Aller en haut
Aller en bas



 
RETROUVEZ-NOUS A CETTE ADRESSE ♥️

Partagez | 
 

 Across the universe [PV Vittorio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bartholomew H. Thomas
« »





avatar



▌A débarqué le : 08/01/2013
▌Parchemins : 421
▌Quantité de sang disponible : 10851
▌ Code couleur : Teal
▌Rang : Ulfric
▌Citation : C'est la société qui se paie en fausse monnaie de son rêve


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement:
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Across the universe [PV Vittorio]   Mer 6 Fév - 1:44

Les sons de la nature m’enveloppaient, chacune de mes respirations se mêlaient aux souffles des arbres alors que mes pattes touchaient le sol en rythme. Silencieux, rapide, le loup courrait pour oublier. Il avait crié sa honte et sa colère, hurlé à la lune sa haine et sa vengeance. Après quelques jours à disparaître dans les profondeurs des forêts sous ma forme lupine, après quelques jours à courir jusqu’à l’épuisement, le loup s’était calmé. Il avait finit par accepter ma décision, celle qui était la plus sage et la plus stratégique pour la meute : je devais laisser Léo et O’Neil tranquille. Je ne devais ni croiser leur route, ni les menacer sous peine de détruire la récente alliance créer avec les loups de la Nouvelle-Orléans. Malgré mon apparence calme et réfléchi sous ma forme humaine, le loup se révoltait à l’intérieur. C’était pour apaiser la bête que je courrais ainsi.

Épuisé, à bout de souffle et las, il avait crié grâce. J’avais repris le contrôle absolu sur mon être, prêt à passer à la seconde phase de notre installation, j’avais toutes les bonnes intentions du monde de respecter ma parole mais je n’avais pas prévu une chose : la croiser. Enfin, non pas Léo mais sa fragrance. Malgré les dizaines d’années qui séparaient depuis la dernière fois, je l’ai tout de suite reconnu. L’odeur de ma fierté blessée, de cette impudente qui avait trahis sa famille et son honneur. L’odeur de celle dont j’avais promis de ne pas nuire. Malgré les courses, malgré les bonnes volontés et les mots doux, le loup s’hérissa. Le chasseur s’éveilla rapidement et sans que je ne m’en rende réellement compte, j’étais sur sa piste. Les instincts du traqueur embarquèrent rapidement : le vent en sens contraire, aussi silencieux que possible, je la suivais. Son odeur vint de plus en plus forte tandis que je me rapprochais inlassablement d’elle. La poursuite silencieuse continua pendant quelques minutes, quelques heures. Partout où elle était allé, mes pas me rapprochaient d’elle. Trop loin et à la fois trop près.

Alors que l’homme en moi luttait contre son côté animal, pendant que le loup continuait inévitablement de me mener vers elle, mes pensées se brouillaient entre mes deux côtés s’affrontant sans merci. Quand je repris le contrôle, je l’aperçu au loin. Si loin qu’un œil humain ne l’aurait pas vu. Malgré près de cent ans, c’était bien elle, je la reconnaissais. Certes, ses vêtements étaient différents, à la mode des gens d’aujourd’hui. Tout comme elle, j’avais adopté une mode dont je ne comprenais rien. Une paire de jean enfilé rapidement, un t-shirt blanc sans motif, des souliers sports tout ce qu’il y a de plus ordinaire et des lunettes fumées noires sur les yeux… l’image typique du jeune adulte américain alors que mon corps frôlait son cinquième centenaire. Sans chichi, sans artifice. Je m’immobilisai alors qu’elle vaquait tranquillement à ses occupations, sans se douter du prédateur qui l’observait de loin.

Comme lorsque chaque fois j’étais confronté à un problème, ma tête énonçait la liste des solutions s’offrant à moi. Je pourrais la traquer et l’affronter promptement. Qu’est-ce que j’en avais à faire de cet endroit et de la Nouvelle-Orléans? Il me suffirait de repartir rapidement et de laisser derrière moi tout ce monde du nouveau continent. Aussitôt, une objection s’imposa. Liz. Avec son histoire de cœur, jamais elle ne quitterait cet endroit, elle m’abandonnerait avec ceux qui désireraient me suivre après seulement quelques semaines de repos. Certains s’était fait des amis, des ennemis, c’était préparé à avoir une vie. Et puis, j’aurais manqué à ma parole. Tant pis pour tout ça. Après des dizaines d’années à les traquer, pourquoi est-ce que je laisserais passer l’occasion de me la faire? Après tout, c’était mon droit en tant que fiancé délaissé de la traquer et de lui faire ce qu’il me tentait! Qu’est-ce que j’en avais à faire de quelques loups? Je recréerais une meute, je serais suivi de certains d’entre eux. Tant pis pour Liz. Tant pis pour Connors et son alliance. Déjà le goût du fer s’imposait dans ma gorge et je sentais mes yeux flamboyés. Déjà je l’imaginais par terre ma main sur sa gorge. J’imaginais ses yeux d’effroi fixé sur moi alors que sa vie serait entre mes mains.

Reprends-toi Barth

Les images du jeune loup que j’étais s’imposa à mon esprit. Celui qui se laissait guidé par ses instincts animales au dépend de sa meute, celui qui avait fait des erreurs par vengeance ou vanité. J’étais immobile, le souffle cours. En lutte avec moi-même. Au loin, elle avait disparut mais le loup voulait la poursuivre, la déchiqueté, la faire souffrir. L’homme le voulait tout autant. Je le voulais tout autant. Je suis plus intelligent qu’une vendetta-me répétai-je inlassablement. Je respirai quelques grands coups, question d’apaiser mon esprit, de faire le vide. Chaque raisonnement était teinté d’émotion, ce que je détestais plus que tout. Mon esprit embrumé ne me causerait que des ennuis. J’écoutai le son de mon cœur battant de plus en plus calmement. Le loup lui-même sentait le calme l’envahir alors que l’air s’engouffrait dans mes poumons. C’est alors qu’une odeur me parvint. L’odeur de Léo subtile mais présente. Je me tournai vers celui qui la portait, mes yeux flamboyants à la découverte de l’intrus. Ses yeux étaient posés sur moi.

Depuis combien de temps était-il là? J’avais été tant concentré par mes tourments intérieurs que je n’avais même pas remarqué que j’étais moi-même suivis. Idiot. Voilà ce qui arrivait quand tout n’était pas analyser avec froideur et calme. Voilà ce qui arrivait quand les sentiments de vengeances et de colère me guidait. Ce type ne me disait rien qui vaut. Ma main se dirigea lentement vers le canif à ma ceinture, spécialement conçu contre les CESS. Lame d’argent, rapide à sortir. De toute façon, cette lame n’était pas mon outil préféré, mes crocs feraient l’affaire si l’inconnu était plus qu’un homme. Et puis, nous étions en plein jour, dans une rue assez peuplée, avec tous les chasseurs des environs et la paranoïa nous entourant, chaque geste devait être controlé. J’étais content de porter des lunettes fumées, mon adversaire ne verrait pas la lueur jaune de mes yeux. « Je peux vous aider?» Le ton était glacial mais poli. J’étais d’une autre époque où on n’insultait pas les gens parce qu’ils respiraient.
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2717-bartholomew-h-thomas-sujets http://cup-of-blood.1fr1.net/t2713-bartholomew-h-thomas http://cup-of-blood.1fr1.net/t2716-bartholomew-h-thomas-liens
 

Across the universe [PV Vittorio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SG-Universe, saison 1 [SPOILERS]
» ✝ I'M JUST HAVING AN ALLERGIC REACTION TO THE UNIVERSE.
» DC Universe : LE nouveau MMORPG ?
» DC Universe online
» Le DC Cinematic Universe est-il un désastre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cup of Blood ♥ ::  :: Magazine Street-