Aller en haut
Aller en bas



 
RETROUVEZ-NOUS A CETTE ADRESSE ♥️

Partagez | 
 

 FEINA - Russian Silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Feina Litovski
« »





avatar




▌A débarqué le : 10/01/2011
▌Parchemins : 1022
▌Quantité de sang disponible : 12888
▌Job : gérante du Lunatic Café


« Moi je veux ♥ »
▌Alignement: Neutre à tendance maléfique
▌Relations:
▌Pouvoirs :




MessageSujet: FEINA - Russian Silence   Dim 1 Juil - 13:39

Feina Lyuba

Litovski

❝ Donne le portefeuille, donne ! Bon chieeeeen ! ❞
Image and video hosting by TinyPic
Katie McGrath © tumbr

Identité

Je m'appelle Feina Lyuba Litovski, mais on m'appelle CHAROOOOGNE (enfin surtout Connard What a Face ). J'ai 50 ans, j'en fais environ 25. Je suis né(e) le 11 décembre 1962 à Moscou et je suis russe, avec des origines d'emmerdeuse. Je suis un(e) louve solitaire frigide et je suis le pire cauchemar de l'Ulfric du coin qui m'a épousée à Las Vegas *mur !*.

Capacité Spéciale : ● Contrôle de la libido : Niveau 1 : Feina peut soit refroidir les ardeurs ou bien les augmenter à sa guise. Seul problème ? Sa libido à elle est très souvent polaire !

Niveau 2 : Désir : Si Feina peut "geler" la libido de qui elle veut, elle peut à présent faire naître le désir chez n'importe qui, et plus particulièrement chez les lycans en période de chaleurs lunaires. Ce désir impérieux elle le faire naître pour une personne que vous aimez, ou bien que vous détestez, ou même pour un objet qu'il vous faudra absolument acquérir ! Pour le moment l'effet de son pouvoir se dissipe dès qu'elle n'est plus dans les parages. Mais imaginez un peu les dégâts si l'envie lui prenait de vous voir jouer à la reproduction avec votre pire ennemi... effrayant hein ?


 
  Habitudes diurnes
Feina est une paresseuse de compétition. Elle adore passer la journée au lit, ou bien sur le tapis sous sa forme lupine. A part manger et dormir, elle ne fait pas grand chose de ses journées. Parfois elle se lance dans une expédition shopping ou bien de reconnaissance histoire de plumer un gros pigeon. Elle aime aussi jouer les pickpocket mais cela lui arrive plutôt la nuit. Eh oui... les vampires ont de gros moyens. Sinon ? Elle passe son temps libre allongée aux pieds de Tess pour se faire gratter le ventre car bizarrement Blondie la transforme en peluche avide d'amour, d'eau fraîche et de papouilles. Mais sinon la vodka c'est bien aussi.

  Habitudes nocturnes
Comme toute personne honnête *ahem* Feina travaille. Elle a trouvé un emploi de serveuse au Lunatic Café et s'en accommode plutôt bien même si fréquenter d'autres lycans ne lui plaît pas trop, surtout les lycans du coin qui ne comprennent pas pourquoi elle ne rejoint pas la meute de Saint-Louis (mais parce que votre Ulfric est un connaaaard). Néanmoins on reconnaît ici ses talents à leur juste valeur car il n'y a pas mieux que son pouvoir pour calmer les ardeurs des loups et des léopards. D'ailleurs ils sont plus nombreux qu'on ne le pense à lui demander de "geler" leur libido lors des chaleurs lunaires. Feina rend alors service... mais elle sait qu'elle pourra avoir quelque chose en échange. C'est toujours bon d'être en rapport avec des gens qui ont une sacrée dette envers vous. Sinon ? Elle passe son temps à traîner avec les vampires et les sorciers du coin (enfin surtout Blondie). Elle apprécie bien plus les sangsues que ses semblables, d'autant plus qu'elle a pris la sale habitude de squatter chez les plus riches d'entre elles.

Description physique
❝ 15 lignes minimum. ❞
Concrètement Feina est une brune d'environ un mètre soixante dix, élancée mais disposant de formes généreuses, dotée de charmants yeux gris qui peuvent passer du bleu au vert selon la météo. Malgré des traits parfois durs, son visage reste harmonieux et c'est en effet une jolie femme, pas extraordinaire mais agréable à regarder. C'est une adepte des tenues pratiques et confortables aussi vous la trouverez rarement vêtue d'autre chose qu'un jean et un débardeur. Les robes et les escarpins ? Elle adore mais soyons sérieux un moment, elle n'a pas franchement l'occasion d'en porter sauf quand elle va traîner chez ses vampires préférés. Chose notable : elle ne se sépare pour ainsi dire jamais de son bracelet en cuir où pendent des breloques en os... et notamment des crocs de loup. Allez savoir où elle a été chercher ça !

Sous sa forme lupine, elle est plutôt banale : une petite louve grise aux yeux d'ambre. Idéal pour jouer les passe-partout, beaucoup moins lors d'un combat. Néanmoins elle parvient à compenser son manque de force physique par sa rapidité, et même si comparée aux grands mâles de son ancienne meute elle est plutôt faible, elle sait où mordre et comment blesser. D'ailleurs lorsqu'elle tient quelque chose entre ses crocs, elle ne le lâche que rarement L'oreille de l'Ulfric local s'en souvient encore !.

Caractère
❝ 20 lignes minimum. ❞
Si son physique reste appréciable mais pas extraordinaire, on passe à toute autre chose concernant son caractère bien trempé. A première vue, Feina passe pour quelqu'un d'agréable à vivre, de gentil et de serviable, d'un peu naïf aussi et parfois même stupide. Comme une blonde stéréotypée, la couleur de cheveux en moins. En somme, on ne se méfierait pas du tout de cette fille. Et c'est là où tout le talent de la louve réside. Elle excelle à cacher sa véritable personnalité de sale petite manipulatrice. Et concrètement, Feina est une hypocrite de premier ordre. Elle sait exactement quel rôle jouer quand la situation l'exige. Elle sait se plier aux exigences et aux désirs des gens qui l'entourent. Ce pigeon recherche une fille stupide qui passerait son temps à l'admirer et à flatter son ego démesuré ? Aucun problème. Ce type cherche une fille sensible, un peu timide et artiste ? Facile. Du moins ça c'est pour les gens qu'elle veut arnaquer.

En réalité la louve est dotée d'un effroyable caractère. Soupe au lait comme pas deux, elle a tout de même le mérite de bien encaisser, de laisser mijoter et d'appliquer le dicton "la vengeance est un plat qui se mange froid". C'est une véritable peste qui applique la loi du plus fort ou du plus rusé. Car elle l'a bien compris, si elle veut s'en sortir seule, elle a plutôt intérêt à ne pas faire de cadeau aux autres. Grande gueule, elle n'hésite pas à dire quand quelque chose lui déplaît, quitte à prendre des coups qu'elle rendra de la plus hargneuse des manières. Vous l'aurez bien compris, Feina n'est pas une louve soumise. Elle n'est pas pour autant une dominante, elle aime simplement sa vie comme elle l'entend et n'est pas du genre à imposer sa vision des choses aux autres pour peu qu'on lui fiche la paix. Ce qui arrive trop rarement à son goût. Elle est aussi connue pour se prendre violemment la tête avec Connor, l'Ulfric local, n'hésitant pas à franchement se foutre sur la gueule avec lui et à le défier dès que l'occasion se présente.

Notons également que dans le combat : instinct de survie VS égo surdimensionné, c'est son égo qui gagne ce qui la pousse souvent à prendre des risques inconsidérés. Elle ne compte plus le nombre de fois où elle s'est battue contre ses semblables et le pire c'est qu'elle en redemande ! Ne serait-elle pas légèrement masochiste ?

Enfin il faut tout de même préciser que Feina peut être adorable. Personne ou presque ne le sait mais Blondie arrive à la transformer en peluche toute douce pour peu qu'elle lui gratte le ventre et les oreilles. Aussi Tess est certainement la seule personne "vivante" qui sait que la louve a un bon fond. Même si cette dernière lui propose régulièrement de manger sa gosse, juste pour rendre service hein.


Histoire 
❝ 40 lignes minimum. ❞
"J'ai perdu mon porte-feuille !
-Moi aussi !"

Dans la rue, c'est la panique. Le groupe d'hommes vérifient la présence de leur précieux sésame à fric et se rendent à l'évidence : pickpocket. Moi, installée à la terrasse d'un café, je sirote tranquillement un diabolo grenadine, faisant mine de lire "Le Portrait de Dorian Gray", mes lunettes bien posées sur mon nez. Walter dit que je ressemble à une secrétaire comme ça. Walter bosse avec moi au Lunatic Café. C'est un type immense, une espèce d'armoire à glace qui fait peur aux grands-mères. Vrai qu'avec sa tête de gangster on le croirait sorti du Bronx ou quelque chose comme ça. Personnellement j'ai toujours eu un gros faible pour les types comme lui. Très musclé, absolument adorable et gentleman, très cultivé aussi et surtout doté d'un sens de l'humour très fin et pas du tout balourd. C'est rare chez les lycans, croyez moi et surtout chez les mâles. Bref je m'égare. Walter c'est un peu ma planche de salut ici à la Nouvelle-Orléans. C'est lui qui m'a dégoté un boulot au Lunatic, encore lui qui m'a un peu expliqué comment ça marchait ici. Le gratin du surnaturel et tout et tout... Mais venons en au commencement.

Je m'appelle Feina Litovski, j'ai cinquante ans et je suis née le 11 décembre 1962 à Moscou. Moi j'ai toujours rêvé de naître à l'époque des tsars, d'être noble et d'avoir des jolies robes ainsi qu'une éducation absolument parfaite. Manque de chance je ne suis pas née à la bonne époque et mes premiers souvenirs s'attachent à un lieu que je déteste : un orphelinat. C'est peut être pour ça que je ne supporte pas que les gens puissent m'être supérieurs. Parce que j'ai commencé ma vie tout en bas. Vous n'imaginez pas à quel point nous n'étions pas désirés, nous les orphelins. Je me souviens encore de ce bâtiment gris et froid, austère. Des gamins plus âgés qui imposaient leur loi aux plus jeunes. Je les détestais de tout mon coeur et moi aussi lorsque je fus en âge, j'imposais ma loi et piétinais les plus faibles. C'était ça ou basculer du côté des faibles et se faire chahuter en permanence. Non merci, très peu pour moi. Malgré ces années honnies, j'ai tout de même reçu une certaine éducation, pas vraiment la meilleure mais convenable c'est le mot. J'ai toujours envié ces gamins qui étaient adoptés par des gens friqués, ou du moins des gens biens. Personne n'a voulu de moi et je pense que si je faisais une thérapie, j'aurais pas mal de choses à dire là-dessus. Peut être que ça explique pourquoi je ne veux pas me lier, je fais payer symboliquement ce rejet aux autres en les rejetant à mon tour ou une connerie de ce genre.

J'ai grandi, m'accrochant bon gré mal gré aux études avec l'espoir de voir l'ascenseur social fonctionner pour moi en me servant un peu de ma matière grise. Et croyez le ou non j'étais plutôt douée. Le gouvernement attribuait des bourses pour les meilleurs d'entre nous et pour une fois j'en faisais partie. Je suis donc allée au lycée et même à l'université. Je rêvais d'avoir une vie d'artiste, une vie de bohème. Je me retrouvais à faire de soporifiques études d'ingénieur, seul sésame pour moi afin d'atteindre une vie meilleure. Il y avait très peu de filles dans ma promotion et je devais bien souvent me battre contre le machisme ambiant qui aurait préféré me voir aux fourneaux. Je détestais ce que je faisais et je m'accrochais, bon gré, mal gré. Avousons-le, je retire encore aujourd'hui une grande fierté de ce passage dans la cour des "neurones qui fonctionnent". Comme quoi je n'étais pas qu'une jolie fille (le premier qui dit le contraire je l'égorge huhuhu) et que je savais me servir de ma tête (non pas pour défoncer des portes). Et tous mes efforts furent balayés en une nuit.

Alors que je regagnais ma misérable chambre d'étudiante après une journée de cours particulièrement inintéressante, je m'arrêtai à un petit bar histoire de me réchauffer et de réchauffer ma motivation vacillante à l'idée d'une autre nuit passée à réviser. Une vodka plus tard, je me sentais prête à regagner ma triste demeure et je fis alors quelque chose de très stupide. J'acceptai qu'un homme totalement inconnu m'offre un autre verre, un autre, encore un autre... je ne me souviens plus combien exactement, juste que tenant insolemment bien l'alcool comme toute Russe qui se respecte, il avait dû dépenser une fortune pour me saouler. Et qu'en conséquence, m'ayant accompagnée dans ma beuverie, il n'était plus très sobre non plus. Lorsque nous nous décidâmes enfin à sortir, bras dessus, bras dessous, une bande d'amis à lui nous attendait devant le bar. Lui tout heureux de retrouver les siens, Moi n'ayant qu'une envie : aller me coucher loin de cette manifestation joyeuse d'affection.

"Elle est plutôt mignonne ! Et si on l'intégrait au groupe ?

-Bonne idée ! En plus c'est pas comme si on avait énormément de nana !"

Et quelques secondes plus tard je me retrouvais embarquée je ne sais trop comment, loin de la ville, là où commence la campagne. Ce fut là que ma vie bascula irrémédiablement loin du chemin que je m'étais tracé. L'homme qui m'avait offert à boire retira ses vêtements, et avant que je ne puisse prendre la fuite, se transforma en loup. Oui j'avais sûrement trop bu, ça m'apprendrait tiens à boire comme un trou ! Persuadée d'être en train d'halluciner, je ne cherchais même pas à me lever et à m'enfuir en courant -j'en étais vraiment incapable !-, loin de cette bête qui s'approchait de moi. Même anesthésiée par la vodka, je sentis bien la douleur lorsque cette bestiole me mordit le bras. Pas effrayée parce que bien éméchée, je me contentais de lui hurler dessus avant de tomber dans la neige, passablement fatiguée et ne désirant qu'une chose : dormir. Je ne me réveillais que trois jours plus tard, prise par une terrible douleur. Au-dessus de moi la lune brillait, ronde et pleine, d'un éclat insolent. J'avais l'impression que mon sang était un acide qui me rongeait tout le corps. Il y avait des gens autour de moi, je m'en rappelle vaguement. Je me souviens avoir reconnu l'homme par qui toute cette catastrophe était arrivée, et quelques uns de ses amis. Ils avaient l'air grave, ça je m'en souviens parfaitement.

Il y avait des loups aussi. Mais moi, en prise avec cette douleur qui me rongeait, ce feu insupportable qui me consumait, je n'y prêtais pas attention. Mais pourquoi on ne m'achevait pas ? Plus les minutes passaient, moins j'avais l'esprit clair, ou plutôt, ma vision des choses changeait. Et puis soudain tout s'arrêta. Je me relevai et secouai ma fourrure avec un grognement discret. Mes pattes grattèrent le sol et je humai l'air à la recherche d'information. Je n'étais plus qu'un pur instinct sous forme animale. Je ne comprenais pas ce qui m'était arrivé et à vrai dire, je ne voulais pas comprendre. L'immédiat était autrement plus stressant. Un loup, plus gros que les autres, s'avança lentement vers moi. Je montrai immédiatement les crocs, apeurée que j'étais. Réflexe idiot, mais réflexe quand même. Je finis tout de même par m'aplatir sur le sol en couinant, oreilles couchées et queue entre les pattes. L'alpha avait réussi à m'imposer son autorité, en toute simplicité et sans même avoir à me mordre. J'ai toujours été partisane de "sois gentille et poignarde le dans le dos quand il est trop fort pour toi". Et j'appliquai le précepte à la lettre, trop soucieuse de préserver mon intégrité physique.

Lorsque je parvins enfin à retrouver forme humaine, l'alpha qui en soit n'était pas un mauvais bougre, m'expliqua tout. Ce que j'étais, à cause de qui et pourquoi. Loup-garou, transformation due à de jeunes loups sans cervelle qui voulaient s'amuser et qui avaient été punis par ses soins. Ok. Et aussi que je ne pouvais pas continuer à mener ma vie d'avant tant que je ne me contrôlais pas. Moi qui rêvais de changer de vie, j'avais été exaucée, et pas de la meilleure des manières. Je n'avais pas le choix et restai près de quinze ans dans la meute de Moscou, de mes vingt-cinq ans à mes quarante ans.

Pourquoi je n'y suis pas encore ? Eh bien disons que j'en avais assez de suivre les ordres de mon alpha qui avait autant de tact et de délicatesse qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Durant ces quinze ans, j'avais découvert qu'un certain pouvoir s'était développé. Certains des miens en possédaient un. Par exemple, Sergueï était guérisseur, il pouvait hâter la guérison de n'importe qui en utilisant son pouvoir. Ou bien Karl qui était télékinésiste. Moi mon truc c'est de contrôler la libido des gens. Beaucoup moins impressionnant mais bigrement utile pour repousser les avances de loups plus hauts que moi dans la hiérarchie de la meute. Et aussi très utile pour ne pas céder aux chaleurs lunaires. Seul petit problème ? Ma propre libido en fut affectée au point de se faire presque absente sauf en période de chaleurs, et là encore elle était limite monacale comparée à celle des autres loups. Bien sûr il m'arriva de céder à l'instinct en compagnie de certains des miens, mais plutôt rarement et avec des lycans soigneusement choisis. Tout alla pour le mieux jusqu'à ce que je fasse usage de mon don sur le Bolverk. C'était stupide de ma part mais je n'avais aucune envie de jouer les louves soumises à son bon vouloir et le sujet des plaisirs charnels étant devenu très sensible chez moi, je n'hésitais cependant pas une seconde. Priver un mec de sa libido, c'est un peu comme le castrer, le priver de sa virilité. C'est pas le genre de truc qui lui plaît, plutôt le genre de choses qui le met en rogne.

Avant de me prendre la raclée de ma vie, je décidai de filer, ramassant au passage le plus de fric possible dans les affaires du Bolverk. Il me semble que sur ce coup là, l'alpha m'a couverte. Pas certain que sans son concours l'assassin de la meute m'aurait laissée en vie. Enfin je n'étais sûre de rien et je préférai m'exiler loin de ma mère patrie que je détestais.

Je débarquai en Amérique en avril 1998 et m'installai en Alaska pour y vivre de manière simple, dans la ville de Sitka. Je restai néanmoins à l'écart de la meute locale et refusai de me joindre à eux malgré leurs propositions. Comme je n'étais pas une louve territoriale et conquérante, qu'un caribou ou un élan de temps en temps me suffisait (bien que chasser seule ce genre de bestiole n'était pas aisé), ils me laissèrent en paix. En général je me contentai d'un lièvre ou d'un petit rongeur de ce type. Et comme d'habitude je me suis lassée. J'aspirai à de plus hautes actions ou du moins à une vie beaucoup plus luxueuse et décadente. Je décidai alors de mener la grande vie et partis en road-trip à travers toute l'Amérique, arnaquant quiconque se trouvait sur ma route sans heureusement jamais me faire prendre.

Je vous passe toutes mes frasques car cela n'est pas très intéressant. Qu'est ce qui ressemble plus à une arnaque qu'un autre arnaque ?

Toujours est-il qu'il y a un mois j'ai débarqué ici, à la Nouvelle-Orléans, berceau des CESS, vampires, loups, sorciers et autres choses réjouissantes... Bref, pourquoi cette ville ? Parce qu'il me semblait que je serais plus à ma place au milieu des miens. Et j'avoue qu'être en permanence sur la route est assez épuisant, même pour une louve qui finalement, n'aspire qu'à vivre le rêve américain (oui enfin autant que possible hein, ici c'est glauque, dangereux et très mauvais pour mon instinct de survie défaillant). Je rencontrai Walter par hasard... en réalité en essayant de lui piquer son portefeuille. Un autre que lui m'aurait conduite au poste ou pire, mais Walter, ce colosse extraordinaire, se contenta de me venir en aide. Oui parfaitement. Je croyais que les fêlés qui souhaitent sauver l'âme des gens, on ne les trouvait que dans les églises des beaux quartiers. Perdu. Walter, loup-garou de son état, m'expliqua qu'ayant lui-même beaucoup galéré (hahahaha ! avec tes deux mètres et une centaine de kilos de muscles ? tu déconne j'espère !), il se sentait une mission : aider les lycans comme lui à se faire une place ici.

Ok, je pensais qu'il me racontait des blagues au début. Et maintenant je dois bien avouer que Wally est un chic type, un vrai. Le genre qu'on ne voit qu'à la télé en général. Il m'a trouvé un boulot honnête au Lunatic, ferme les yeux quand je déleste des types friqués de leurs billets et se contente de me faire des gentilles remontrances tout en me conseillant de ne jamais m'attaquer aux vampires. Wally c'est bien le seul ami que j'ai ici, le seul vrai ami que j'ai eu dans toute ma chienne de vie. Lui au moins a compris qu'il fallait me laisser tranquille et que j'étais une vraie louve indépendante et solitaire. Comme lui, sauf que moi je n'ai pas les muscles qui font peur. Juste un esprit suffisamment tordu pour survivre.

Tell me your secrets 

Pseudo : Feunaaaaard Âge : Jsuis plus vieille que Tess. Fréquence de connexion : dépendra uniquement des sous que vous m'offrirez. Comment avez-vous connu le forum ? jlai vu naître et renaître mon petit.  Comment trouvez-vous le forum ? en cliquant sur l'onglet *SBAF*. Multicompte ? [ ]OH YEAH  / [X]NO pas celui-là What a Face. Code (en spoiler) :
Spoiler:
 
 


_______________________________________

Loyalty ? What does it mean ?