi diable n’existait-il pas de psychiatre dans les rangs des vampires ?
Foulant enfin le sol de ses deux pieds, elle réduisit d’avantage la distance qui les séparait.
-Tu sais… Un conseiller de Charlemagne a dit : « L’amitié est la similitude des âmes »… Et tu es mon ami quand bien même es-tu vampire désormais ; Rien ne me garantit qu’un jour je ne serrai pas confronté au choix d’infliger la mort à quelqu’un moi aussi. Personne ne peut savoir ce que lui réserve l’avenir… Ce que je veux dire c’est que ça n’est pas parce que tu à besoin de sang aujourd’hui de manière parfaitement incontrôlable que tu est tenu de tuer pour l’obtenir. Il existe d’autres moyens, de l’hypnose au don du sang. Voler les stokes de l’hôpital n’est pas glorieux, mais cela vaudra certainement mieux que de perdre ton sang froid et assassiner tes proies. Si tu ne veux pas être cette personne Mattie, tu dois te battre contre cette soif. Tu es plus fort que ça, tu peux y parvenir.
Elle suça sa lèvre inférieure d’une manière nerveuse.
-Je connais un vampire qui n’a pas choisit sa condition lui non plus. Peut-être pourrait-il t’aider à contrôler cette partie de toi. Peut-être accepterait-il de t’enseigner ses méthodes de chasses. Il est gentil quoi que puisse être sa nature, et je m’entends très bien avec lui. Je penses que de fréquenter quelqu’un d’autre que ton sire te ferrait du bien et t’aiderai à prendre du recul sur ce que tu ressent.
Cassie dégagea une mèche de ses cheveux qui lui chatouillait le visage, flottante sous la brise nocturne.
-Peut-être le connais-tu en fait ? Il s’agit de Seamus Jenkins…
Revenir en haut Aller en bas
Mattie Odair
« Membre du Mois ♥ »





avatar



▌A débarqué le : 24/11/2012
▌Parchemins : 588
▌Quantité de sang disponible : 10991
▌Age du personnage : 20
▌Rang : Membre du clan Blackstone


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Dim 24 Fév - 11:34

Un sourire, aussi faible soit-il était tout ce dont il avait besoin à ce moment-là et il avait réussi à l'obtenir sans trop de soucis, juste en lui pardonnant leur incartade de la dernière fois. Malgré tout il n'était pas rassuré de se trouver là et pour plusieurs: la première, il pouvait perdre de nouveau son self contrôle, même s'il venait de manger; la deuxième, et si Cassie pétait une nouvelle fois un boulon et veuille de nouveau le tuer ?! D'accord c'était inconcevable, mais quand même, maintenant il savait qu'il pouvait s'attendre à tout et sa Bête n'arrivait à le laisser se reposer sur cette tête. Troisièmement, si des chasseurs où des loups arrivaient par ici, il ne donnait pas cher de sa peau... Plus Mattie la regardait, plus il avait envie de lui faire un câlin de la prendre dans ses bras ne serait-ce qu'une minute ou deux; sentir la douce étreinte de la belle sorcière, comme avant. Comme avant... Mais malheureusement ce n'était plus possible, ils ne pouvaient pas prendre ce risque, c'était dangereux, bien trop risqué ! Pourquoi est-ce qu'il avait dit un mot sur partager le même lit. Pourquoi ?! C'était maintenant une véritable torture, il avait envie d'elle... qu'ils remettent le couvert mais cette fois-ci sans alcool. Qu'ils puissent savourer, l'un et l'autre, chaque instants... mais là encore c''était impossible. Il n'était pas Seamus et quand même bien il arriverait à ne pas avoir envie de la dévorer, de la vider de son sang il contrôlait bien trop mal sa force et risquerait de lui faire mal. Très mal. Il fallait qu'il oublie toutes ces idées stupides, puériles. Il fallait qu'il oublie ce côté bisounours qu'il avait pu avoir avec Dylan, ou bien Cassandra, ce n'était pour plus lui maintenant. Cette époque était révolue. Même si avec Seamus, il arrivait à présent à en avoir de temps en temps ce n'était pas pareil. Lorsqu'elle reprit la parole, Odair lui fit un triste sourire Désolé. C'est plus fort que moi. Même si c'était dur de ne rien pouvoir faire, c'était un délice à entendre. Comme de doux compliments qui parvenaient à son oreille. Non, c'est vrai, si on avait eu l'occasion... ça aurait été sans alcool ! Sans aucun soucis... Il se tut quelques secondes avant de tenter quelque chose de presque désespéré. Tu n'as aucune formule, aucune potion dans ton répertoire pour que je puisse te serrer... même quelques instant dans le bras sans que tu ne risques rien ?! Oui, il venait carrément de lui demander de lui jeter un sort pour qu'ils puissent se faire un câlin. Oui, il devenait presque mégalo mais... là encore ça avait été plus fort que lui. Allez grandi mec, assume un peu. Se raclant la gorge, Mattie avait réussi à souffler à demi-mot Désolé. Oublie cette idée saugrenue. Oui, ne pas lui donner de mauvaises idées... et puis s'ils commençaient par un câlin cette fois-là, peut-être que la fois suivante cela irait plus loin, jusqu'au jour où, il existait un sort ou un truc du genre, quelque chose finisse mal. Car oui, tout était obligé de mal finir lorsqu'on fréquentait quelqu'un comme lui. Une bête sanguinaire et, qui plus est, dont sa Bête était encore incontrôlable. Lorsque la demoiselle avait reprit la parole pour lui dire sue son cœur était inerte il eut un petit rire jaune, sarcastique. Génial... ma nouvelle nature franchement génial ! Je l'adore.... J'adore ne plus avoir l'obligation de respire et tout ce qui va avec. Oui là il était un poil râleur mais on ne pouvait pas réellement lui en vouloir n'est-ce pas ?! Après s'être passé une main dans les cheveux il ne tarda pas à rajouter Tu pourrais parce que je suis devenu un monstre Cassou. Ouvre les yeux, je ne suis plus inoffensif... Je me nourris d'innocents. Alors oui, même si ce n'est pas de ma faute à proprement parler... ça suffirait amplement pour que tu me juges. Je reconnais bien là ta générosité !

Cassandra avait finalement descendue une marche de plus diminuant une nouvelle fois la distance qui les séparait. C'était un jeu dangereux, qui aurait pu être exaltant si les enjeux n'étaient pas la vie de son amie. Cassou chérie, je... encore une fois, il s'était coupé dans son élan avant de finalement reprendre assez rapidement On fera tout ce qui faut pour que ça n'arrive jamais mais... ça risque d'être dur. D'autant plus qu'il ne se contrôlait pas et qu'il savait que la dernière fois c'était simplement parce qu'il était son ami qu'il avait survécu... Cassie aurait certainement pu le tuer avec un simple sort, enfin du moins il imaginait que c'était possible. La vérité c'est qu'il n'y connaissait pas grand chose en magie et tout. Finalement Odair lui avait avoué qu'il avait tué, plus ou moins sous l'obligation de son sire. Il le détestait de nouveau. Pourquoi l'obliger à faire cela alors qu'il n'était pas prêt. Pourquoi le tourmenter de la sorte ? A croire que parfois c'était juste un jeu pour le vampire plus âgé. A croire qu'il ne se rendait pas compte à quel point cela pouvait affecter son infant. Il se dégoûtait lui-même d'avoir obéit à Jenkins. Il aurait pu fuir, oui tout simplement fuir... ou encore se donner la mort, attendre le lever du soleil, ou un chasseur mais il était bien trop lâche pour cela. Pour en finir. Et il ne pouvait pas décemment demander à son amie de l'achever. Ce genre de chose ne se faisait pas. Comme si son tourment n'était pas assez suffisant, voilà que sa Bête faisait des siennes lui rappelant avec quel délice il avait savouré sa proie, avec quel facilité il l'avait tué. Un simple coup et ça avait été fini... Fort heureusement Cassandra avait reprit la parole, obligeant le neo vampire à se concentrer sur elle, sur sa voix. Plus elle parlait plus il baissait de nouveaux les yeux au sol, les gardant rivés sur la terre, n'osant même plus affronter le regard de son amie. C'est moi qui l'ait tué.. J'aurais pu refuser non ?! dit-il avec une voix qui lui ressemblait peu. Finalement, il releva la tête avant de souffler Je... Elle venait de lui briser assez lamentablement tout espoir. Elle ne pouvait pas l'aider, probablement personne ne pourrait. Il aurait voulu lui hurler de l'aider, de faire quelque chose pour que tout cela s'arrête. Pour que tous ses sens, ses sentiments redeviennent plus normaux. A présent assez contrarié, il avait l'impression de venir fou, sa Bête se déchaînant au fond de lui, mais il ne pouvait pas en vouloir à son amie, elle n'y était pour rien. S'il n'avait pas suivit Seamus cette nuit-là rien de tout cela ne serait arrivé. Il avait été con, maintenant il devrait assumer pour le restant de l'éternité cette erreur. Le plus dur, c'est de savoir que je vais vivre longtemps... très longtemps pendant que mes amis, mon frère vont dépérir. En fait non ce n'était pas le plus dur, il ne comprenait même pas comment il avait pu sortir une telle absurdité !

Ce que dit la jeune femme lui parut fort étrange. Hein quoi ? Qu'est-ce qu'un conseiller de Charlemagne venait faire ici ? Ce qu'elle lui dit le laissa quelque peu perplexe... Voler du sang à l'hôpital. Hum.... En faisant cela il condamnait aussi des innocents... et puis il n'était pas certain que ça avait le même goût. Il faudrait peut-être qu'il demande à Tess, ou Seamus. Secouant doucement la tête il souffla Non, je ne suis pas si fort que ça. Pas plus fort qu'elle. Tu peux pas imaginer à quel point c'est dur... On peut pas résister, c'est plus fort... bien trop fort. La moindre goutte suffit, la moindre odeur. Et le pire, c'est que... j'y prends goût... au sang... j'aime ça c'est comme... comme une drogue. Comme du nutella. Tu commences, tu ne peux plus t'arrêter. Pour l’instant cette solution n'est franchement pas envisageable je crois. Quant à l'autre vampire... comment dire qu'il en avait marre de ne côtoyer que ses semblables, et si ce vampire était au clan Blackstone, c'était déjà certainement mort pour lui... et s'il était dans un autre camp, la même chose. Je ne sais pas trop Cass... Et puis, elle dit son nom. Seamus. Quoi ?! C''était lui qu'elle trouvait si gentil , si adorable Il devait être dans un cauchemar. Ce n'était pas possible autrement ! Quoiqu'il en soit ce fut comme un électrochoc pour lui. Il avait reculé de plusieurs, avant de pousser un net très grognement de mécontentement incontrôlé. Finalement, il explosa d'un rire sarcastique à souhait. Oh, saint Seamus a encore frappé. Il se passa une main dans les cheveux avant de nerveusement, très nerveusement, tentant de calmer a Bête intérieur qui refaisait surface. Oh oui, il est gentil, si attentionné... que c'est LUI qui m'a transformé. C'est lui mon sire Cassandra ! Oui, fini les petits surnoms mignons. Si elle aimait Seamus, si elle le trouvait si gentil c'est que... c''était lui le problème dans l'équation, et non pas Jenkins. C'est lui qui m'a obligé à tuer. C'est lui encore qui me prend pour sa chose, ou que sais-je....Et toi tu le trouves gentil ?! Il avait encore reculé de plusieurs pas. Il avait envie de fuir, de couper court la discussion. Il ne voulait pas entendre d'autres compliments sur le plus âgé. Juste partir et ne plus jamais revenir. Un nouveau faible grognement naquit dans sa gorge. Ça en était trop, il avait l'impression d'étouffer littéralement, comme s'il allait se mettre à pleurer.


Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2596-mattie-oo-les-sujets http://cup-of-blood.1fr1.net/t2591-mattie-oo-you-re-just-a-cannibal-and-i-m-afraid-i-won-t-get-out-alive-fini http://cup-of-blood.1fr1.net/t2595-mattie-oo-never-wanted-everything-to-end-this-way#118731
Cassandra Griffiths
« »





avatar



▌Age : 27
▌A débarqué le : 26/11/2012
▌Parchemins : 2466
▌Quantité de sang disponible : 11459
▌Age du personnage : 22 ans


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Mar 26 Fév - 18:25


Si elle s’était attendue à déclencher une hilarité aussi cynique chez son ami en évoquant le nom de « Seamus Jenkins », Cassandra se serrait abstenue. Elle ne comprenait pas pourquoi la simple mention du vampire l’avait d’abord choqué, au point qu’il ne recule en grondant comme un chat coléreux, avant de lui inspirer un tel mépris. Car oui, il s’agissait bien là de mépris. Nul doute n’était à omettre face une réaction aussi violente. Manifestement Mattie savait parfaitement de qui il s’agissait, et ne partageait absolument pas son point de vue concernant la description qu’elle en avait faite.
C’était étrange. Même si elle ne considérait pas Seamus comme une parangon de la diplomatie et du savoir vivre, il ne lui était jamais apparut comme un personnage duquel on puisse rire avec autant de dédain. Sans doute possédait-il quelques défauts à n’en pas douter, mais le croire incapable de gentillesse était peut-être un peu excessif. Il ne lui avait pas fallu abuser de beaucoup de suppliques pour le convaincre d’enquêter en son nom auprès de la communauté surnaturelle avoisinant le secteur où Imogene et elle avaient été les victimes de leur agression. Et jusqu’à dernière ordre, il ne lui avait encore rien demander en retour. Bien au contraire, il avait même fait preuve d’une grande mansuétude à son égard l’autre soir au Jackson Square. Ils avaient passé un agréable moment à discuter de leur passé respectif, se renseignant sur leur goûts et leur dégoûts mutuels. Et quand bien même, le jeune homme était parti précipitamment en l’abandonnant aux prémices d’une nuit érotique au beau milieu du parc, elle ne lui en tenait pas rigueur, car enfin le jour les avait surpris en pleins préliminaires. Ca n’était donc pas réellement sa faute.

Lorsqu’il qualifia d’un ton doucereux Seamus de Saint, la jeune femme ne put réprimer un froncement de sourcils méfiant. Non il ne l’appréciait décidément pas le moins du monde. Elle pouvait probablement se hasarder sans trop de risques à penser qu’ils appartenaient tous deux au même clan. Mais lequel était-il au fait ? Avec toutes ces tragédies qui gagnaient en intensité ces derniers temps, Cassandra n’avait même pas songé à se renseigner sur l’identité de leur clan à l’un ou à l’autre ; Ou si même ils en fréquentaient un. A première vue il était préférable pour un représentant de l’espèce vampirique de se rallier à l’une des famille de la ville pour bénéficier de sa protection : spécialement en ces temps de trouble.
Et en admettant qu’ils partagent le même cercle et cohabitent ensemble au sein de l’une des différentes bâtisses qui les abritaient, cela n’expliquait en rien l’hostilité que Mattie paraissait ressentir pour le fils Jenkins. De ce qu’elle savait de son ami, il n’était pas quelqu’un d’intempérant, détestant les gens sans raison apparente. Ce qui signifiait qu’un événement avait du le pousser à détester son comparse. Cassandra n’eut pas à s’interroger d’avantage sur l’origine d’un tel ressentiment, car bientôt Mattie le lui révéla, comme s’il avait comprit de lui-même que tout ceci la dépassait.

Sa révélation la frappa avec tellement de brutalité, tellement de colère, qu’elle lui arracha un hoquet de frayeur, la faisant chanceler jusqu’à devoir se retenir à la rampe. C’était comme si entendre cette phrase était un coup de poignard qu’il venait de lui enfoncer en pleine poitrine. Elle balbutia des mots décousus, sans cohérences, peinant à retrouver son souffle. Comment était-ce possible ? Comment cela avait-il pu se produire ? C’était lui ?! Lui qui avait assassiné Mattie ? Lui qui l’avait transformé en créature de la nuit assoiffée de sang ? Lui qui lui avait arraché son plus précieux ami ?
Doucement, la jeune femme se laissa glisser contre la rambarde, sentant ses jambes se dérober sous elle, incapable d’encaisser un tel choc sans fléchire. Elle se sentit soudain en proie à un froid féroce, qui brûlait sa peau et sa chair, perçant son corps d’un millier de frissons irrépressibles. Elle se mit à trembler misérablement, sans pouvoir défaire son regard de l’image déchaînée de son ami qui luttait visiblement pour conserver son sang froid. La distance qui les séparait ne cessait de s’accroître à mesure qu’il reculait. Ca n’était pas du dégoût qu’elle lisait sur les traits colériques du garçon, mais ça n’en était pas loin. Il devait la détester pour ce qu’elle venait de dire : pour avoir pris le partit de son Sire. De cet être infâme qui lui avait infligé un tel martyre. Mais comment aurait-elle pu savoir ? Comment voulait-il qu’elle sache ce que Seamus avait commis ?

« tuer », « sa chose ». Ces mots semblaient autant de coups de couteaux s’échappant avec fracas des lèvres du néo-vampire pour apporter plus d’ampleur à leur conscientisation. Sa rage ne tarissait pas et le grognement qu’il ajouta pour ponctuer sa phrase d’une note de menace, la tétanisèrent complétement.
Elle n’arrivait pas à le croire… Elle ne pouvait accepter une telle chose… C’était bien trop affreux, bien trop ignoble. Elle l’avait laissé la toucher. Elle l’avait embrassé. Elle l’avait désiré ! Comment tout ceci avait-il pu arriver sans qu’elle en prenne conscience ? Comment avait-elle fait pour ne pas faire le lien ? Ô elle aurait pu se défendre en prétextant ne pas connaître suffisamment le plus âgé des deux pour pouvoir anticiper une pareille tragédie. Mais ça ne l’excusait pas d’avoir ressentit de l’affection pour un être capable d’accomplir des actes aussi abjectes. C’était pas pur égoïsme que Seamus avait choisi de transformer Mattie. Il voulait le garder pour lui seul, voulait pouvoir user de lui comme d’un jouet pour se distraire, et assouvir ses fantasmes.

Des larmes vinrent brouiller sa vision. Elle déglutit péniblement, puis essaya de se relever en s’aidant de la rampe. Mais ses forces étaient encore trop chancelantes, et elle se sentait encore secouée de tremblements en descendant d’une marche pour rejoindre le vampire.

-Mattie…Je suis désolée… Je ne savais pas. Bredouilla-t-elle alors qu’une boule encombrait sa gorge, l’empêchant de s’exprimer clairement comme elle l’aurait souhaité. Je n’avais aucune idée de ce qu’il t’avait fait. J’ignorais que c’était lui ton Sire. J’ignorais qu’il avait un infant…
Elle fut bientôt sur les pavés du chemin qui descendait jusqu’à la grille. Désormais elle ne pourrait plus compter sur la solidité d’un support pour se maintenir debout, mais elle réalisa que de parler lui redonnait faiblement le courage d’avancer. Elle se stoppa pourtant à mi parcours, trop indécises sur la réaction à adopter. Elle s’en voulait d’avoir pu blesser Mattie en chantant les louanges de Seamus. Si elle avait sût, elle n’aurait jamais commit une telle erreur.

-Mais comment… ? Elle coupa sa phrase, sentant que de poser d’autres questions risquait d’empirer la situation. Ne m’en veut pas Mattie je t’en prie… Jamais je n’aurais dis ces choses si j’avais pu savoir tout ça. Excuse-moi…
Encore des excuses, encore et toujours. Décidément elle ne parviendrai jamais à avoir une conversation normale avec le vampire sans en venir à lui demander pardon. A croire que tout s’accordait à faire qu’elle choisisse toujours les mots à ne pas lui dire, les gestes à ne pas commettre. Tout ceci était éreintant, mais elle savait que ça en valait la peine. Mattie était son ami autrefois, et elle ne voulait pas que cela change. Elle ne supporterait pas qu’il disparaisse à nouveau en pensant qu’elle ait pu cautionner les agissements de son sire. Elle ne voulait pas qu’il la méprise. Autrement cela aurait signifié qu’elle n’était vraiment pas quelqu’un de bien…
Revenir en haut Aller en bas
Mattie Odair
« Membre du Mois ♥ »





avatar



▌A débarqué le : 24/11/2012
▌Parchemins : 588
▌Quantité de sang disponible : 10991
▌Age du personnage : 20
▌Rang : Membre du clan Blackstone


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Mer 27 Fév - 18:04

Il ne s'était pas attendu à la faire hoqueter malgré sa révélation assez sordide. Dans d'autres circonstances il aurait pu lui annoncer de manière moins brutale, avec plus de diplomatie, mais là, l'agacement avait été trop fort pour qu'il puisse se contrôler voir ne serait-ce qu'y penser. C'était certainement une pointe égoïste mais à cet instant précis il se fichait du choc qu'avait pu éprouvé son amie à cet annonce, non il ne ressentait que bien trop sa propre peine, alors celle des autres passait après. Il n'y avait qu'à voir la façon d'Odair de se mouvoir, de réagir pour comprendre que sa bête avait de nouveau repris le dessus, d'ailleurs il en avait même reculé de plusieurs pas, augmentant pour une fois la distance qui le séparait de Cassandra. Quelques secondes plus tard plus tard, il avait reprit la parole en lui "ouvrant les yeux", lui disant que l'être qu'elle trouvait si gentil l'avait obligeait à tuer et le prenait pour sa chose. Pour la dernière phrase, c'était certainement une exagération de la part du neo-vampire, mais il le vivait réellement comme cela, ce n'était un dire balancé à la légère juste pour faire du tord à Jenkins. Non, ça n'était pas du tout son but... bien que là, que sa Cassie soit amie avec le plus âgé lui faisait réellement mal, il le vivait un peu comme une sorte de trahison. Bien entendu ce n'était pas la faute de sa sorcière bien aimée si l'autre lui avait fait du charme, l'avait séduit. Il savait mieux que n'importe qui qu'il était difficile de résister à Jenkins... mais c'était dur quand même. Il fallait espérer que Cassandra comprenne pourquoi il agissait d'une façon aussi extrémiste quand on lui parlait de Seamus, mais bon, elle était intelligente, elle savait à quel point il souffrait de sa transformation. Il ne devait pas douter d'elle. Jamais. Il continua de gronder faiblement de mécontentement jusqu'à ce qu'il voit des larmes couler sur le visage de son amie. Presque immédiatement il se calma, revint à la dure réalité et s sentit même coupable de lui causer tant de chagrin. Il n'avait pas voulu lui faire du mal, il n'avait pas voulu mal lui parler... Non... Approche pas. dit-il doucement lorsqu'il la vit descendre d'une marche pour le rejoindre. Il était émotionnellement affaibli, énervé, sa Bête pourrait prendre le contrôle en moins de temps qu'il faut pour dire ouf... Or, il ne voulait pas faire de mal à son amie. Il ne fallait pas qu'elle approche, il fallait qu'elle reste à l’abri, et dans sa maison, tant qu'il ne l'invitait pas à rester elle y serait. Elle s'excusa, chaque mot était un peu comme un coup de poignard... Mais tu l'aimes bien quand même ! Enfin avant de savoir cela... Tu le trouvais gentil... rajouta t-il avec une pointe de désappointement dans la voix. Ce n'était pas un reproche, il voulait juste lui dire montrer que si elle le trouvait gentil avant de savoir, c'est qu'il y avait une raison. Fait attention à toi Cassie, il a un pouvoir de séduction. Ce n'était pas une trahison envers Seamus, il voulait juste avertir sa meilleure amie de faire attention à elle. Sait-on jamais ce qui pouvait lui passer par la tête... Il ne voulait pas que la sorcière risque sa vie d'une telle manière, aussi stupidement. S'il te plaît... tu peux succomber... Fais attention, promets-le moi ! Remarque, maintenant qu'elle connaissait la vérité, il avait un petit doute. Peut-être qu'elle serait beaucoup moins amicale avec Jenkins, d'un côté il l'espérait fortement... Mattie se passa ensuite une main dans les cheveux assez rapidement, nerveusement avant de répliquer de nouveau Et ça change quoi que tu le saches, hein ?! Ca ne me rendra pas vie d'avant, je resterai comme ça... pour l'éternité.Il avait dit cela avec un dédain perceptible; Il n'était pas nouveau qu'il détestait les vampires, qu'il haïssait par dessus tout sa nouvelle nature. Reprenant plus ou moins ses esprits, il ne tarda pas à souffler: Et surtout, ne tente rien qui pourrait te coûter la vie pour me venger. Je n'en vaux pas veine ! Et voilà, il était passé au ton las. Odair et ses changements de tons, passant d'une humeur à une autre. Mattie le lunatique, le râleur... l'indécis. Maintenant que tous ses sentiments étaient exacerbés on pouvait rapidement savoir ce qu'il pouvait bien ressentir, il n'y avait plus cette muraille qu'il s'était construite pendant son existence humaine. Non, tout était tout juste à vif.

Elle avait avancé, mais cette fois-ci il n'avait rien dit pour empêcher cette réduction de distance qui les séparait. Non, il rêvait trop de pouvoir la serrer dans ses bras, de lui faire un câlin. Il rêvait d'une étreinte, douce, chaleureuse, amicale, sans aucune arrière pensée. Juste un câlin entre amis proches... Il en avait tellement envie, il avait tellement besoin de ce soutient, de ce contact qu'il avait le doux espoir que sa Bête ne referait pas surface, il en avait pas oublie l'existence mais c'était tout comme.. Il avait besoin de ce contact plus que tout... sûrement que sa Bête tapis n'attendait que ça, qu'il se laisse aller à ses désirs, qu'il oublie la sécurité de son amie. Sa Bête téméraire qui visiblement se contre fichait d'avoir déjà failli y passer lors de leur dernière rencontre. Petite Bête presque ronronnante à présent du moins c'était cette sensation qu'avait Mattie, c'était comme un doux euphémisme, une utopie. A son tour il s'était avancé de quelques pas s'arrêtant pile à l'endroit où commençait la propriété de miss Griffiths. Il ne pourrait pas aller plus loin sauf si elle en avait décidé autrement... sauf si elle perdait la tête et lui donnait la permission de la rejoindre, c'était comme une invitation au meurtre. Cassie avait finalement repris la parole, il secoua doucement la tête ne comprenant pas son "comment". Quant à la suite... Cesse de t'excuser. Il l'avait dit rapidement, presque sèchement. La Bête faisait son retour en force, mais rapidement il glissa trop mielleusement Désolé... Je t'aime Cassie... je suis désolé. Il luttait. Il tentait de lutter contre Elle, mais c'était une bataille perdue d'avance. Il s'en était mis les mains sur les oreilles comme si cela pouvait retarder l'inévitable, comme si cela allait diminuer sa douleur, sa détresse. Il allait devenir fou, c'était sûr et certain. Il allait péter un plomb avant de pouvoir se contrôler... comment est-ce qu'il faisaient pour résister tous à leur Bête ? Comment faisait-ils pour la contrôler ? Il ne comprenait pas. Il n'arrivait pas à l’amadouer. Jetant un regard de détresse à son amie, il tenta tant bien que mal de dévier le sujet. Penser à autre chose pourrait peut-être l'aider à garder son contrôle Mon frère est au courant.... ?! Il se tut quelque chose avant de souffler Parle-moi, dis n'importe quoi. Parle, j'aime entendre ta voix. Elle est belle, reposante, musicale aussi un peu. Mais non, il ne lui faisait pas du charme-là... Il fallait qu'il se détente absolument, pour son bien, pour le bien de Cassie qui en voyant son état prendrait certainement le risque de s'approcher. Il la connaissait, le bien-être de ses amis passait avant tout. Il était son ami, ils avaient même une relation des plus particulières; l'équation était donc vite faite. L'observant, Odair luttait encore et toujours contre le déchaînement intérieur de sa Bête. Approche petite sorcière, approche donc.

Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2596-mattie-oo-les-sujets http://cup-of-blood.1fr1.net/t2591-mattie-oo-you-re-just-a-cannibal-and-i-m-afraid-i-won-t-get-out-alive-fini http://cup-of-blood.1fr1.net/t2595-mattie-oo-never-wanted-everything-to-end-this-way#118731
Cassandra Griffiths
« »





avatar



▌Age : 27
▌A débarqué le : 26/11/2012
▌Parchemins : 2466
▌Quantité de sang disponible : 11459
▌Age du personnage : 22 ans


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Mar 5 Mar - 0:57


Quoi qu’elle dise, quoi qu’elle fasse, elle avait l’impression d’être impuissante à faire évoluer les choses positivement. Chaque fois qu’elle ouvrait la bouche pour s’adresser à son ancien ami, il affichait un air tantôt chagrin, tantôt contrarié. Comme si sa seule présence suffisait à le faire passer du chaud au froid en moins d’une minute. Depuis leurs retrouvailles au Bayou St John leur relation avait considérablement changée. Ô bien sûr Mattie était mort, ce qui tendait nécessairement à expliquer cet état de fait ! Mais outre ce passage de vie à trépas, il y avait un quelque chose de vibrant qui les conduisait toujours à se retrouver en face à face conflictuel plutôt qu’enlacés dans les bras l’un de l’autre à se réjouire d’être réunis. On aurait put en imputer la faute à la nouvelle passion du jeune homme pour le sang, mais non ça n’était pas tout ! Cette addiction bien malgré lui pour les globules rouges n’était pas la clé de ce mystère. La rage vampirique du jeune homme alors ? Toujours pas ; Bien qu’à y réfléchire elle n’était pas à innocenter d’office.
Ce qui était différent, ce qui les mettait mal à l’aise et qui provoquait tant de tourment et de querelle, c’était la répartition des forces ! Désormais Mattie était le plus puissant des deux ! Désormais lui seul pouvait garantir leur sécurité à l’un comme à l’autre en s’escrimant à gouverner cet appétit vorace et ce nouveau cortège d’émotions fortes qu’il portait avec lui. Cassandra autrefois sorcière talentueuse aux yeux du jeune Odair, n’était plus dorénavant qu’une vulgaire provision mobile. Un sac de sang comme un autre. Bon peut-être pas comme un autre : et c’était sûrement ce statue d’amie, d’amante, qui provoquait chez la bête du garçon une convoitise toute particulière. L’instinct vampirique de Mattie cherchait-il à se débarrasser des restes encombrants de son ancienne vie humaine ? C’était à envisager sérieusement. Par possessivité sans doute, jalousie probablement moins, quelque chose entraînait chez lui des réactions violentes, exacerbées par la mortalité qui punissait la jeune héritière d’être née femme. Car toute cette colère, toute cette douleur ne pouvait être motivée que par une simple soif : d’autant qu’il venait de s’abreuver quelques instants plutôt. Non Cassandra commençait sincèrement à s’interroger sur les effets qu’elle, en tant que Cassandra, engendrait sur le comportement de son ami.

Lorsqu’il fut à nouveau calme, qu’il refoula ce dégoût qu’elle avait eu le temps de lire sur ses traits juste après lui avoir annoncé apprécier Seamus, il lui commanda de ne pas approcher. Ce qui dans le contexte actuel était une sage mesure, qui même avait frayé son chemin jusqu’à l’esprit de la demoiselle quelques minutes plus tôt, lui apparut alors comme une condamnation cruelle. Elle sentait sa foi en elle-même s’ébranler en même temps qu’elle considérait l’hypothèse que Mattie la haïsse. Mais elle n’eut pas d’avantage à s’attarder sur une telle conjecture, car il la démentit presque aussitôt en lui conseillant de se méfier d’un étrange pouvoir dont disposait Seamus et qui lui octroyait la capacité de séduire autrui.
-Un pouvoir de séduction ? Comme celui d’une sirène… ?
La perspective d’être la proie envoûtée du Sire de Mattie ne l’enchanta pas des masses. Elle en vint même à se demander si le baiser qu’elle avait échangé avec lui dans le parc n’en était pas un impact. Ce qui changeait sensiblement la donne. Obéir à sa propre attirance était une chose, mais succomber aux charmes d’une personne parce qu’on y était contraint et forcé au moyen d’un sort en était une autre. C’était en tous cas un prétexte délicieux pour se déculpabiliser sur le champ.
Et Mattie de renouveler sa mise en garde, en la priant de se méfier de Jenkins. Avant d’enchaîner à nouveau sur une provocation dédaigneuse. La pique l’ébranla quelque peu. Bien sûr que cela n’y changeait pas grand chose ! Evidemment que de savoir n’allait pas ramener Mattie d’entre les morts et lui permettre d’à nouveau contempler le soleil ! Mais connaître les agissements de Seamus Jenkins pourrait peut-être la sauver elle, en lui enseignant à se défier du bi-centenaire.
-Excuses-moi, cracha-t-elle d’un ton de dépit. Elle était lasse de l’entendre la harceler de la sorte comme s’il la prenait pour une idiote. Elle ne savait pas tout, et c’était visiblement une grossière erreur. J’avais juste du mal à t’imaginer avec Seamus…
Ca n’était pas dit sur le ton du reproche, mais l’incompréhension, mêlée à un relent de curiosité, durcissait ses propos leur donnant un goût presque amer.

Puis il lui demanda de ne rien tenter pour le venger, qui puisse la mettre en danger. Comment lui avouer qu’elle avait déjà réfléchit à quantité de tortures à faire subir au jeune Jenkins, depuis qu’elle était au courant de ce qu’il avait fait ? Car il n’était pas question qu’il demeure impuni. Et même si l’exécuter était impossible étant donné l’importance qu’avait son Sire pour un néo-vampire, foudroyer Seamus de sa colère était une alternative hautement appréciable.
-Je te promets de ne rien faire… grommela-t-elle à contre cœur. Sauf si je lui tombe dessus auquel cas il comprendra sa douleur… Simple, et sans emphase, c’était dit sur le ton de la confidence, même si ce genre de discours n’était pas usuel dans la bouche de la jeune femme.

Et la bête, l’instinct, appelez ça comme vous voudrez, reprit le pas sur l’esprit du jeune vampire. Il lui parla sèchement pour lui dire de ne pas s’excuser, puis ce fut son tour d’en faire de même tout en lui avouant l’aimer. C’était comme si une force supérieure s’amusait à jouer avec un interrupteur quelque part dans le cerveau de Mattie, le faisant basculer de la désolation à l’agressivité. Autrement dit un mélange adéquat pour former une bonne dose d’hystérie. Venant plaquer ses mains sur ses oreilles comme pour se prémunir d’un son ou d’une voix irritante, il lui posa alors une question tout à fait inédite : est-ce que son frère savait ?
Cette phrase tomba sur elle comme un coup de poing sur son crâne. Avec tout ça, elle n’avait pas songé une seule seconde à s’enquérir de l’état d’Everett suite à la disparition de Mattie. Les coup de fil qu’elle avait passé chez les Odair n’avait jamais trouvé personne pour répondre.
-Je… Je ne sais… balbutia-t-elle secouant la tête pour marquer son incrédulité.
Il lui coupa la parole pour l’enjoindre à parler, parler, lui raconter n’importe quoi pourvu qu’il puisse entendre le son de sa voix, qu’il n’hésita pas à qualifier de belle, reposante et… Musicale ? Cassie le toisa un instant interdite sur ce qu’elle devait faire. Visiblement la lutte interne provoquait une véritable douleur chez son ami, et elle entama un mouvement pour le rejoindre quand tout à coup :
N’y vas pas ! Il te ferra du mal, il te tuera ! Il n’arrive pas à se contrôler, il est dangereux !

Elle tourna vers la maison un regard de stupéfaction. Une voix de femme s’était élevé depuis le perron comme si quelqu’un se tenait là à les observer. Mais il n’y avait personne, et à en croire l’expression de Mattie, elle était la seule à l’avoir entendu. Reportant nerveusement son attention sur le jeune homme en proie à la panique, ou plus exactement en pleins combat mental, elle se mit à parler :
-Je n’ai pas revu Everett depuis que nous nous sommes recroisés. Je ne sais pas du tout où il en est, ni s’il a signalé ta disparition à la police. Je… J’irai lui parler si tu veux ? J’irai lui dire ce qu’il t’est arrivé ! Je lui expliquerai que tu n’es en rien responsable de ce qu’il t’arrive, que tu n’as jamais voulu tout ça. Si c’est moi qui lui en parle peut-être qu’il comprendra… Ca lui laissera le temps de digérer la nouvelle, et surtout ça évitera que… Les choses ne dérapent entre vous.
Une nouvelle brise balaya l’herbe du jardin, faisant voler ses mèches autour de son visage. Elle voulut tendre la main pour lui faire comprendre qu’elle ferrait tout pour lui quand la voix reprit :
Non ! Ne le touche pas ! Il est le mal ! Le mal est en lui… Satan te guette, et si tu ne prends pas garde il t’aura… Rentre ma fille… Rentre et sauve ta vie… Rentre et sauve ton âme…

Cette fois-ci ce fut comme si la douce voix gracieuse émanait de lèvres posées contre son oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Mattie Odair
« Membre du Mois ♥ »





avatar



▌A débarqué le : 24/11/2012
▌Parchemins : 588
▌Quantité de sang disponible : 10991
▌Age du personnage : 20
▌Rang : Membre du clan Blackstone


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Jeu 7 Mar - 12:20

Il fallait qu'il se calme, qu'il essaye de se contrôler, qu'il arrête de changer d'humeur toutes les deux minutes, à la moindre phrase, au moindre mot. Oui, il avait beau essayer mais il n'y arrivait pas, sa Bête était bien trop forte pour lui, elle avait tout le pouvoir, il n'était comme un vulgaire pantin entre ses mains, juste une sorte d'enveloppe charnelle où demeurait dans un coin son esprit, ses souvenirs mais où il n'était plus maître de lui-même. STOP. Il fallait que ça s'arrête. Là. Maintenant. De suite. Il n'en pouvait plus, il avait juste l'impression de péter littéralement un câble, de devenir complètement fou. Il fallait qu'il se reprenne qu'il tâche de continuer un semblant de discussion... mais qu'elle défende Seamus de la sorte l'avait trop bouleversé, tourmenté. Il fallait qu'il l'avertisse, qu'il lui dise qui son sire était vraiment, qu'il n'était pas qu'un charmant vampire comme elle semblait le croire. Il devait tout lui dire, la mettre devant le fait accompli, bien lui montrer que sa dés infortune était juste la faute de Jenkins. Quand elle compara le pouvoir du plus âgé à celui d'une sirène il eut un léger rire sarcastique. Toujours très nerveux il se passa plusieurs fois une main dans les cheveux avant de répliquer Non. Non. Pas vraiment... mais disons que je crois que si tu le trouves mignon et qu'il utilises son pouvoir... Bah t'es séduit, pas comme si tu étais hypnotisée, mais tu vois ? Il se racla la gorge Mais j'en suis pas sûr, je sais pas comment il marche son foutu pouvoir, je sais juste qu'il l'a ! Il se tut quelques avant de lui répéter encore une fois Fais attention Cassie, je ne veux pas qu'il te fasse du mal ! Dans ces paroles, on pouvait voir sans aucun soucis que c'était "l'ancien" Mattie qui parlait. Lui et son instinct protecteur avaient fait un bref retour. Très bref, trop bref. En effet aussitôt après, il lui avait sorti une phrase avec une jolie pique à la clef. Ca avait été plus fort que lui, il n'avait pas pu s'en empêcher , mais il était réellement contrarié de son "amour" et son estime pour Seamus. Sa Bête n'était que rage; tandis que lui était rempli de dédain pour ce qu'il était devenu. Un monstre.

Lorsqu'elle s'excusa avec un tel ton de dépit, il se calma très légèrement. Il n'avait pas voulu la traiter d'idiote ou d'irresponsable. Non, il n'avait rien voulu de tout cela, mais son combat intérieur lui donnait déjà beaucoup de fil à retordre, alors il ne pouvait pas prendre de pincettes avec elle, surtout sur un sujet aussi grave; surtout lorsqu'elle risquait d'y laisser la vie. Il eut un léger sursaut et haussement de sourcil lorsqu'elle avait reprit la parole. L’imaginer avec Seamus.... et pourtant si... et pas forcément dans le seul sens où elle l'entendait. Oui des fois, la relation Jenkins/Odair virait presque à celle de couple tandis qu'à d'autres moments le plus jeune ne pouvait pas le supporter et se mettait à le haïr. Il savait qu'il y avait bien quelque chose qui se cachait sous cette relation compliquée, mais quoi exactement ? C'était encore trop confus. Beaucoup trop confus, et puis vu la vie de Jenkins quand il ne s'occupait pas de son infant... Mattie secoua doucement la tête sortant assez brusquement de ses pensées Maintenant tu sais que ce n'est pas le Saint vampire que tu croyais. Oui cette phrase était complètement stupide. Finalement, il avait réussi à sortir de nouveau une phrase censée en lui demandant de ne pas le venger. Il savait comment était sa Cassie, et il savait qu'elle prendrait des risques démesurés pour faire payer à Jenkins. Lorsqu'elle avait repris la parole en lui promettant de rien faire il lui avait un petit sourire, sourire qu'il perdit très rapidement lorsqu'elle finit sa phrase; Pardon ?! Non ! Non Cassie ! Il grogna de mécontentement, visiblement contrarié qu'elle n’accepte pas sa proposition. Il peut te tuer Cassandra ! Ce n'est pas un jeu ! Ne sous-estime sa force et sa férocité, ça serait une bien piètre erreur. Et lui, il se contrôle. Lui il sait ce qu'il ce qu'il fait ! Il se tut quelques secondes avant de souffler Et puis... des fois, je l'aime bien... même si je le haïs aussi... C'est compliqué et j'ai besoin de lui. Il se mordit la lèvre avant de continuer Je sais que ça doit être dur pour toi, mais pour ton bien être... Ne fais rien. Regarde-moi, on e peut plus rien alors bon, ça ne sert à rien de gâcher bêtement une autre vie, surtout la tienne, elle est trop précieuse.

Une nouvelle fois la Bête avait repris le dessus et comptait bien s'amuser un peu avec la jeune femme. Tantôt il avait envie de la vider de son sang, tantôt de l'embrasser. Oh oui l'embrasser, sentir son odeur, son étreinte, la douceur de ses lèvres de sa peau contre la mienne. O Cassandra, approche-toi donc un petit peu... que l'on puisse jouer jouer tous les deux ! STOP. Mattie s'était plaqué les mains contre les oreilles. Non. Il ne fallait pas qu'elle approche même s'il en mourrait d'envie, même si cela le faisait souffrir de l'avoir aussi éloigné, que ses instincts primaires de Vampire ses pulsions ne puissent être assouvis. Des paroles ! Il fallait des paroles ! Il pourrait se concentrer là-dessus, il pourrait peut-être reprendre le dessus... ou du moins se calmer. Il aimait sa voix. Elle l’apaisait. Il avait finalement tourné le sujet vers Everett, pour avoir des nouvelles, pour tentait de savoir si son aîné savait ou pas. Vu sa réaction, cela voulait dire qu'elle n'avait pas réellement eu des nouvelles de l'à présent aîné des Odair. Elle avait fait un pas vers lui, sa Bête exaltait tandis qu'il essayait par tous les moyens de garder le contrôle, de ne pas lui faire du mal. Cependant Cassy c'était vite arrêté et s'était tournée vers sa maison avec un regard étonné. Il ne comprenait pas pourquoi elle avait fait cela, mais au final il s'en fichait, il fallait qu'il reste concentrer le plus possible sur le fait qu'elle était son amie, qu'il ne fallait pas qu'il lui fasse du mal ! Enfin la voix de la demoiselle reprit de plus belle, enfin, elle parlait. Il baissa légèrement la tête en disant qu'elle n'avait pas vu Evy depuis longtemps et qu'elle ne savait pas ce qu'il avait entreprit pour le retrouver. Une fois encore il eut un faible grognement, mais cette fois c'était plus par débit. Si ça se trouve son propre frère ne le cherchait plus, si ça se trouve le plus âgé s'en fichait bien de ce qu'il avait pu devenir. Et ça lui faisait mal, très mal. Oui, je veux bien que tu ailles lui parler... s'il te plaît. Son regard était parti dans le vide, il ne savait pas quoi penser, si même c'était une bonne solution de tout lui avouer. Finalement son regard se planta de nouveau sur sa sorcière bien aimée Tu.. crois que je lui manque ? Qu'il m'a vraiment recherché... Et puis tu sais, tu auras beau lui expliquer que ce n'est pas de ma faute, que je n'ai jamais voulu cela, le résultat sera le même pour lui, vu ce qu'il est. Il baissa de nouveau le regard le regard. Si ça se trouve, un jour on va se retrouver face à face et... un va devoir tuer l'autre. Ça serait un comble, non ? Tuer son propre frère... Comme.. comme si tout le reste n'avait pas suffit. Il recula légèrement d'un pas, il était désespéré une nouvelle fois. Il aurait tant eu besoin d'un contact amical pour le soutenir et Cassandra semblait bien apte à faire son imprudente. Il n'y avait plus que quelques pas qui les séparaient, dans quelques petits mètres, elle ne serait plus sur sa propriété. Tu veux pas venir me faire un câlin ? minauda t-il doucement. Mais il ne fallait pas s'y méprendre, même s'il en crevait d'envie s'était sa Bête qui en quelque sorte l'avait fait parler. Sa bête tapie dans l'ombre qui attendait que la miss cède au désespoir de son ami.
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2596-mattie-oo-les-sujets http://cup-of-blood.1fr1.net/t2591-mattie-oo-you-re-just-a-cannibal-and-i-m-afraid-i-won-t-get-out-alive-fini http://cup-of-blood.1fr1.net/t2595-mattie-oo-never-wanted-everything-to-end-this-way#118731
Cassandra Griffiths
« »





avatar



▌Age : 27
▌A débarqué le : 26/11/2012
▌Parchemins : 2466
▌Quantité de sang disponible : 11459
▌Age du personnage : 22 ans


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Dim 10 Mar - 19:18


Ça pour sûr Seamus n’était plus l’être innocent (autant que puisse l’être un vampire) qu’elle s’était imaginée. Et il avait beau ne rien lui avoir demandé en retour de son aide pour pister Imogene que cela n’y changeait plus rien désormais. Vampiriser Mattie et l’obliger à commettre des crimes par pur… Quoi au juste ? Par pur plaisir pervers ? Était un acte impardonnable. Si elle n’avait pas eu la certitude que le Sire de son ami ne se débarrasserait d’elle en une poignée de secondes à partir du moment où elle se présenterait devant lui pour l’accuser de son crime, Cassandra n’aurait pas hésité une seule minute et serrait partie sur le champ. Mais se précipiter dans la gueule du loup ne vengerait pas Mattie, aussi était-il plus sage d’attendre le moment propice pour laisser son courroux fondre sur Seamus.
Mais la perspective qu’elle tente quoi que ce soit ne semblait pas convenir à Mattie. Bien loin de l’encourager à se lancer dans une entreprise aussi périlleuse, le jeune homme chercha à l’en dissuader au moyen d’arguments plus ou moins valables. Le premier qui relevait de la force et du self-control de Seamus n’ébranla pourtant pas la jeune femme : il en fallait bien plus pour l’effrayer, et même si elle devrait user de sortilèges interdits ou dépenser toute sa fortune pour atteindre Seamus, elle était déterminée à lui faire regretter son geste. Mattie était un innocent qui mérité qu’on lui fasse justice ; Malheureusement pour lui personne ne pourrait rien entreprendre contre Seamus en dehors d’une offensive franche. Les lois humaines n’avaient pas été étudiées pour sanctionner des êtres aux capacités prodigieuses.
Le second justificatif du néo-vampire la laissa cependant perplexe. Ô bien sûr elle savait pertinemment qu’il avait besoin de son Sire pour apprendre tout ce qu’il y avait à savoir sur la vie des vampires, de plus que Seamus disposé de suffisamment d’expérience pour répondre à la plupart des questions de son Infant. Et c’était d’ailleurs une des raisons qui l’empêchaient d’agir de façon inconsidérée en lui infligeant un châtiment trop lourd. Il n’était pas question de l’éliminer, seulement de lui faire comprendre que ce qu’il avait fait était mal. Quant à l’affection du jeune garçon pour son créateur, en soit elle n’était pas si insensée. Seamus était probablement le seul vampire qui trouve le temps de s’occuper de Mattie, tout comme le sentiment de dépendance du plus jeune l’attachait à lui.
-Mais je n’ai pas envie de jouer Mattie… murmura-t-elle en le considérant avec compassion. Je trouve simplement ignoble ce qu’il a osé te faire, et j’estime qu’il mériterait une bonne correction pour comprendre l’ampleur de son acte. On n’a pas le droit de faire ce genre de chose à autrui… Qu’il s’agisse de toi ou d’un autre, mais surtout pas à toi… A quoi puis-je être utile si je ne suis pas capable de te protéger quand des monstres s’en prennent à toi… ? Elle baissa les yeux un instant. Ça n’est pas parce que tu es vampire qu’on ne peut plus rien pour toi… En tous cas ça ne signifie pas que je vais cesser de t’aimer et t’oublier. Mais puisque tu me le demande je veux bien ne rien faire qui te porte préjudice…

Enfin la conversation dériva sur le frère de Mattie et sur les dispositions qu’il avait prises pour s’enquérir du sort de son dernier frère. Personnellement Cassandra n’avait aucune idée de ce qu’il savait et de ce qu’il avait fait pour retrouver Mattie. Elle n’était pas parvenue à le contacter depuis la disparition du néo-vampire et elle n’avait pas eu d’avantage de nouvelles ensuite. Elle s’était naturellement attendue à ce que Mattie aille de son pleins grès informer Everett de son état, mais c’était une supposition bien stupide dans la mesure où Everett était un chasseur et Mattie parfaitement incapable de se contrôler. Une confrontation entre eux aurait immanquablement débouchée sur une querelle pour finir par entraîner la mort de l’un ou l’autre. C’est pourquoi la sorcière se retrouvait dorénavant en charge de transmettre l’information au plus grand des deux Odair. Elle n’avait encore aucune idée de la manière dont-elle devrait s’y prendre pour rapporter une telle nouvelle et s’inquiétait de l’accueil qu’elle recevrait, mais le chagrin qu’elle lut sur le visage de son ami la conforta dans l’idée d’assumer au mieux ce rôle d’intermédiaire. Mattie avait besoin d’elle, et elle ne voulait pas le décevoir. Cela dit elle s’étonnait aussi du manque d’intérêt qu’avait manifesté Everett en de pareilles circonstances. S’il s’était mis à la recherche de Mattie elle ne le savait pas, et la probabilité qu’il n’est rien entreprit lui glaça le sang. Elle savait Everett taciturne et peu expansif vis-à-vis de son frère, mais imaginer qu’il n’aurait rien à faire de son sort lui était insupportable. Elle n’arrivait même pas à se figurer la douleur qu’une telle cruauté puisse engendrer chez son ami. Si un jour il lui arrivait un malheur et qu’aucun membre de sa famille ne tente de prendre connaissance de son état, elle renoncerait probablement à vivre : définitivement… Mais c’était un sentiment à ne surtout pas transmettre au néo-vampire déjà bien remonté contre lui-même. Aussi se contenta-t-elle de lui envoyer un sourire le plus réconfortant possible en l’entendant la remercier de se proposer.
Elle aimait Mattie plus que tout et sa détresse la blessait profondément. Elle aurait volontiers tout risqué pour apaiser son calvaire, si seulement elle s’en était crue capable…
Comme il semblait perdu et rompu. Il devait certainement se souvenir de la perte du reste de sa fratrie car il enchaîna sur la possibilité qu’un jour prochain ils ne soient obligés, lui et Everett d’éliminer l’autre. Tel Abel et Caïn les deux frères n’auraient d’autre solution au vu de leur divergence. L’un chasseur, l’autre tueur… Comme c’était triste et misérable… Oui en le transformant Seamus avait probablement creusé un fossé décisif au sein de la fratrie déjà bien effilochée de la famille Odair.
-Tu m’as manqué chaque jour, chaque nuit, chaque seconde de chaque minute depuis que tu as disparu… Glissa-t-elle la voix enrouée par le chagrin. Je n’ai jamais cessé de penser à toi alors même que j’ignorais ce qu’il était advenu de toi. J’ai cru que tu ne voulais plus de moi, j’ai cru que tu m’avais remplacé par une autre, et puis j’ai eu peur… Peur que tu disparaisses sans même me dire au revoir, que tu disparaisses comme un doux rêve… Je sais que ça n’a pas toujours été facile entre vous deux, mais Everett est ton frère et tu es le sien. Vous pourrez prétendre ce que vous voulez, ça ne brisera jamais ce lien entre vous, alors oui, je suis sûr que tu lui manque, qu’il se fait du souci pour toi et qu’il voudrait plus que tout te retrouver sain et sauf. Peu importe ce qu’il est et ce que tu es devenu, je trouverai les mots pour lui dire, pour le convaincre que tu es toujours toi, ici quelque part derrière la perfection de ce corps parcouru de magie.
Elle porta ses mains à son ventre comme pour retenir le flot de désolation qu’elle éprouvait. Elle voulait se montrer forte pour lui, pour qu’il puisse compter sur elle. Quand bien même sautait-il d’une émotion à une autre, il ne pouvait rien faire contre la bête qui l’habitait.
Et peu importe qu’il se montre parfois brusque et blessant, elle devait faire abstraction de sa propre colère qui perçait chaque fois qu’il se montrait injuste envers elle. Ajouter de la rancœur à leur dialogue n’arrangerait pas les choses et si elle était sujette à de nombreuses tensions ces derniers jours, elle était encore la plus apte à se contrôler. Lorsque la voix se manifesta, elle décida de l’ignorer, s’imaginant qu’il s’agissait d’un effet de son stress en train de la faire perdre pieds. Mais une fois que Mattie lui eut proposé de venir le rejoindre pour lui faire un câlin, en arborant cette mine désolée qu’il savait si bien faire, une forme de pression douce s’exerça sur son épaule gauche. Elle ne sut pas d’où cela provenait encore une fois et se frotta les hanches comme pour faire disparaître sa gêne.
-Je ne peux pas Matie, c’est trop risqué… Tu sais que j’en meurs d’envie… Mais si tu perdais contrôle et que tu essayais de me tuer…
Elle poussa un profond soupire de lassitude. Elle détestait ne pas pouvoir agir à sa guise avec Mattie, mais se laisser émouvoir ne leur apporterait rien de bon.
C’est bien ma fille… Résiste à son emprise…

Revenir en haut Aller en bas
Mattie Odair
« Membre du Mois ♥ »





avatar



▌A débarqué le : 24/11/2012
▌Parchemins : 588
▌Quantité de sang disponible : 10991
▌Age du personnage : 20
▌Rang : Membre du clan Blackstone


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   Mer 13 Mar - 19:02

Après les explications du vampire, Cassandra eut l'air assez songeuse, étonnée. Oui bon, lui avouer qu'il tenait à son sire après toutes les méchancetés qu'il avait pu dire avant devait effectivement être assez étrange. Mais elle n'avait pas l'air de lui en tenir rigueur comme si elle comprenait ce qu'il voulait dire par-là... et puis Seamus était un beau garçon, intelligent et il était donc assez facile d'être attiré par ses caractéristiques... d'autant plus lorsqu'on a un pouvoir de séduction ainsi que de l'autorité sur son infant (enfin disons plutôt un semblant d'autorité). Écoutant ce que lui disait son amie, il lui fit un pâle sourire avant de répliquer doucement Je sais que c'est ignoble ce qu'il m'a fait... et je lui en veux pour ça, mais c'est entre lui et moi et crois-moi il doit s'en mordre souvent les doigts ! Il se tut quelques secondes avant de continuer Et t'es utile que... j'aime te parler, te voir... être avec toi même si ce n'est plus pareil maintenant. Ton rôle c'est de rester en vie et d'être heureuse, de te faire une jolie petite famille et tout... et profites-en à fond, pour moi, parce que je ne pourrais jamais avoir ça. Lorsqu'il disait ça, il fallait bel et bien comprendre une famille rien qu'à lui. Et j'espère bien que tu ne cesseras pas de m'aimer.[/b][/color] A nouveau il s'était tût quelques instants Merci, c'est gentil de ta part! Ca me fait chaud au cœur cette promesse, même si cette expression ne veut plus rien dire pour moi maintenant. Mattie soupira doucement avant de plonger le regard sur le sol. Ouais, parce que maintenant, il était devenu un putain de monstre.

Finalement la conversation partie sur le sujet "Everett". Comme Cassie n'avait pas l'air de savoir si oui ou non son frère le recherchait et avait employé les grands moyens pour le retrouver, cela laisser à penser que cet abruti d'aîné Odair s'en fichait complètement. Qu'il n'avait que de vagues recherches avant d'abandonner. C'était cruel, et même si Mattie en était pas certain, il ressentait-là une profonde injustice, et cela le rendait malheureux. Evy étant un chasseur cela rendait la situation encore complexe d'où l'aide dont avait besoin le neo-vampire. Il ne voulait prendre aucun risque, que cela soit pour sa vie ou pour celle de son frère. Il n'y avait plus de famille Odair à proprement parler. Il n'y avait plus deux frères. Non, maintenant ils étaient tous deux bien à part. Plongé dans ses pensées Mattie mit quelques instant à se rendre compte que son amie avait de nouveau reprit la parole pour lui dire des choses bien réconfortantes ! Encore une fois, il préféra garder les yeux baissés au sol et quand elle se tut il peut enfin lui répondre Comment tu as pu croire une seule seconde que j'aurais pu ne plus vouloir de toi alors que t'es une des personnes la plus importante dans ma vie ! Et te remplacer par une autre ?! Pfftt, penses-tu réellement que j'aurais pu trouver une autre sorcière aussi gentille et adorable que toi; une autre fille avec qui j'aurais pu passer une nuit aussi torride et géniale et qui ne m'en aurait pas voulu par la suite. Cassie tu es vraiment trop exceptionnelle pour que je puisse te remplacer, et si quelqu'un fait ça c'est que c'est vraiment un pauvre abruti qui devrait ouvrir les yeux. Tout le monde rêverait d'avoir une amie comme toi, j'en ai de la chance ! ou il en avait pour être plus exact, parce que leur amitié à présent était quelque chose d'assez étrange. Quant à ce qu'elle avait dit sur Everett, il ne savait pas trop si elle avait raison ou pas Oui c'est vrai on est frères en toute logique, mais tu sais... après ce qui est arrivé à Max et Steven, il est obsédé par la vengeance, alors qu'importe qui je suis, il ne verra que ma nouvelle nature et le fait que je sois dangereux, que je vais causer des morts, briser d'autres familles comme la notre a été brisé... et, au final, il aura certainement raison. Je vais tuer des types, infliger des souffrances à des familles qui n'auront rien demandé... c'est... une perspective des plus réjouissantes n'est-ce pas ?! Bien entendu il était ironique lorsqu'il disait ces quelques mots. Mais peut-être que tu as raison peut-être que tu trouveras les mots adéquats, tu as ce "pouvoir" en toi, mais lui... il préféra se couper plutôt que d'être encore une fois désobligeant envers son aîné. Après quelques secondes de silence, il lui fit un léger sourire Perfection de ce corps ? C'est bien ce que tu as dit belle Cassandra ? Une leur d'envie pouvait aisément se lire dans son visage, et il ne fallait pas être devin pour savoir ce qu'il rêvait de lui faire. Certes, lui enlever son fluide vital était une chose dont sa Bête rêvait, mais avant cela des rapports charnels ne seraient pas de refus ! Il l'aimait, il l'aimait tellement, il aurait tant voulu, une autre fois la faire sienne... sentir la chaleur de son corps, sa présence réconforter contre lui, et son odeur ! Tandis que sa Bête pensait déjà au festin que lui réservait ce repas. Du sang de sorcière, son odeur délicieuse, un met parfait.

Finalement Mattie l'avait conjuré de ne pas l'approcher, puis très vite il avait cédé à ses plus profonds désirs, à ceux de sa Bête. Il l'avait prié de venir. Il avait besoin d'un câlin. Ce en était même devenu presque vital, ou du moins il avait cette impression, tant il en brûlait d'envie et il avait cette impression de se consumer peu à peu par ce non-contact. Cassie avait l'ai gênée, hésitante et finalement son verdict tomba. Dur. Compréhensible pour une âme normale, mais avec ses pulsions, ses sens exacerbés, il prit étrangement très mal la nouvelle. Il en recula de plusieurs pas, blessé à mort. Elle avait raison, mais il ne voulait plus voir cette hypothèse. Elle ne l'aimait plus. Elle ne voulait pas de lui. Elle ne l'aimait pas assez. Il n'était qu'un monstre. Il poussa un petit feulement avant de lui souffler D'accord. Il baissa la tête avant de tourner doucement comme s'il voulait partir. Au revoir. C'était sa dernière chance, peut-être qu'elle aurait pitié de lui, peut-être qu'elle viendrait de peur de ne pas le perdre. Peut-être que la Bête vampirique gagnerait... en tout cas, pour lui, il n'était plus apte à donner les conseils, non, là il n'avait qu'une envie déraisonnée qu'elle vienne tout droit dans ses filets. Il avait tourné les talons fais quelques pas direction la foret avant de s'arrêter et de ne plus bouger aux aguets du moindre geste de la demoiselle, et si elle ne venait pas le chercher, alors il aviserait ce qu'il ferait. Oh Cassie je t'aime tellement.
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2596-mattie-oo-les-sujets http://cup-of-blood.1fr1.net/t2591-mattie-oo-you-re-just-a-cannibal-and-i-m-afraid-i-won-t-get-out-alive-fini http://cup-of-blood.1fr1.net/t2595-mattie-oo-never-wanted-everything-to-end-this-way#118731




MessageSujet: Re: Some nights are not so desperate [ft Mattie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Some nights are not so desperate [ft Mattie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelle desperate Housewife, etes-vous ?
» Desperate Housewives [Dramédie, Soap]
» Neverwinter Nights 2 - Textures Pack
» Chronique Vampire Masquerade : "White Nights" (4)
» Du nouveau chez Glénat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cup of Blood ♥ ::  :: Garden District :: Manoir Griffiths-