Aller en haut
Aller en bas



 
RETROUVEZ-NOUS A CETTE ADRESSE ♥️

Partagez | 
 

 When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Darrel K. Stafford
« »





avatar



▌A débarqué le : 28/06/2012
▌Parchemins : 27
▌Quantité de sang disponible : 9900
▌Rang : ♦ Exorciseur et chasseur à temps plein ♦


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi   Mer 9 Jan - 18:51

Darrel ouvre difficilement les yeux. Le blanc criard du plafond se fait violent sur sa rétine, mais peu à peu, le révérend parvient à reprendre ses esprits et à regarder autour de lui. Une perfusion dans le bras ainsi que le bip régulier du cardiographe lui font comprendre qu’il est à l’hôpital. Il a la bouche pâteuse et se sent étrange. Il se remémore petit à petit ce qui s’est passé et fronce les sourcils: il se rappelle des deux cadavres ensanglantés et de la silhouette féminine penchée au-dessus d’eux. Ensuite, il l’a attaqué pendant qu’elle prenait sa forme lupine. Il sait à quoi sa cible ressemble maintenant, ce qui est déjà un bon début. Le révérend s’agite dans son lit, mais il a trop mal pour continuer de bouger. Il fixe son bras que l’on a visiblement mis dans le plâtre. Il sent aussi une douleur sur la poitrine. Des coups de griffe peut-être? Darrel ne le sait pas. Son regard tombe alors sur une boîte, que l’on a posée sur le fauteuil non loin de son lit. Son précieux cahier s’y trouve-t-il? Le révérend panique un peu à l’idée de ne pas avoir ses écrits et les écrits de son mentor avec lui. Il se tourne avec difficulté et étire le bras vers le fauteuil, mais il entend des pas.

Tout à coup, Darrel reconnaît ses traits lorsqu’une infirmière entre dans sa chambre. Il reprend place dans son lit et serre les draps lorsqu’elle s’approche. Elle semble s'effarer à changer sa perfusion. Il jette alors un regard d’incompréhension sur elle et ne tressaille pas lorsqu’il croise le sien. C’est un hasard particulier, mais son mentor lui a appris la patience. De toute façon, il est probablement trop faible pour faire quoi que ce soit. Il peine aussi à comprendre la situation. Le révérend la jauge longuement et d’une voix rauque et enrouée, il s’adresse à elle:

-C’est vous qui m’avez ramené ici?

Il en doute puisqu’il a sombré dans l’inconscience, tout juste après avoir vu la louve s’enfuir. Ce sont ans doute des passants qui ont appelé des secours. Il grimace; elle l’a plutôt malmené puisqu’il a l’impression que son corps n’est plus qu’une seule et douloureuse ecchymose. Il a la tête qui tourne un peu. C’est probablement comme cela qu’on se sent après avoir trop bu, n’est-ce pas? Excepté le bras cassé et la douleur à la poitrine. Darrel n’a toutefois pas terminé de lui poser des questions:

-Vous avez tué ces deux humains, n’est-ce pas?

Il pose une main sur sa gorge, sèche et douloureuse à cause de cela. Il sait qu’il est inutile de préciser. Néanmoins, quelque chose le trouble. Il la fixe encore de son regard inquisiteur, tentant ainsi d’imprimer pour de vrai les traits de la jeune femme dans sa mémoire. Darrel n’oublie jamais ses cibles et il se promet de la revoir dès qu’il sera en état de se battre. Aux premiers abords, la jeune femme ne ressemble en rien à une prédatrice. En effet, le révérend a appris à reconnaître un lycan d’un humain, même lorsqu’il n’est pas sous sa forme lupine. Le lycan a des manières particulières et un comportement quelque peu différent. Il se dégage plutôt de la louve une douceur qui intrigue le révérend. Certes, il arrive qu’il se trompe. Un vampire est plus facile à reconnaître qu’un lycan. La situation est différente cette fois-ci puisqu’il l’a bel et bien vu couverte de sang et prendre sa forme de louve.
Revenir en haut Aller en bas
Néthi I. Ânkhti
« »





avatar



Chassez le surnaturel, il revient à pas de loup...
▌A débarqué le : 25/11/2012
▌Parchemins : 33
▌Quantité de sang disponible : 8962
▌Age du personnage : 150 ϟ la petite vingtaine
▌Rang : Vargamor
▌Job : Infirmière


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Bon
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi   Dim 13 Jan - 20:39

Il y avait du sang, partout. Sur ses vêtements, sur ses mains, sur son visage... Au sang se mêlait l'odeur d'humus. Les pupilles de Néthi étaient dilatées, son souffle court. Elle respirait fort, son cœur battait très vite. Sous ses genoux, de la terre. La terre de la forêt, meuble, qui était entrée dans ses chaussettes et grattait sous son pantalon. Le long de sa joue, un sillon transparent s'était difficilement frayé un chemin à travers le sang séché. Les larmes de la louve étaient rares, mais pas encore suffisamment pour qu'une procession ne se mette à genoux devant elles et les recueille comme on recueille des reliques. Ça, c'était son travail à elle. Avec un mouvement d'humeur, elle s'essuya le nez d'un revers de main. C'était terminé. Terminé, terminé. Ils étaient morts. La barbarie de la scène aurait retourné les tripes de n'importe qui n'ayant pas été habitué à de telles horreurs. Néthi, elle, les observait avec le recul et l'insensibilité du professionnel. Un corps tranché en deux, de l'épaule jusqu'à la hanche. L'autre défiguré, à la gorge béante. Quelques gargouillis de sang chaud, voilà tout ce qui restait de la vie qui leur avait été confiée. Et, à genoux, la louve observait. Ses épaules s'étaient affaissées, sa tête inclinée. Elle ne saurait dire, sans regarder sa montre à quartz, combien de temps elle est restée là, à se forcer à regarder ce spectacle morbide, combien de temps elle s'est forcée à imprimer dans son esprit ce dont sont capable les bêtes, comme elle, lorsqu'elles perdent le contrôle. Quand elle estima qu'elle ne pourrait plus retrouver le sommeil avant plusieurs jours, juste pénitence à ses yeux, elle se leva et, apparemment indifférente, frotta son pantalon au niveau des genoux pour en chasser la poussière qui s'y était accrochée. C'est à cet instant qu'une branche craqua. Son instinct parla le premier, elle n'avait plus besoin d'épousseter ses vêtements puisqu'elle n'en avait plus. Ils craquèrent sous les difformités que son corps arbora, pour remplacer la frêle jeune femme à la peau mate par un loup plus gros que la moyenne aux crocs long comme un doigt de bûcheron. La suite se perdit dans l'obscurité, en même temps que la lune se voilait d'une écharpe nuageuse. Il y eut un entrelac de poils et de cheveux, de bras, de jambes et de pattes, de tirs et de crocs. A la faveur d'une négligence, de la chance, du sort ou du destin, Néthi eut le dessus sur son adversaire. Il tomba au sol, et elle, saisissant l'opportunité qui lui était offerte, prit la fuite.

[…]

« Tu as terminé Néthi ? » Achevant sa lecture, l'interpellée leva la tête vers l'une de ses collègues, une quadragénaire aux rides du rire sincère, et lui rendit le sourire bienveillant qu'elle lui adressait. « [color=#2E2B20]Presque, il me reste une petite chose à faire. » De bienveillant, le sourire de l'infirmière devint mutin. « Ah, tu parles de cet étrange jeune homme de la nuit dernière ? A ton avis, qu'est-ce qui a bien pu lui arriver ? » Bien que le cœur n'y était pas, Néthi se força à lui renvoyer le reflet de son air conspirateur. « J'ai bien peur qu'il soit le seul à pouvoir éclairer nos lanternes... Si tu venais à t'en occuper, tu le lui demanderas, et tu me raconteras ça ! » L'autre se mit à rire, et tourna les talons pour s'éloigner en ondulant des hanches. « Jamais de la vie ! Je respecte le secret professionnel, MOI ! » Sincère cette fois, la louve sourit et secoua discrètement la tête en signe de négation. Heureusement que Michele était là pour mettre un peu de gaieté dans sa vie, avant que celle-ci ne prenne fin sur l'échafaud... Néthi n'était pas spécialement enchantée parce qu'elle allait faire, mais elle savait, d'expérience, qu'elle n'avait pas vraiment le choix. Dans ce genre de situation, c'était comme de jouer au poker. Avec lassitude, l'infirmière poussa un profond soupir, et tenta de se rasséréner. Une fois son courage revenu, tout juste le temps dont elle avait besoin pour aller faire un saut à son casier, elle s'empara du dossier J. Doe de la chambre 251 et y passa d'abord un œil. Le patient dormait, mais s'agitait, preuve d'un réveil imminent. Néthi prit tout de même le risque. S'infiltrant sur la pointe des pieds dans la chambre du malade, elle déposa délicatement la boîte récupérée l'instant d'avant dans son casier sur la table de John, et se concentra ensuite sur son travail. D'un œil aiguisé, consciencieux, elle vérifia les constantes vitales, affichées en caractères lumineux par la multitude d'appareils qui lui étaient accrochés, puis s'attaqua à la perfusion, de loin ce qu'il fallait surveiller le plus étroitement. Quand il se réveille, Néthi a un instant d'arrêt, d'hésitation, comme si le temps dans son environnement direct se suspendait. Et puis comme aucun cataclysme ne semblait la frapper, elle reprit le court de son activité, comme s'il s'agissait d'un patient lambda. Ou pas tout à fait... Les patients lambdas, Néthi était aimable avec eux, elle les écoutait, leur parlait, prenait le temps. Mais les patients lambda n'essayaient pas de la tuer, du moins, pas consciemment.

Elle allait partir, ses vérifications terminées, ne se sentant pas le courage de rester plus longtemps dans cette chambre sous le regard inquisiteur du jeune homme, quand la voix masculine du patient fit voler en éclats le silence de cristal qui s'était instauré. Déjà en direction de la porte, dos à lui, l'infirmière, prête à partir, l'infirmière hésitait. Elle ne voulait pas répondre à sa question. Si elle disait que non, ça serait admettre qu'elle avait manqué à son devoir d'aider les malades et blessés. Si elle disait que oui, il la traiterait forcément de menteuse, parce que c'était un peu de sa faute à elle s'il se retrouvait dans ce lit à présent. Le temps passait, les secondes s’égrainaient, et elle ne parvenait pas à se décider. Oui, non ? Au final, probablement lassé d'attendre une réponse qui ne viendrait jamais, John Doe posa une seconde question. Peut-être celle-ci aurait-elle plus de chances d'avoir une réponse ? Une réponse en bonne et due forme, peut-être pas, mais à tout le moins, Néthi réagit. Pivotant sur ses petites tennis blanches, elle se positionna face à lui, son dossier médical en mains, serré contre elle. Pas question cette fois de baisser les yeux. Son regard acide soutint celui de chasseur sans sourciller. « Les gens comme vous n'écoutent jamais les gens comme moi. Vous êtes convaincu que je l'ai fait, c'est tout ce qui compte. Je ne tiens pas à user ma salive en vaines paroles dans l'espoir que vous changiez d'avis. » Néthi ne vivait pas d'optimisme, mais de faits et de réalités qui s'appuyaient sur du vécu. Combien de loups avaient clamé leur innocence pour les crimes dont on les accusait ? Tous, sauf les plus dérangés peut-être. Combien avaient été graciés ? Aucun, à priori. En même temps, ne pouvaient se revendiquer chasseurs que les humains ayant les tripes suffisamment bien accrochées pour tuer des bêtes leur ressemblant de sang froid, parfois des femmes implorant la pitié, parfois même, peut-être, des enfants... On disait parfois « A malin, malin et demi. », dans le cas des loups et des chasseurs, c'était « A monstre, monstre et demi. » Pourtant, Néthi ne semblait plus perturbée outre mesure. Au contraire, énoncer ce fait à voix haute semblait l'avoir soulagée. « Dans un cas comme dans l'autre, il n'y a plus grand chose que vous puissiez faire pour eux. Quoiqu'il en soit, puisque vous êtes réveillé, est-ce que vous seriez d'accord pour faire un peu de paperasserie ? Les secours n'ont pas trouvé vos papiers d'identité. En étant John Doe, vous êtes une sorte de vedette locale, mais ça n'aide pas vraiment pour votre suivi médical... » Qui plus est, s'il n'avait pas d'assurance ou de quoi payer l'intégralité des soins qui lui étaient prodigués, l'hôpital était fichu de le coller dehors... La situation était on ne peut plus incongrue, et Néthi n'était pas suffisamment bête pour ne pas s'en rendre compte, aussi ajouta-t-elle après une courte pause « Si ça vous gène de régler ces détails avec moi, l'une de mes collègues pourra s'en charger. »
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2594-nethi-la-magie-n-a-pas-de-couleur-termine
Darrel K. Stafford
« »





avatar



▌A débarqué le : 28/06/2012
▌Parchemins : 27
▌Quantité de sang disponible : 9900
▌Rang : ♦ Exorciseur et chasseur à temps plein ♦


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi   Jeu 17 Jan - 18:28

Darrel détaille longuement la louve, toujours aussi surpris par ce calme qu’elle dégage, malgré les questions qu’il lui a lancées. Le révérend n’est pas quelqu’un qui tourne autour du pot. Il est direct et manque parfois de filtre entre ses pensées et sa bouche. Son mentor le lui avait parfois reproché. Trop curieux, il veut tout savoir tout de suite, ce qui n’est pas nécessairement une bonne chose pour un chasseur. Le révérend fronce les sourcils, un mal de tête atroce lui vrillant subitement le crâne. Lorsqu’elle répond à ses questions, son mal s’en trouve tout à coup plus violent. Il pose à nouveau sa tête sur l’oreiller pour remettre ses idées en place. C’est une drôle de réaction de sa part. Elle ne tente pas de se défendre, comme si c’est déjà vain avec lui. Darrel a du mal à comprendre la situation, mais il veut creuser davantage et saisir ce qu’elle lui cache. La possibilité que ce ne soit pas elle est mince selon lui et pourtant, il y a quelque chose chez la louve qui lui dit qu’elle était peut-être là au mauvais moment. Après tout, c’est lui qui l’a attaqué. Elle n’avait fait que se défendre. Le révérend ne sait quoi penser et cela l’agace, d’autant plus qu’elle n’a pas éclairé ses lanternes avec sa réponse. Darrel est aussi calme qu’elle maintenant puisse qu’il a compris qu’elle ne lui ferait pas de mal ici. Des hypothèses nouvelles surgissent alors dans sa tête, des hypothèses qui peuvent être vraies et qui dans ce cas, change la donne. Le chasseur plante à nouveau son regard foncé dans le sien, mais use d’un peu plus de douceur qu’il y a quelques minutes. Néanmoins, son visage est tout aussi fermé :

-Les criminels ont droit à une certaine justice eu aussi. Ils ont le droit d’expliquer leur version des faits. Je suis curieux d’entendre la vôtre. Peut-être même que je me trompe. Après tout, vous n’êtes pas la seule louve dans le coin. Si je me suis retrouvé ici, c’est parce que je vous ai attaqué et que vous vous êtes défendu. Je pourrais aussi en déduire que ce n’est pas vous puisque, bien que vous m’ayez brutalement mis sur le tapis, vous ne m’avez pas déchiqueté contrairement à ces deux victimes.

Il lui tend des perches, Darrel en est conscient, mais peut-être met-il le doigt sur la vérité? C’est à elle de l’aider à comprendre ce qui s’est réellement passé. Il n’a pas l’habitude de ce genre de situation. Habituellement, lorsqu’il n’exorcise pas ou qu’il ne travaille pas sur son projet personnel, il fait des rondes au sein de la ville et tue les créatures qui rôdent. Ce simple évènement change sa perception des choses. Il ne s’est jamais posé de questions sur les réelles intentions de ces créatures. Son mentor lui avait toujours que ces âmes damnées ne devaient pas se mouvoir parmi les enfants de Dieu. Darrel ne sait plus quoi penser. Si cette louve n’est pas l’assassin et qu’elle a peut-être tenté d’aider ces gens alors tout est différent. Non, le révérend a du mal à croire cela. Têtu, il refuse de voir s’écrouler ce qu’on lui a longtemps enseigné.

L’infirmière lui demande si elle doit appeler quelqu’un d’autre pour remplir les papiers. Darrel secoue négativement la tête. Il a encore des questions à lui poser après la paperasse. Le chasseur ne lâche jamais une proie et même si la possibilité qu’elle soit innocente est valide, elle reste sa cible pour le moment. Sa voix est enrouée, signe que son mal de gorge devient insoutenable. Néanmoins, Darrel est toujours poli, même dans les situations aussi tendues :

-Lorsque vous irez chercher les papiers, auriez-vous l’amabilité de venir me porter un verre d’eau en même temps?
Revenir en haut Aller en bas
Néthi I. Ânkhti
« »





avatar



Chassez le surnaturel, il revient à pas de loup...
▌A débarqué le : 25/11/2012
▌Parchemins : 33
▌Quantité de sang disponible : 8962
▌Age du personnage : 150 ϟ la petite vingtaine
▌Rang : Vargamor
▌Job : Infirmière


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Bon
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi   Dim 27 Jan - 20:33

« Oh oui, parlez moi de justice, vous qui tuez avant de vous poser les questions élémentaires préliminaires... » Néthi manqua de peu d'asséner cette pique sans tact au malade, avec une amertume qui n'était pas la sienne, elle le sentait. Elle le savait, parce que la colère qui avait inspiré cette remarque était venue et s'en était allée aussi vite. Si elle empêcha l'accusation de franchir ses lippes, elle ne put retenir le sourire de désillusion qu'elle fit naître. Sans même prendre la peine d'être discrète, l'infirmière soupira et inclina la tête, observant John dans son lit d'hôpital, si prompt à accuser sans preuve, sans rien que des théories. Il avait la foi, probablement. Mais la foi, elle l'avait elle aussi. Est-ce qu'elle était aussi aveugle ? Aussi bornée que lui ? Aussi prompte à dispenser mort et jugement ? Elle espérait que non... Juger n'était pas dans ses attributions. Elle ne faisait pas la justice, pas plus que ne la faisait Darrel, même s'il était persuadé du contraire. L'humanité avait eu des savants sans égaux pour l'éclairer. Combien retenaient leurs enseignements ? Et de toutes les théories énoncées, qui prenait encore le temps de penser à Einstein et à sa théorie de la relativité ? Qui prenait encore ne serait-ce qu'une seule minute pour tenter de concevoir les choses, des choses qu'il est aisé de prendre comme acquises, sous un angle différent ? C'est plus difficile, ça demande suffisamment d'humilité pour accepter l'idée que l'on se soit trompé, donc forcément, peu sont prêts à se prêter à l'exercice. Mais Néthi ne perdait pas espoir. Jamais. Sans ajouter un mot, elle sortit doucement de sa torpeur et quitta la chambre du convalescent. Quand elle y revint, un verre était posé à l'envers sur une carafe dans l'une de ses mains, son bloc avec une importante liasse de papiers était dans l'autre. Avec précautions, elle servit son verre à John et déposa sur la petite table qui lui servirait à manger ses prochains repas une pilule blanche. Quant à elle, elle s'empara d'une chaise et vint s'asseoir à son chevet. Sans le regarder d'avantage, elle commença à remplir quelques unes des cases du dossier du patient. « Vous vous évertuez à chasser des créatures que vous ne faîtes même pas l'effort de comprendre... Vous ne savez même pas qui vous tuez. Ne le prenez pas mal, mais vous ne valez guère mieux que les patients atteints de maladies mentales... » Son ton était doux, dénué de toute trace d'accusation. Elle ne voulait, manifestement, pas se disputer avec Jonh mais lui faire relativiser son état d'esprit ne se ferait pas sans heurt, sans sacrifier certaines de ses idées reçues au passage. Posant délicatement son stylo, elle tourna dans sa direction ses grands yeux verts et reprit la parole. « J'aurai pu déchiqueter ces gens et vous sauver la vie... Vous ignorez ce qu'est la démence, ce qu'elle peut vous pousser à faire... » Les yeux de la jeune femme se mirent à briller. Durant sa longue existence, elle avait vu plus d'horreurs que n'en verrait jamais John Doe, côtoyé des personnes rongées de culpabilités et poussées dans leurs derniers retranchements par elle. Comme ses congénères, elle portait en son sein un historique lourd pour une malédiction sans égale. « Très peu des gens que vous croisez sont manichéens, et être un lycan ou un humain ne fait pas forcément de vous quelqu'un de bon ou de mauvais. » L'apparente jeune femme fronça légèrement les sourcils. « Je ne vous souhaite pas de faire l'expérience de la lycanthropie, mais... Je crois que vous gagneriez énormément à essayer de comprendre le monde dans lequel nous vivons. Peut-être ne seriez-vous plus aussi prompte à déterminer qui doit vivre ou mourir. Après tout, ce n'est ni à vous ni à moi d'en juger. » A l'instar de John, Néthi avait la foi. Elle n'était rien qu'un vaisseau, rien qu'un réceptacle aux volontés divines. Savoir cela la rendait humble, mais aussi philosophe à certains moments. « Je ne vous dirai pas si je suis l'auteure du carnage que vous avez vu, pas plus que je ne vous dirai si c'est à moi que vous devez la vie sauve. J'aurai très bien pu faire les deux, ou un seul, ou encore aucun des deux. Donc... Si vous en venez à me tuer, vous devrez vivre avec l'éternelle question « qu'est-ce que j'ai tué ? Un tueur ou un samaritain ? ». Et entre nous, Mr Doe... Le commun des mortels est autant l'un que l'autre. » Esquissant l'ébauche d'un sourire confiant, Néthi en revint à ses feuilles et reprit son stylo. « Je vous écoute. Quel est votre nom ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2594-nethi-la-magie-n-a-pas-de-couleur-termine
Darrel K. Stafford
« »





avatar



▌A débarqué le : 28/06/2012
▌Parchemins : 27
▌Quantité de sang disponible : 9900
▌Rang : ♦ Exorciseur et chasseur à temps plein ♦


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi   Dim 3 Fév - 18:38

Darrel a mal à la tête. Fatigué, il la pose sur l’oreiller et ferme un moment les yeux. La force de la louve est incroyable et il se promet d’étudier davantage les lycans. Il a toujours eu l’habitude de chasser les vampires. C’était la spécialité de son mentor, qui cherchait aussi ardemment les démons. Maintenant qu’il pense à lui, Darrel s’est toujours demandé pourquoi il ne l’avait pas davantage informé sur les lycans. Un souvenir émerge alors dans sa tête: il lui avait déjà demandé de lui parler des ces créatures. Son mentor avait aussitôt dardé un regard glacial dans celui de son élève. Darrel avait aussi cru discerner une lueur de tristesse dans ses orbes. Darrel n’avait ensuite plus du tout fait attention à ce détail. Maintenant qu’il a une louve comme infirmière, le révérend se demande ce qui s’est passé pour que son mentor refuse de lui parler des lycans. Ces derniers jours, Darrel s’était informé seul et avait lui-même ajouté des notes dans son carnet sur ces créatures. Il connait le nom de l’Ulfric de la ville et quelques têtes de sa meute. Il se demande même si elle ne fait pas partie de la meute locale. Glaner des informations n’est pas très compliqué. Il suffit d’être débrouillard. Dernièrement, il avait aussi su qu’une meute dite nomade rôdait dans le coin. Le révérend n’a pas l’intention de détruire ces deux meutes. Ce n’est pas sa priorité. Seulement, en tombant sur d’autres cadavres que ceux d’hier, Darrel avait commencé à pister le coupable. En voyant les traces de griffes et de morsures, ils avaient tout de suite su que ce n’était pas un vampire. Cette situation avait piqué sa curiosité et le révérend s’était mis à traquer le meurtrier. Sa curiosité, voilà un vilain défaut qui le poussait dans des situations corsées, comme en ce moment.

Il rouvre les yeux lorsqu’elle revient. Il attrape le verre qu’elle lui tend et boit, sa gorge maintenant soulagée. Il peut parler sans avoir l’impression d’avoir des rasoirs dans la gorge. Armé de son bloc note, Darrel comprend que c’est le temps des questions. Des phrases curieuses traversent la barrière de ses lèvres. Darrel est quelqu’un de fier et bien qu’il ne discerne aucune méchanceté dans ses paroles, ça l’agace, même s’il est parfaitement conscient qu’il a mis le doigt sur une situation qu’il ne saisit pas entièrement. Son défunt mentor serait déçu de lui en ce moment, car le révérend s’est jeté tête première dans l’eau, sans en tester la profondeur avant. Il plante son regard dans ses yeux verts, un peu hypnotisé par celui-ci. Elle manie bien l’art du discours et tout de suite, Darrel impose un mur entre elle et lui pour se préserver. Il continue tout de même de l’écouter. Le nom de famille qu’elle mentionne ensuite lui fait arquer un sourcil. Probablement qu’elle n’avait pas trouvé de pièce d’identité sur lui lorsqu’elle l’a alité.

-Darrel Stafford. Je suis révérend à l’église anglicane. À ce propos, j’aimerais passer un coup de fil là-bas lorsque notre entretien sera terminé. Si cela m’est possible.

Tout comme la louve, Darrel adopte un ton posé. Il veut comprendre la situation et surtout lui tirer les verres du nez. Elle ne semble pas vouloir l’éclairer sur ce qui s’est passé. Elle ne veut pas non plus lui dire si elle est l’auteure de ces meurtres ou non, un fait qui l’agace. Néanmoins, il ne le montre pas. Darrel aime les défis et il prêt à tenter de la cerner. Elle avait parlé de folie quelques minutes plus tôt, mais le révérend ne dénote aucune trace de folie dans son regard.

-Vous semez la confusion dans mon esprit Mademoiselle, mais je trouverai bien le coupable de ces meurtres, que ce soit vous ou non. Je suis patient.
Revenir en haut Aller en bas
Néthi I. Ânkhti
« »





avatar



Chassez le surnaturel, il revient à pas de loup...
▌A débarqué le : 25/11/2012
▌Parchemins : 33
▌Quantité de sang disponible : 8962
▌Age du personnage : 150 ϟ la petite vingtaine
▌Rang : Vargamor
▌Job : Infirmière


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Bon
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi   Mar 19 Fév - 12:17

Un sourire étira les lèvres de Néthi. Elle avait très envie de lui répondre que non, décidément, c'était beaucoup trop demander que de passer un coup de fil à ses proches lorsque l'on est à l'hôpital... Mais elle n'était pas certaine que son sens de l'humour soit au goût du patient. Elle aurait aussi pu lui demander combien il la paierait pour avoir accès à ce service, comble du luxe n'est-ce pas ?, mais là non plus, ça ne serait pas un humour bien fin, plutôt potache en vérité, surtout que l'hôpital se chargerait de le racketter. Elle mura donc ses réflexions déplacées derrière un sourire et un regard où brillaient la malice, avant de répondre, l'amusement transparaissant malgré elle dans le timbre de sa voix « Bien évidemment. Vous n'êtes pas en prison.. » Même si pour la sûreté des siens, il aurait mieux valu qu'il le soit. Pour sa meute, ou pour son espèce, Néthi aurait mieux fait de l'achever, et elle avait une chance supplémentaire à l'instant que d'en finir avec sa traque. Seulement, ça serait aller à l'encontre de toutes ses croyances personnelles. Et attention, on ne parlait pas de foi, car celles des deux parties en présence étaient radicalement différentes. On parlait de convictions, de principes moraux, de codes de conduite. Sans la démence qu'induisait son statut de bête, sans la pleine lune pour la pousser aux extrémités les plus viles, Néthi n'aurait jamais été capable de tuer quelqu'un de sang froid. Elle était une louve passive, en retrait, qui avait accepté ce qu'elle était mais refusait d'embrasser sa malédiction et de s'avouer vaincue, elle refusait de baisser les bras et de se laisser aller à la fatalité, à la facilité que c'était que de se considérer comme un prédateur naturel de l'être humain, et donc de le chasser, à l'exemple du lion qui chasse la gazelle. Loup ou pas, prédateur ou pas, ils gardaient, malgré leur bestialité devenue instinctive, une part d'humanité qui leur offrait le choix de suivre leurs instincts ou pas. Certains, comme ceux des chaleurs, n'étaient pas possibles à muter pour une raison qui lui échappait. En revanche, la soif de sang l'était, si tant est qu'on veuille faire l'effort de s'y soustraire, et même si l'effort réclamé scindait l'âme en deux. Comme toujours, la clé de la survie n'était pas dans le conflit, mais dans l'acceptation et le contrôle. Tant que la partie humaine du lycan prônait sur la bête, rien de fâcheux ne pouvait se produire.

Néthi poussa un discret soupir, et lança au révérend une œillade désolée. Quelque part, elle avait de la compassion pour ce tueur. Il avait le support de sa foi, mais en dehors de cela ? Son métier était solitaire, et à son sens, était le terrain le plus prolifique pour développer une paranoïa aiguë. N'avoir confiance en rien, ni personne si ce n'est soit. Elle le jaugea longtemps, et prit une décision. Peut-être ne serait-il pas en accord avec elle, mais dans ce cas là, elle ne pourrait plus rien pour lui. Elle espérait qu'il ne lui refuserait pas la main qu'elle lui tendait, louve naïve, crédule, ayant profondément la foi en une espèce qui se détruisait pourtant à petit feu depuis des millénaires. « Une fois que vous l'aurez trouvé, que ferez-vous ? Ne le prenez pas comme une attaque, mais si vous n'avez pas été capable de me tuer moi, alors que je ne cherchais qu'à éviter vos coups, vous ne serez pas en mesure de vaincre un loup-garou qui, lui, essaiera de vous tuer... Vous ne mesurez absolument pas dans quoi vous vous embarquez... Vous voulez vous lancer à la poursuite de l'un des nôtres sans même savoir comment notre société s'articule... Ce que vous voulez entreprendre, c'est une mission suicide.. » Profondément convaincue par ce qu'elle avançait, son ton était ferme. En prenant conscience, un peu tard cependant, elle l'adoucit lorsqu'elle reprit. « Je vais vous proposer un marché. Je vous aide à trouver le coupable, ou vous m'aidez à le faire, peu importe. Pendant ce temps, je vous donne quelques renseignements sur nous, la façon dont nous nous comportons, ce genre de chose. Mais une fois que le tueur est démasqué, vous devez me laisser m'en occuper. Ce n'est pas à vous de gérer les dissensions qui existent au sein d'une race qui n'est pas la vôtre. Qui plus est, la chance a voulu que vous surviviez, sain, et atterrissiez dans ce lit d'hôpital... Votre prochaine rencontre avec l'un d'entre nous pourrait se solder par votre mort, ou pire pour vous, par une transformation... Je vous laisse peser le pour et le contre, y réfléchir. Vous resterez alité ici pendant au moins une semaine de toute façon.. » Gracile, la louve se leva avec une félinité naturelle confondante pour un membre de la race canine, et posa délicatement le formulaire qu'elle avait commencé à remplir, ainsi que le stylo qui l'accompagne. « Quand vous vous sentirez mieux, n'oubliez pas de remplir ceci.. » Et sans un mot ni un regard supplémentaire, elle prit la direction de la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2594-nethi-la-magie-n-a-pas-de-couleur-termine
Darrel K. Stafford
« »





avatar



▌A débarqué le : 28/06/2012
▌Parchemins : 27
▌Quantité de sang disponible : 9900
▌Rang : ♦ Exorciseur et chasseur à temps plein ♦


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance bénéfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi   Mer 13 Mar - 18:07

Darrel manque cruellement de sens de l'humour. Son métier de chasseur le cloître dans une énorme solitude, ce qui le rend quelque peu froid et impotent quant aux relations humaines. Il ose tout de même un sourire, chose rare pour le révérend sérieux. Il lui souffle un merci sincère, décidant qu'il est temps d'avoir un peu plu de manière. Même s'il est du genre ermite, il sait se conduire un minimum en société. Devenu révérend à l'église depuis peu, cela l'aide tout de même beaucoup à socialiser. Il ne sait pas pourquoi il a accepté ce poste, lui qui voyage habituellement en Amérique en quête de démons ou de tout autres créatures surnaturelles. Sans doute parce que La Nouvelle-Orléans a encore beaucoup à lui offrir en termes de surnaturel. Darrel a la nette impression que cet endroit possède les réponses à ses questions. Et puis, les gens ont besoin de chasseur pour les protéger. De plus en plus, il regarde la louve et comprend qu'il s'est peut-être trompé. Il gagnerait a en connaître davantage sur les lycans. Il s'est plutôt spécialisé dans la traque aux vampires, cible plus facile à reconnaître. En effet, si elle ne s'était pas transformé, jamais il n'aurait su que c'était une louve. Darrel s'écarte un peu de sa mission principale en chassant ce meurtrier, mais il ne chasse pas simplement pour trouver réponses à ses propres questions, mais pour préserver des vies humaines aussi. Dieu a un but pour chacun et Darrel connaît le sien. Peut-être a-t-il mit cette louve sur son chemin pour lui faire comprendre certaines choses? Le révérend croit que c'est sans doute le cas et c'est pourquoi il enregistre les traits de la demoiselle pour pouvoir la pister à nouveau s'il en a besoin. Il n'a pas peur d'elle, bien qu'elle l'ait malmené avec une force terrible. Il aurait dû être plus prudent et ne pas s'attaquer à une bête qu'il ne connaît pas. Darrel peut encore entendre la voix de son mentor lui reprocher son impulsivité. Ce qui est fait, est fait et il devra rester au lit pendant un petit moment encore.

La suite de l'entretient éveille tout à coup son intérêt, mais sème la confusion dans l'esprit du chasseur. Elle a raison sur ce point, bien que sa fierté s'en trouve légèrement écorchée. Il veut simplement trouver sa cible, tout en se préparant davantage. Il a eu sa leçon et ne se jettera plus tête baissé dans la mêlée. Son visage se ferme un peu, mais ce qu'elle lui propose ne le laisse pas indifférent. Il fallait être idiot pour ne pas accepter cet aide. De toute façon, si elle avait voulu le tuer, elle l'aurait fait depuis un moment. Darrel pense tout en la toisant, visiblement étonné quant à la tournure de cet entretient. Le révérend acceptera, ne pouvant pas refuser cette occasion en or de parfaire ses maigres connaissances sur les lycans. Son mentor n'a jamais reproché la curiosité intellectuelle de son élève, même si celle-ci l'a souvent plongé dans les problèmes. Devant cette louve, Darrel ressemble a un vulgaire débutant. Fier comme il l'est, il a donc du mal à ne pas s'agiter. Toutefois, il ne dit rien et se contente de la regarder avec cet air impassible qui lui ait si typique. Le marché est conclu et la soif de connaissance de Darrel le pousse à vouloir lui poser des questions dès maintenant. Il se retient, se disant qu'il a tout son temps. Son mal de tête recommence. Il ferme les yeux et vient poser ses doigts sur ses tempes. La louve tente de se défiler en lui disant qu'il devra signer se papier. Il la regarde s'éloigner, mais Darrel l'en empêche et lance :

-Attendez. Je n'ai pas besoin de réfléchir plus longtemps à votre proposition. Après tout, quel idiot refuserait cette occasion en or de parfaire ses connaissances sur des créatures surnaturelles qu'il ne connaît pas tout à fait? Lorsque je vous ai attaqué, c'est mon impulsivité qui m'a trahis. Je n'ai pas mesuré votre force avant de charger. Vous ne m'avez pas éliminé et je vous en suis reconnaissant. Pour cela, je suis prêt à vous faire un minimum confiance.

L’appât du gain de connaissance avait toujours été le point faible du révérend. Darrel venait tout de même d'imposer ses règles, en lui disant qu'il allait tout de même se préserver un minimum. Il ne connaît pas encore assez les lycanthropes et leur façon de faire pour ne pas se montrer un minimum méfiant. Il jette un coup d’œil sur son carnet, qu'il tient toujours depuis que l'infirmière est entré dans sa chambre. Il va pouvoir le remplir bientôt d'informations pertinentes sur les lycanthropes. Il en a quelques-unes, mais pas assez à son goût.
Revenir en haut Aller en bas
Néthi I. Ânkhti
« »





avatar



Chassez le surnaturel, il revient à pas de loup...
▌A débarqué le : 25/11/2012
▌Parchemins : 33
▌Quantité de sang disponible : 8962
▌Age du personnage : 150 ϟ la petite vingtaine
▌Rang : Vargamor
▌Job : Infirmière


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Bon
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: Re: When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi   Mer 13 Mar - 21:30

Aussi invraisemblable que cela puisse être, Darrel et Néthi pouruivaient le même objectif, partageaient un sacerdoce, celui de sauver des vies. Pour y parvenir, le chasseur avait choisi la manière forte, s'armait et tuait. De son côté, la louve était beaucoup plus tempérante. Probablement cela avait-il un lien avec le fait qu'elle soit une lycane, mais même en qualité d'humaine, sa mère lui avait toujours répété qu'il fallait voir les créatures au cas par cas, et ne jamais dresser de généralités. Peut-être aurait-elle été incapable de suivre cette doctrine si sa mère seule était morte, laissant une fillette humaine témoin du carnage dont pouvaient être capables les loups-garous... Le fait est qu'elle était devenue l'une d'entre eux, et avait donc été à même de constater de ses yeux vus que la cruauté, ou la démence, n'étaient pas un domaine qui était exclusivement réservé aux lycans. C'était même pire chez les humains, car eux, rien ne les poussait à agir de la sorte, que les loups-garous devaient porter leur fardeau malgré eux. Ça n'était pas pour rien qu'on parlait de malédiction. Qu'un homme ayant toujours été doux comme un agneau se retrouve propulsé du jour au lendemain en tueur compulsif, ça c'était très triste. Mais qu'un serial killer sévisse depuis des années, tuant et violant au petit bonheur la chance les femmes qui avaient le malheur de croiser son chemin, ça... Ça n'était qu'une statistique. Aux yeux de la louve, Darrel n'avait pas un mauvais fond, mais des œillères. Elle se sentait un peu responsable, puisqu'elle avait croisé sa route, et se donna seule l'objectif de les lui enlever. Si, toutefois, il était d'accord... Sa prise de décision, en tous cas, fut rapide. Rappelée sur le pas de la porte, la Lycane pivota à demi vers le jeune homme, le regard dur. Il avait ses conditions, ce qui était normal, elle avait également les siennes. Après tout, ELLE était en position de force, même si ça la répugnait d'en abuser. Elle pouvait le laisser là, le livrer aux siens, en faire ce que bon lui semblait... Très peu pour elle. Aux querelles, elle préférait la paix, du cœur et de l'esprit, et il n'y avait qu'en faisant consciencieusement son travail, en se montrant altruiste, qu'elle atteignait un rien de plénitude. Darrel ne valait pas suffisamment à ses yeux pour qu'elle sacrifie son bien-être pour lui. C'était une chance, en un sens. Scrutant son interlocuteur, elle ancra une main sur sa hanche. « Comprenons-nous bien Stafford... Je vous parle de cours théoriques, pas pratiques. Nous nous retrouverons à mi-chemin entre votre monde et le mien, probablement dans un café ou autre. Vous ne nous approcherez pas. Votre vie ne sera donc pas plus en danger que lorsque vous sortez faire vos courses... Par contre, je tiens à être claire. Vous n'obtiendrez aucune information sur la façon adéquate de nous tuer. Je vous propose de vous renseigner, en pensant uniquement à la survie des miens. Vous serez peut-être moins prompt à vouloir nous tuer si vous nous comprenez... Et entre nous, c'est votre inexpérience qui vous a trahi hier, beaucoup plus que votre impulsivité... » Plus douce sur la fin de son laïus, Néthi s'autorisa un sourire doux. « Je repasserai pour vous donner un autre comprimé pour vos maux de tête plus tard. Tâchez de vous reposer, et sonnez si vous avez besoin de quelque chose. » Le sourire de l'apparente jeune femme s'élargit légèrement, avant qu'elle ne sorte tout à fait de la chambre du patient. Qu'elle ait voulu ou non prolonger son entre-vue avec Darrel, elle ne devait pas perdre de vue qu'elle avait d'autres patients qui nécessitaient ses soins...
Revenir en haut Aller en bas
http://cup-of-blood.1fr1.net/t2594-nethi-la-magie-n-a-pas-de-couleur-termine




MessageSujet: Re: When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi   

Revenir en haut Aller en bas
 

When the night of the hunter goes wrong ◮ pv Néthi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Night of the Hunter [Dark - Lili - Daestra]
» One night of the hunter [PV Lars]
» Hunter Cal Blaire - The right kind of wrong
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» Wednesday Night Raw # 60

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cup of Blood ♥ ::  :: Kenner :: Ochsner Medical Center-