Aller en haut
Aller en bas



 
RETROUVEZ-NOUS A CETTE ADRESSE ♥️

Partagez | 
 

 Asgard Alavon [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Asgard Alavon
« »





avatar



▌A débarqué le : 03/02/2013
▌Parchemins : 1141
▌Quantité de sang disponible : 11667
▌ Code couleur : peru
▌Age du personnage : 22 ans
▌Job : Serveur à l'Ales et étudiant en sciences


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Bon
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Asgard Alavon [Terminé]   Lun 4 Fév - 14:52

Asgard Alavon


« Maybe one of us crossed the threshold of the mirror never to come back. »

Tom Welling © Daily picks and flicks, Tumblr



Identité


Je m'appelle Asgard Alavon mais on m'appelle As'. J'ai 22 ans, j'en fais 22. Je suis né(e) le 02/11/1990 à Los Angeles et je suis américain, avec des origines amérindiennes. Je suis un humain bisexuel et je suis étudiant en sciences et serveur .

Capacité Spéciale ; Polymorphisme
Asgard a un peu de réticence à envisager cette part de lui-même capable de se transformer en animal, peut-être parce qu'elle l'intrigue autant qu'elle l'inquiète. Puis accessoirement, il est convaincu de n'avoir accès qu'à une seule forme, celle d'un gros chien-loup, et ne maîtrise pas merveilleusement bien son don, qui ressort avec certaines émotions brusques d'une façon un peu aléatoire.


Habitudes Diurnes
Etudiant assidu, employé désireux de bien faire son job, Asgard réparti en général son temps entre son lieu de travail et le campus, tant pour les cours que dans les multiples sports qui mobilisent son énergie. Il trouve encore parfois le temps de se balader dans les rues de la ville, pour laisser trainer un oeil, une oreille, au cas où il serait capable de glaner quelques informations sur son jumeau... ou juste pour se détendre avec quelques amis dans les parcs et les cafés.
HABITUDES NOCTURNES
Ayant besoin de peu de sommeil, le jeune homme est le genre de créature capable de se lever en plein milieu d'une période d'insomnie pour aller faire un jogging dans le coin... pas forcément sous sa forme humaine, d'ailleurs. En général, il préfère cependant des occupations plus traditionnelles à base de concerts ou de cinéma quand il n'est pas de service tard. La majeure partie de ses nuits reste cependant dédiée à récupérer par un sommeil réparateur de ses activités diurnes.
DESCRIPTION PHYSIQUE
Ce qui saute aux yeux, c'est qu'Asgard fait du sport - à moins qu'il n'ait été façonné par le sport. Sa silhouette élancée a été étoffée par une pratique régulière à base d'athlétisme, de natation, de taekwendo ou autres arts martiaux. Sous une peau cuivrée de soleil, presque caramel, sans tatouage ni piercing, les muscles roulent au moindre geste en mouvements fluides, à la souplesse soigneusement entretenue et s'épandent en longues jambes de coureur et en abdominaux bien ciselés. Le long des épaules aussi, les courbes discrètes laissées par les entrainements accrochent ici ou là le pli d'un vêtement. Comme pour compenser ou équilibrer, le jeune homme arbore une taille un poil plus marquée que la moyenne et se déplace avec la grâce épurée de certains sportifs, comme débarrassé de tout mouvement inutile, de tout effort accessoire. C'est peut-être cette démarche souple sans tomber dans l'arrogance de certains félins qui pourrait faire oublier une taille dans la moyenne, voire un peu en dessous. Du fait de son sang amérindien, la pilosité du brun, du moins sous sa forme humaine, reste limitée, majoritairement concentrée autour de la ligne volontaire de la mâchoire et en une ligne sombre descendant sous le nombril.

En écho aux réflexes dont l'ont doté ses années de sport, son visage est vif dans ses réactions, expressif... et un peu traître à l'occasion. Sourcils mobiles et lèvres pleines aident en effet à lire en lui comme dans un livre ouvert, secondés en cela par son regard d'un bleu pâle aux reflets verts. Sur le fond de sa peau ambrée, les iris clairs étonnent et détonnent, vivants pans de miroir des pensées d'Asgard encadrés de mèches brunes aux reflets acajou. Outre parfois un léger collier de barbe, la crinière brune du jeune homme ajoute une teinte plus sombre dans les nuances cuivrées de sa peau. Coupée assez courte pour être pratique, sa chevelure parvient malgré tous ses efforts à développer assez de longueur pour faire surgir à l'improviste un ou deux épis, surtout au réveil.

Au niveau vestimentaire, Asgard est adepte de la mobilité. Le principal critère régissant le choix de ses habits est qu'ils soient pratiques, ce qui se manifeste en général par des coupes assez amples pour bouger en toute liberté mais pas assez pour s'accrocher partout et par des matières solides. S'il apprécie les poches et fermetures éclairs, plus pratiques que les boutons à son avis, le polymorphe doit adapter tout de même sa tenue en fonction des circonstances, et doit en conséquence s'en passer parfois. En règle générale, il s'oriente soit vers jeans et pantalons sobres pour le travail, soit vers quelque chose de proche du treillis, agrémentés de chemises ou de t-shirts confortables selon les circonstances. S'il met la priorité à la mobilité, le brun n'est pas non plus un irréductible adepte des sacs à patate, et il fait en général un effort pour suivre un tant soit peu la mode du moment, tant qu'elle convient à ses critères du moins.
CARACTÈRE
Asgard n'est pas de ces leaders passionnés capables d'enflammer les foules et de susciter les passions. D'un tempérament doux, relativement patient, il est presque trop honnête pour se démarquer, si ce n'est par une énergie difficile à épuiser. Constament en mouvement, il a tendance à explorer, questionner, interroger dès que quelque chose l'interpelle, quitte à s'en détourner ensuite. S'il a ses opinions et ses idées, il suit le plus souvent ses collègues et amis sans faire preuve d'esprit de contradiction, à moins qu'on ne le titille trop ou qu'on touche à des valeurs trop fondamentales. Parmi ces valeurs, la loyauté occupe une part importante, et, couplée avec sa franchise, a d'ailleurs pour effet secondaire d'en faire un piètre menteur. S'il peut lui arriver de contourner ou esquiver une question, un problème, il préfère opposer un mur de silence borné que trahir la confiance qu'autrui place en lui, quitte à éluder régulièrement.

Ses tendances d'anguille s'appliquent d'ailleurs aussi en matière de relations sociales : s'il aime aller au devant des autres et n'apprécie vraiment pas la solitude, Asgard n'est pas du genre à se confier facilement, à admettre les gens dans sa sphère privée sans un travail sur lui, préférant une discrétion vaguement grégaire. Ainsi, s'il y a peu de gens qu'il ne supporte vraiment pas, il a également peu de proches, mais ceux-là sont assurés de son soutien en toutes circonstances. S'en prendre auxdits proches est d'ailleurs le meilleur moyen d'activer son mode teigneux - ça et jouer sur la panique suscitée dès qu'on l'enferme dans le silence. Peu rancunier tant que c'est à lui qu'on s'en prend, peut-être par excès de confiance, il tolère cependant extrêmement mal que l'on s'attaque à ceux qu'il apprécie... et qu'on envahisse son espace personnel, aussi, mais dans une bien moindre mesure - il considère ça comme une tentative pour au mieux le mettre mal à l'aise, au pire un premier pas d'affirmation de domination. Or si l'autorité doit à ses yeux être respectée, il met un point d'honneur à se dérober à toute tentative à base de velléité d'affirmer sa supériorité sur lui et écarte la possessivité systématiquement, pas forcément avec agressivité mais fermement, partant du principe que se lancer dans un bras de fer est plus gourmand en énergie et en temps que juste claquer la porte au nez d'un gêneur.

Profondément autonome, voire indépendantiste, il a juste assez de fierté pour avoir du mal à demander de l'aide même quand il pourrait en avoir besoin, et peut pour le coup tomber dans un zeste de mauvaise foi... ou parfois faire preuve d'une sorte d'optimisme entêté. Oui, parce qu'Asgard est têtu, à l'occasion. N'attendez pas de déclaration enflammée, de démonstration cinglante d'esprit de contradiction ou de crise de rébellion, mais c'est en revanche tout à fait son genre de vous informer de son désaccord... et, après avoir soigneusement pesé le pour et le contre avec son pragmatisme habituel, de n'en faire qu'à sa tête dès que vous aurez le dos tourné. Il vous aura prévenu, après tout.



Histoire


« J'ai perdu de vue mon reflet un beau matin... Ironique, non ? »
"Je suppose que vient un moment où tous les jumeaux se regardent dans les yeux et savent qu'il est temps qu'ils voient en leur frère plus qu'un reflet - parce qu'il y a plus gratifiant que passer sa vie à se demander qui des deux êtres est l'original, et lequel s'est échappé du miroir.

Pour nous, ce moment de décision était il y a cinq ans. C'est à ce moment, quand nous avons pris notre envol pour des universités différentes, que nous avons sans doute tous deux réalisés qu'aucun de nous ne supportait la solitude. C'est à ce moment là que nous avons appris à compenser l'absence de l'autre, chacun d'une façon différente selon les moyens du bord, et que nous avons changés. Mais je grille quelques étapes, peut-être faudrait-il commencer par ce qui nous unit avant de mettre en lumière les différences qui sont nées.

Aaron et moi sommes nés par un beau matin de pluie dans une salle toute blanche et conventionnelle. Nos parents partageaient des idées un peu décalées, et, croyez-le ou non, c'est grâce à une histoire de caramel au gingembre qu'ils se sont rencontrés. Evidemment, quand il a fallu nommer le fruit de leur union, c'est avec une logique défaillante sur les bords qu'ils ont appelé Aaron -qui signifie "qui vient après", quand même - leur premier né. Je suis né peu de temps ensuite, pour récupérer un prénom de patrie des dieux nordiques. Soit. Au moins, je suppose que cela m'aura épargné d'être le énième Bill d'une classe, de partager mon nom avec des centaines d'inconnus.

Mon prénom doit être la seule chose que je n'avais pas en commun avec Aaron, au début - et encore, parce que nous avons vite compris que nous pouvions taquiner notre entourage en changeant à volonté d'identité, en échangeant, en jonglant sur les noms et les attitudes. C'était facile, avec le même visage, la même éducation, les mêmes références, les mêmes amis... Nous avons continué même les années où nous étions dans des classes différentes. Le temps de quelques cours, nous échangions de salle, de cours, nous nous glissions dans la peau de l'autre - pour le plaisir du jeu, sans doute, par bravade, peut-être. Je crois qu'on a rendu fous une partie non négligeable du corps enseignant, à un âge où ça semblait être la chose la plus amusante au monde.

Avec le temps, nous avons pris un peu de recul, un peu de distance, comme si, doucement, d'un individu, nous envisagions de devenir deux êtres à part entière. Les jeux d'échange d'identité sont devenus occasionnels, pour s'éteindre à l'aube de nos quinze ans. Il n'y a rien de bien intéressant à dire sur cette époque, ou rien que ne dise le salon de la maison familiale. Comme dans pas mal de maisons de parents-poule, vous trouverez des photos de nos premiers matchs de rugby, de nos remises de diplômes, quelques médailles d'arts martiaux ou d'escrime, de tir à l'arc... Je crois qu'ils ont même conservé les bouquins inintéressants et jamais lus que l'on décerne avec certains prix.

Nous sommes entrés dans des universités différentes, pour des études différentes, dans des états différents. Je crois que c'est à ce moment que nous avons réalisé que nous ne supportions ni l'un ni l'autre la solitude. Nous avons fait avec les moyens du bord, je suppose, pour s'adapter. Aaron a choisi les sorties nocturnes, la vie estudiantine, a arpenté les boites de nuit. J'étais plus diurne, et, assez naturellement, je me suis dirigé vers les sports.

D'aucuns diraient que forcément, courir derrière une balle a laissé des séquelles. Ce serait un peu cynique, mais je n'ai de toute façon pas de meilleure explication pour ce phénomène - si tant est que je n'ai pas halluciné tout du long à ce propos. D'ailleurs, ça a commencé par des rêves d'une netteté impressionnante, plein de parfums que je ne me souvenais pas avoir été capable de percevoir un jour, de sensation de course, avec un centre de gravité trop bas, des foulées trop longues... Vous n'imaginez sans doute pas la sensation de liberté absolue de ces instants, aient-ils été oniriques.

Et un beau matin, je me suis réveillé dans mon lit... à quelques détails près, à savoir que le lit était de feuilles mortes et que la sonnerie de réveil qui aurait dû me tirer du sommeil avait été remplacée par le raffut que faisaient les oiseaux. J'avais vraiment beaucoup trop de poils même pour une attaque soudaine de puberté et des crocs qui ne ressemblaient franchement pas aux dents de sagesse que j'attendais. Quelque part, ç'aurait pu être drôle si sur le moment je n'avais pas méchamment stressé, en me demandant ce qui s'était passé et si j'allais pouvoir revenir à un moi moins animal - après avoir regardé dans un étang ce qu'était la bestiole en question.

C'était une belle bestiole, mon chien-loup, un de ces gros chiens qui font peur à ceux qui ne les connaissent pas. Le poil ébouriffé formait un manteau dont le caramel du sous-poil virait au brun sombre sur le dessus de son pelage à la limite du noir. Même au coeur de l'hiver, quand les températures basses l'épaissiraient, il ne saurait sans doute pas dissimuler les muscles qui roulaient en dessous, formant une silhouette solide, sauvée d'un aspect juste massif par de longues pattes et par le cou qui adoucit la ligne dangereuse d'une mâchoire puissante.

C'est l'apparence qu'il a fallu apprivoiser, en commençant par apprendre à s'en défaire. Puis en fin de compte, il a fallu envisager de revenir à la forme de gros chien-loup que j'avais adoptée, pare que se balader à poil dans les bois autour de l'aube, ce n'est pas ce que j'appellerais l'idée du siècle. Autant vous dire que mon retard conséquent en cours ce jour-là a été le dernier de mes soucis. Il a fallu des tests, parfois pas très réussis et douloureux, mais il a fallu en fin de compte admettre que je pouvais changer de forme, fût-ce maladroitement. Je crois que malgré toutes les expériences, j'ai encore du mal à y croire. J'ai eu encore plus de mal à l'expliquer à Aaron, pas parce qu'il ne m'aurait pas cru, mais parce qu'il avait autre chose en tête.

Ils n'ont rien vu venir - ni ses professeurs, ni ses amis, ni nos parents... Ils n'ont rien vu venir mais je savais que quelque chose n'allait pas. On ne me trompe pas comme ça sur Aaron, différences nouvelles ou pas, et pourtant, je peux vous assurer qu'il a tout fait pour me faire croire qu'il allait bien, alors même que ses yeux chantaient un tout autre refrain. Il restait mon frère, mon frère jumeau. Je l'ai écouté se mentir à lui-même plus encore qu'à moi, au travers des écrans d'ordis qui ne cachaient rien du cri d'avertissement dans son regard. J'ai vu fleurir les dérobades sur ses lèvres et les traces sur sa gorge. Je ne sais toujours pas ce qu'étaient ces marques, sceaux ambigus entre le baiser et la morsure.

"Vraiment, ça ne doit pas t'inquiéter, As', ce n'est rien" répétait-il avec un sourire protecteur, un de ceux qui trahissaient qu'il pensait qu'en me cachant ce qui se tramait il me mettrait à l'abri... A l'abri de quoi d'ailleurs ? Il n'a jamais voulu l'avouer, il chassait la question d'un rire qui ne remontait pas jusque dans son regard, détournait la conversation sur ses progrès, sa reprise du sport, initiée pour faire plaisir à un quelqu'un mystérieux qu'il n'a jamais nommé. Je crois qu'il aurait voulu penser que ses épaules de nageur me feraient oublier les cernes qui naissaient sur son visage.

Les appels via skype se sont raréfiés - trop de boulot, le sport n'aidait pas, il voyait des gens... Il voyait des gens dont il ne voulait pas parler, mais il a parlé d'un "il" dont il avait attiré l'attention. Avec les marques dans son cou qui auraient pu être des suçons, j'ai bêtement pensé qu'il était tombé amoureux d'un gars, qu'il avait peur qu'on le rejette, que ça expliquait tout. J'étais en pleine période d'examens, et la pensée m'a rassuré. Aaron pouvait aimer qui il voulait, ça ne changerait rien à ma façon de le voir, et il se confierait quand il le voudrait. J'ai passé mes partiels haut la main, alors que j'atteignais l'âge légal pour m'engager en tant que réserviste dans la police, activité qui me permit de combler les creux laissés par les absences toujours plus fréquentes de mon frère tout en gagnant un salaire confortable. Tout allait relativement bien dans mon petit monde.

Puis le "mais" infernal que le destin nous met toujours dans les roues en guise de bâton a frappé sans prévenir. L'absence de réponse à mon message lui souhaitant un bon anniversaire et les trois jours sans appel de la part d'Aaron auraient pu dire tout et n'importe quoi s'ils n'avaient été suivis d'un message de la part de son professeur principal demandant si j'avais des nouvelles. Evidemment non, ce fut même de lui que j'appris que mon jumeau avait arrêté les études sans prévenir et vidé son appartement. "Vidé" était un bien faible mot, pour tout dire. "Nettoyé" aurait mieux convenu pour décrire les lieux que je découvrais en me rendant sur place. Si je n'avais pas passé tant de temps à la webcam avec lui, je n'aurais pas pu dire qu'il avait habité là. Seule la fissure sur un mur m'était familière. Les posters avaient été décrochés, roulés dans un coin près des cartons contenant ses livres de cours, soigneusement scellés. Les draps et les couvertures étaient nettoyés et rangés dans une armoire, comme lorsqu'il avait visité l'appartement, nous dit la propriétaire, de même que la vaisselle. Pas de vêtements à lui en vue, pas de disque, d'ordinateur, de jeu, rien de ce qu'il avait emporté en quittant la maison familiale... Les lieux étaient impersonnels. Mais tout allait pour le mieux, expliqua la proprio, il était à jour dans son loyer.

Légalement majeur depuis moins d'une semaine, Aaron était libre de mener sa vie comme il l'entendait. Il n'y avait pas eu d'effraction, pas de violence, pas de signe de kidnapping, pas de fraude. La police expliqua très diplomatiquement que ce n'était pas de son ressort, et qu'il y avait suffisamment de crimes violents nécessitant une enquête pour ne pas s'encombrer de mes inquiétudes sans fondement.

Je ne suis pas particulièrement borné, mais, à l'occasion, un petit relent d'entêtement ressort. J'ai fait transférer mon dossier à l'université de la Nouvelle Orléans et, au lieu de repartir dans la réserve où je pressentais qu'on tenterait de me raisonner, j'ai plutôt candidaté pour être barman, ou serveurr - et c'est finalement ce poste-là que j'ai eu. J'ai récupéré l'appart' d'Aaron et je m'y suis installé. L'adaptation est... étrange. Aaron a dit qu'il avait un frère mais n'a jamais parlé de jumeau, ça entraine des quiproquos. Puis il y a l'ambiance de la ville en elle-même, avec ses violences, ses mystères, ses silences mal cachés sous le jazz qui court dans les rues... Et, quelque part, dans ce fouillis, il y a mon frère, et un secret de plus scellé sur sa gorge en une marque entre le baiser et la morsure."



Derrière l'écran


Pseudo ; Spades Âge ; 20 ans et des poussières~ Fréquence de connexion ; en général au moins une fois par jour Comment avez-vous connu le forum ? en surfant de partenaire en partenaire... Je crois que c'est par In nomine mens que j'ai atterri ici Comment trouvez-vous le forum ? C'est un joyau <3 Multicompte ? [ ]OH YEAH / [X]NO. Code (en hide) :


Dernière édition par Asgard Alavon le Mar 5 Fév - 20:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2847-asgard-cross-the-threshold-of-the-mirror http://cup-of-blood.1fr1.net/t2816-asgard-alavon-termine http://cup-of-blood.1fr1.net/t2822-asgard-reflets-mensongers-dans-un-miroir-de-verite
Cassandra Griffiths
« »





avatar



▌Age : 28
▌A débarqué le : 26/11/2012
▌Parchemins : 2466
▌Quantité de sang disponible : 13109
▌Age du personnage : 22 ans


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Asgard Alavon [Terminé]   Lun 4 Fév - 15:16

Rebienvenue ! What a Face
Personnage très intéressant ! Je viendrai sûrement te demander un lien ! Razz

Bonne continuation pour la fin de ta fiche ! coeur
Revenir en haut Aller en bas
Asgard Alavon
« »





avatar



▌A débarqué le : 03/02/2013
▌Parchemins : 1141
▌Quantité de sang disponible : 11667
▌ Code couleur : peru
▌Age du personnage : 22 ans
▌Job : Serveur à l'Ales et étudiant en sciences


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Bon
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Asgard Alavon [Terminé]   Lun 4 Fév - 15:27

Merci ! Ce sera un plaisir d'établir un lien à l'occasion~
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2847-asgard-cross-the-threshold-of-the-mirror http://cup-of-blood.1fr1.net/t2816-asgard-alavon-termine http://cup-of-blood.1fr1.net/t2822-asgard-reflets-mensongers-dans-un-miroir-de-verite
Mattie Odair
« Membre du Mois ♥ »





avatar



▌A débarqué le : 24/11/2012
▌Parchemins : 588
▌Quantité de sang disponible : 12641
▌Age du personnage : 20
▌Rang : Membre du clan Blackstone


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Asgard Alavon [Terminé]   Lun 4 Fév - 16:22

Re bienvenue m'sieur ♥

Bon courage pour la fin de ta fiche =D
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2596-mattie-oo-les-sujets http://cup-of-blood.1fr1.net/t2591-mattie-oo-you-re-just-a-cannibal-and-i-m-afraid-i-won-t-get-out-alive-fini http://cup-of-blood.1fr1.net/t2595-mattie-oo-never-wanted-everything-to-end-this-way#118731
Ginevra McIntyre
« »





avatar



▌A débarqué le : 21/01/2013
▌Parchemins : 435
▌Quantité de sang disponible : 11018
▌ Code couleur : #FF7F50
▌Age du personnage : 34 ans
▌Rang : Membre Talamasca
▌Job : Ancienne de la branche des érudits


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Asgard Alavon [Terminé]   Lun 4 Fév - 16:39

Biiienvenue ou rebienvenue apparemment....

c'est bizarre j'ai envie de t'appeler Superman..

Bon courage pour la fiche !
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2832-certaines-rencontres-creent-une-histoire-gin http://cup-of-blood.1fr1.net/t2765-my-name-is-gin-ginevra-mcintyre-8-termine http://cup-of-blood.1fr1.net/t2776-ginerva-mcintyre-uc
Tess E. Littleton
« SERIAL KICKEUSE »





avatar



▌A débarqué le : 22/07/2010
▌Parchemins : 12385
▌Quantité de sang disponible : 11542
▌ Code couleur : #5F9EA0 - cadetblue
▌Age du personnage : 28 ans
▌Rang : Loque dépressive
▌Job : Maman perdue


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Bon
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: Asgard Alavon [Terminé]   Lun 4 Fév - 17:15

Welcome *-*

excellent choix d'avatar héhé et super choix de pouvoir, on a pas beaucoup de métamorphes par ici ! *-*

si jamais, en tant qu'étudiant, t'as besoin de cours particuliers...

---->

_______________________________________




Rouge Ardent

« As-tu trouvé loin des vies, loin des larmes, ton idéal Rouge Ardent ? As-tu froid, trembles-tu quand tu dors ? Tu disais "tout s'évapore"... Tu as eu tort. Corps à corps j'en rêve encore. Le feu, le vent, mille volcans Rouge Ardent. Quand tu m'embrassais fort... j'en rêve encore. Le jour se lève... encore ♦️ »